FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: Les communautés ren… :: Comment apporter de…
Comment apporter des secours à plus de 50 îles
Le soutien de l’agriculture passe par l’amélioration de la nutrition
Landhoo, Maldives – Ce pays constitué de centaines de petites îles dispersées dans l’océan Indien a constitué pour la FAO un défi logistique exceptionnel durant la phase de secours. Entourés de récifs empêchant l’accès aux gros bateaux, les atolls s’étendent de 100 km au sud de l’équateur à 800 km au nord.

Le bureau de la FAO à Malé, la capitale, fournit une assistance aux 50 îles agricoles les plus touchées par le tsunami pour résoudre des problèmes comme la salinisation des sols qui a tué de nombreux arbres fruitiers. La FAO encourage également les habitants à diversifier la production pour améliorer leurs régimes alimentaires.

"Pas de faim ni de famine ici”, affirme le Représentant de la FAO, Winston Rudder. "Il y a toujours du poisson et des noix de coco. Mais aussi les effets insidieux de la malnutrition."

Les livraisons peuvent mettre des jours à traverser les eaux tumultueuses à bord des embarcations traditionnelles dhoni pour parvenir à destination sur les îles les plus éloignées.

Sur cette île septentrionale, le chef Hassan Nasir est enchanté de voir les habitants "transborder la cargaison d'engrais, de compost et de binettes des dhoni dans leurs petits bateaux pour pouvoir les débarquer sur le rivage".

Les matériels aideront à relancer la production de bananes, de piment rouge, de concombres et de pastèques. "Ceci encouragera nos agriculteurs. Nous sommes sensibles à ces livraisons par mer houleuse”, dit-il. "Nous pensions bien recevoir quelque chose, mais cela dépasse nos espérances." Durant le tsunami, les habitants de l’île ont travaillé sans relâche et placé des sacs de sable sur les plages, battant le rappel pour protéger les logements de l’île.

Abu Bakher Qasim, un agriculteur de 65 ans, utilisera outils et engrais pour préparer un deuxième champ en plus de la parcelle où il cultive du manioc, des patates douces, des limes et des pommes-cannelle.

"J’espère pouvoir cultiver davantage maintenant qu’avant le tsunami”, dit-il. Sur son deuxième champ, il cultivera des goyaves, des patates douces et de la pastèque.

Aide aux pêcheurs

Les pêcheurs des Maldives ont également tiré parti de divers types d’assistance de la FAO, notamment une formation dispensée par le constructeur de bateaux indien Derek Mennezes et un architecte naval de la FAO, Oyvind Gulbrandsen.

La formation a permis aux chantiers des Maldives de construire, pour la première fois dans le pays, des bateaux de pêche en fibre de verre sur l’île de Thulusdoo qui dépendait autrefois de l’expertise importée du Sri Lanka.

La FAO fournit du matériel de pêche à plus de 4 000 familles de pêcheurs aux Maldives. Le programme d’agriculture de la FAO sera ciblé sur quelque 20 000 personnes.
FAO

Suite du dossier…

Les communautés renaissent: progrès visibles un an après le tsunami

Le rôle de la FAO après le tsunami

Aider les rescapés d’Aceh à se construire un avenir

Redonner sa productivité à la terre

Garantir une pisciculture durable

Concevoir une nouvelle flotte de pêche pour le Sri Lanka

Créer des villages modèles

Comment apporter des secours à plus de 50 îles

Les vergers de la Thaïlande à nouveau en fleurs

FAO/P. Singh

Les habitants de l’île de Landhoo, aux Maldives, déchargent de jeunes plants de goyave

FAO/P. Singh

Ils ont également reçu des kits d’intrants agricoles

envoyer cette page
Comment apporter des secours à plus de 50 îles
Le soutien de l’agriculture passe par l’amélioration de la nutrition
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS