FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: La route est longue… :: Sécurité des alimen…
Sécurité des aliments et commerce: les bénéfices du Codex
Le respect des normes ouvre de nouveaux débouchés commerciaux
Satisfaire aux normes d'innocuité et de qualité recommandées par la Commission du Codex Alimentarius peut ouvrir de nouveaux créneaux pour les produits alimentaires dans de nombreuses parties du monde et se traduire par une augmentation des recettes d'exportation.

Cela explique pourquoi des régions qui ne sont pas de grandes exportatrices d'aliments, comme le Proche-Orient et l'Afrique, s'activent pour remplir les conditions du Codex à mesure que les aliments de la région sont de plus en plus appréciés dans l'hémisphère nord.

Toutefois, cela comporte un coût. Mais il est compensé par le fait que le commerce des produits alimentaires offre un grand potentiel d'amélioration pour les économies en développement, notamment de nouvelles possibilités d'emploi et de meilleures conditions de vie. C'est indispensable dans une région comme le Proche-Orient, où les pénuries d'eau entravent l'essor de l'agriculture.

Bien que les produits du Proche-Orient représentent à peine 4 pour cent des échanges agricoles mondiaux, ils constituent néanmoins une source de recettes en devises vitale, en particulier pour les économies ne reposant pas sur le pétrole.

Les pays en développement ont besoin de réglementations

La plupart des pays du Proche-Orient et d'Afrique ont déjà pris des mesures pour améliorer leurs systèmes de sécurité sanitaire des aliments. Toutefois, dans une région dominée par l'exportation de denrées de base comme les fruits, les légumes, l'huile d'olive et le poisson, il convient, pour satisfaire aux normes en constante évolution du Codex, de renforcer la capacité des experts locaux et les structures de base en matière de réglementation.

Au Proche-Orient, le commerce intra-régional en aliments a fait un bond en avant au cours des dernières années grâce à des accords régionaux tels que la Zone arabe de libre-échange, l'Union Arabe du Maghreb et le Conseil de Coopération du Golfe. Aucun de ces accords n'est entré pleinement en vigueur et les droits de douane sont encore appliqués à plein tarif, tandis que la majorité des pays de la région continue d'affronter de lourdes procédures administratives.

Parmi les autres obstacles au commerce intra-régional, citons le manque de diversité des produits agricoles, les barrières non tarifaires, l'insuffisance des services de soutien commercial et les intérêts politiques et économique divergents.

L'accès au marché: une gageure

Tout cela ne fait que compliquer davantage les choses pour de nombreux pays du Proche-Orient et d'Afrique qui veulent obtenir des normes de certification pour leurs produits alimentaires et accéder au marché international. Aujourd'hui, plus de 50 pour cent des exportations du Proche-Orient vers l'Union européenne viennent d'Egypte, du Maroc, de Syrie et de Tunisie.

Face à ces enjeux, la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient, tenue à Doha (Qatar) du 13 au 17 mars 2005, a annoncé un plan destiné à sensibiliser davantage les décideurs de la région sur l'importance de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments. La conférence a exhorté les producteurs et le secteur alimentaires à tirer parti des opportunités d'exportation internationales et régionales et à saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) de toute pratique déloyale. La réunion a également invité les pays du Proche-Orient à publier sur Internet les expéditions alimentaires refusées.

La Conférence du Proche-Orient a, en outre, prié la FAO et l'OMS de renforcer les capacités de la région en matière de sécurité sanitaire des aliments, afin d'améliorer le commerce alimentaire et agricole en fournissant une assistance technique dans le cadre d'un plan d'action global.

4 juillet 2005


FAO

Suite du dossier…

La route est longue qui mène aux normes alimentaires du Codex

Vers la certification d'aliments traditionnels du Moyen-Orient

Sécurité des aliments et commerce: les bénéfices du Codex

Contact:

Midhat Makar
Relations médias
midhat.makar@fao.org
(+39) 06 570 52627

Les exportations de produits alimentaires créent de nombreux emplois

envoyer cette page
Sécurité des aliments et commerce: les bénéfices du Codex
Le respect des normes ouvre de nouveaux débouchés commerciaux
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS