FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: Les pêcheries médit… :: Le poids des hommes
Le poids des hommes
Après des milliers d'années, la mer commence à payer le tribut de la présence souvent oppressante des êtres humains.

La surpêche n'est pas le seul problème, seulement un parmi tant d'autres. De fait, malgré certains progrès réalisés ces dernières années, la pollution (eaux usées des villes, ruissellement agricole et effluents industriels) est toujours un grand problème en Méditerranée.

On estime que quelque 150 millions de personnes vivent dans les zones côtières de la région et, selon le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), près de la moitié d'entre elles (48 pour cent) vivent dans des centres urbains sans installations de traitement des déchets. Un pourcentage incroyablement élevé - 80 pour cent des eaux usées, soit 3 milliards de mètres cubes - est rejeté chaque année dans la Méditerranée sans avoir subi le moindre traitement.

L'industrie apporte aussi sa contribution: le PNUE a calculé que 66 millions de m3 d'eaux non traitées contenant des phénols, du mercure, du plomb, du chrome, du zinc et des huiles minérales sont rejetés directement dans la mer chaque année. Le ruissellement chimique de l'agriculture est aussi important.

La situation est particulièrement inquiétante car la Méditerranée est un bassin pratiquement fermé dont la seule ouverture naturelle, le détroit de Gibraltar, est si étroite qu'il faut de 80 à 100 ans pour que l'eau de mer se recycle.

Envahisseurs étrangers

La Méditerranée souffre également de l'intensité des activités du commerce maritime qu'elle accueille: selon le PNUE, 30 pour cent du volume du commerce maritime international en vient ou la traverse et 28 pour cent du trafic pétrolier mondial acheminé par mer y transite.

Outre qu'il est polluant, le trafic maritime a un autre effet: il introduit des espèces de faune et de flore aquatiques étrangères, lorsque les navires vident leurs ballasts d'eau chargée à l'étranger.

Certains observateurs craignent aussi que la nouvelle pratique de l'aquaculture fondée sur les captures n'introduise de nouvelles maladies aquatiques puisque de grandes quantités de poissons sont importées d'autres eaux pour nourrir les thons parqués.
Les pêcheries méditerranéennes à la croisée des chemins

Suite du dossier…

Les pêcheries méditerranéennes à la croisée des chemins

Tendances de l'emploi et de la consommation

Le thon rouge sur la sellette

Le poids des hommes

Le nouveau rôle de la Commission des pêches pour la Méditerranée

FAO/G. Kourous

Si belle et pourtant si polluée...

envoyer cette page
Le poids des hommes
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS