FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2004 :: Comprendre l'insécu… :: Les coûts humains d…
Les coûts humains de la faim
On ne peut fermer les yeux sur les coûts humains alarmants que comporte la faim dans le monde.

Dans le SOFI 2004, la FAO estime que la sous-alimentation et les carences en vitamines et oligo-éléments essentiels coûtent la vie à plus de 5 millions d'enfants chaque année. Ils coûtent l'équivalent de 220 millions d'années de vie productive aux familles du monde en développement touchées par les décès prématurés et les incapacités liées à la malnutrition; et ils coûtent aux pays en développement des milliards de dollars en pertes de productivité et de revenus.

Le cercle vicieux de la pauvreté

Chaque année, plus de 20 millions de bébés présentant une insuffisance pondérale voient le jour dans les pays en développement. Dans certains pays comme l'Inde et le Bangladesh, ils comptent pour 30 pour cent des naissances.

Ces nouveau-nés partent perdants dans la vie. Ils courent des risques accrus de mourir en bas âge, de présenter un retard de croissance physique ou mentale durant l'enfance, et, une fois adultes, de présenter une capacité limitée de travail et de gains; quant aux filles, elles sont menacées à leur tour de mettre au monde, plus tard, des enfants de poids insuffisant à la naissance.

Des cicatrices pour la vie

Il n'est donc guère surprenant que près d'un tiers de tous les enfants des pays en développement aient un retard de croissance mettant en cause la sous-alimentation chronique. Or, on rapproche la petite taille, comme l'insuffisance pondérale à la naissance, de la prévalence accrue de maladies et de décès, de difficultés d'apprentissage et d'absentéisme scolaire durant l'enfance, et plus tard et pour le reste de l'existence, d'une productivité et de revenus moindres.

Un handicap "invisible"

La sous-alimentation et le retard de croissance sont fréquemment accompagnés de carences en vitamines et minéraux qui touchent près de 2 milliards de personnes dans le monde. Une insuffisance même légère de ces nutriments accroît sensiblement les risques de maladies graves et de décès.

Elle peut aussi entraîner des déficiences cognitives permanentes chez les enfants et une perte de productivité irréversible chez les adultes.

Par exemple, les carences en fer, qui touchent 1,7 milliard de personnes, peuvent entraîner, chez la mère, un risque accru de mourir en couches, chez l'enfant, des handicaps moteurs et intellectuels, et chez l'adulte, une capacité de travail limitée, affirme la FAO.

Dossier de fond: Comprendre l'insécurité alimentaire

Suite du dossier…

Comprendre l'insécurité alimentaire

Les chiffres: statistiques de la faim du SOFI 2004

Les coûts humains de la faim

Nouvelles estimations des coûts économiques écrasants de la faim

L'insécurité alimentaire dans un monde de plus en plus urbanisé

Supermarchés et petits agriculteurs

Photo FAO

Un enfant sous-alimenté risque d'en subir les conséquences toute sa vie.

envoyer cette page
Les coûts humains de la faim
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS