FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: Mieux reconstruire …
Mieux reconstruire dans la zone du tsunami
Des solutions pour produire durablement
Avant le tsunami, les communautés vivant le long des côtes comptaient déjà parmi les populations les plus pauvres. Lorsque le raz-de-marée s'est abattu sur ces familles d'agriculteurs et de pêcheurs il y a six mois, beaucoup ont vu leurs maigres ressources englouties par les flots.

Le secteur de la pêche a été le plus durement touché, les pertes étant estimées à 520 millions de dollars. Les cultures, les infrastructures d'irrigation et de drainage, le bétail, les écosystèmes côtiers, notamment les mangroves et les digues de protection ont été également dévastés.

Le défi pour la FAO et ses partenaires est de s'assurer que les stratégies de reconstruction sont durables et ne portent pas atteinte aux écosystèmes dont dépend la survie des communautés côtières.

Les mangroves, les récifs coralliens, les lieux de fraie et les autres éléments des écosystèmes locaux doivent être protégés. Les bateaux, les engins et les outils de pêche doivent être adaptés aux conditions locales si l'on veut que la pêche soit durable, selon la FAO.

"Rares sont parmi les agences ayant des fonds disponibles celles qui ont l'expertise technique nécessaire," indique Richard China, coordonnateur de la FAO pour la réhabilitation, qui met en garde contre d'éventuelles dérives comme le fait de commander un plus grand nombre de bateaux qu'il n'y avait avant le tsunami ou que ces embarcations aient des capacités et des engins de pêche plus importants. "Cela pourrait exacerber le problème de la surpêche", a-t-il fait valoir.

Autre défi : s'assurer que la forte demande sur le bois pour la reconstruction n'entraîne abattage illégal et surexploitation des forêts dans les pays sinistrés.

Il est fondamental, selon la FAO, de relancer la production agricole et de ravitailler les populations dans les régions côtières. A cet effet, il convient notamment de restituer les droits de propriété, réhabiliter les terres agricoles et les infrastructures, assainir les sols, planifier une bonne utilisation des terres et opérer les changements stratégiques nécessaires en ce qui a trait aux systèmes de culture.

Gestion intégrée des zones côtières

La FAO promeut une gestion intégrée des zones côtières. Cette approche tient compte à la fois des besoins des populations locales et des exigences du développement durable.

Les efforts pour réhabiliter les mangroves, les barrières vertes côtières, les arbres fruitiers et les forêts protègeront les vies humaines et les biens tout en améliorant les revenus des ménages, a déclaré en substance M. China. Les problèmes relatifs aux forêts, à la pêche, à l'agriculture, aux infrastructures et les autres sujets de préoccupation doivent être gérés avec sagesse et d'un commun accord afin d'éviter tout conflit sur les titres de propriété, a-t-il ajouté.

23 juin 2005
FAO

Suite du dossier…

Mieux reconstruire dans la zone du tsunami

Adapter savoir-faire et ressources

Les pêches et le tsunami: Entretien avec Lahsen Ababouch

Le tsunami et l'agriculture: Entretien avec Daniel Renault

Le tsunami et la foresterie: Entretien avec Susan Braatz

Contact:

Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146
(+39) 348 14 16 671

FAO

Des villageois plantent des cocotiers et reconstruisent une digue près de Banda Aceh

envoyer cette page
Mieux reconstruire dans la zone du tsunami
Des solutions pour produire durablement
Six mois après le tsunami, la FAO et ses partenaires oeuvrent ensemble pour promouvoir des stratégies de reconstruction productives et durables afin d'aider les communautés côtières à rétablir et améliorer leurs moyens d'existence.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS