FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: L'ennemi aux portes… :: Mieux vaut prévenir…
Mieux vaut prévenir que guérir
La grippe aviaire n'est ni la première ni la dernière maladie animale transfrontière à causer des ravages. Comment les pays peuvent-ils mieux se préparer, réagir plus vite et étouffer la maladie dans l'oeuf?

Les donateurs souhaitant apporter une aide à long terme pourraient envisager de soutenir la création de réseaux régionaux solides pour l'échange et l'analyse d'informations basés sur une surveillance rigoureuse des maladies. La FAO a déjà lancé ce type de réseaux en Asie mais a besoin de ressources supplémentaires pour continuer.

Les dispositifs d'urgence contre les épidémies de maladies animales sont essentiels: une des raisons qui a permis au Japon, à la Malaisie et à la Corée du Sud de maîtriser rapidement leurs épidémies de grippe aviaire était qu'ils disposaient de plans d'urgence détaillés prêts à être mis en oeuvre au premier signe de la maladie.

"Nous n'avons pas encore préparé de plans d'urgence pour la prochaine fois", admet Tri Satya Putri Naipospos, Directrice de la santé animale pour l'Indonésie. "Ceci demande de grosses sommes d'argent, et doit être fait en coopération avec l'industrie. Pour obtenir leur attention, nous devrions d'abord relancer une grande campagne de sensibilisation du public sur les avantages à se tenir prêts."

En 1994, la FAO a créé le Système de prévention et de réponse rapide contre les ravageurs et les maladies transfrontières des animaux et des plantes (EMPRES) pour fournir à des pays comme l'Indonésie l'assistance technique, les outils et les financements afin d'être en mesure de maîtriser à temps les flambées de maladies.
Photo FAO

Suite du dossier…

L'ennemi aux portes: Sauver fermes et populations de la grippe aviaire

Dettes et détresse: l'impact sur l'homme

A l'affût du virus en Indonésie

Vacciner ou pas?

Enrayer l'infection à la source - signes de succès

Une armée de volontaires pour la détection rapide de la grippe

Mieux vaut prévenir que guérir

envoyer cette page
Mieux vaut prévenir que guérir
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS