FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2004 :: La faim dans leur s… :: Nouveaux moyens de …
Nouveaux moyens de lutte contre les criquets
La recherche se concentre sur la lutte biologique
Agadir, Maroc -- Dans les laboratoires du Centre national de lutte anti-acridienne dans ce port affairé, sept chercheurs à plein temps s'efforcent de résoudre le mystère du criquet pèlerin et de trouver des moyens de le maîtriser sans porter atteinte à la santé de l'homme et à l'environnement.

Les travaux se poursuivent d'année en année, durant les longues périodes de rémission et durant les recrudescences et les infestations lorsque le reste du personnel est occupé à combattre l'invasion.

«Nous avons fait des progrès au fil des ans», affirme Moha Bagari, Chef de la recherche. «Nous en savons plus sur l'insecte maintenant, sur comment se produisent les recrudescences et sur les différents couloirs d'invasion. Nous comprenons mieux leur biologie.»

Le Centre est en train de tester des agents de lutte biologique à partir de plantes qui repoussent les criquets ou altèrent leur développement.

«Il existe des végétaux qui rendent les insectes malades en affectant leur appareil digestif et reproducteur», explique-t-il. (La FAO et d'autres pays sont à l'oeuvre pour trouver une variante moins nocive aux pesticides classiques en testant un champignon qui attaque les criquets sur le terrain et une hormone naturelle qui bouleverse leur comportement normal.)

Au Maroc, des échantillons de sols prélevés sur les terres pulvérisées avec les insecticides organophosphatés de la campagne actuelle sont en train d'être testés dans les laboratoires de tout le pays. Les résultats sont imminents.

Révolution de la communication

Un petit appareil qui tient dans la main et qui indique avec précision (à quelques mètres près) la longitude et la latitude a révolutionné les campagnes antiacridiennes au cours des 20 dernières années.

Le GPS (système de positionnement global) permet aux équipes de terrain sans repères, enfoncées dans le désert, de transmettre la position exacte des essaims.

Les experts dans les pays touchés par les criquets et au sein du Groupe de lutte antiacridienne de la FAO tracent et comparent les positions exactes des criquets avec des images satellitaires géoréférencées des conditions météo, des nuages et de la végétation et des données historiques pour essayer de prévoir l'activité acridienne.

Sur la base de ces analyses, complétées par des mises à jour et des alertes, la FAO publie un Bulletin mensuel sur le criquet pèlerin.

La précision des pulvérisations a fait également de gros progrès. Les patrouilles transmettent par radio la position exacte des essaims et les pilotes utilisent les coordonnées sur leur GPS de bord pour garantir le traitement localisé des insectes.
FAO/G. Diana

Suite du dossier…

La faim dans leur sillage: Voyage au cœur de la lutte contre les criquets pèlerins

Portrait d'une campagne antiacridienne

Une journée au Poste de commandement central

FAO: 50 ans d'expérience dans la lutte antiacridienne

Evaluer l'impact sur les populations

Nouveaux moyens de lutte contre les criquets

Contact:

Peter Lowrey
Relations médias, FAO
peter.lowrey@fao.org
(+39) 06 570 52762

FAO/G. Diana

Le GPS a considérablement amélioré la précision des pulvérisations.

FAO

envoyer cette page
Nouveaux moyens de lutte contre les criquets
La recherche se concentre sur la lutte biologique
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS