FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2005 :: Marchés des produit… :: Baisse des recettes…
Baisse des recettes d'exportation des produits et des factures d'importations alimentaires
Selon le SOCO, entre 1961 et 2001, les prix moyens des produits agricoles vendus par les PMA ont chuté de près de 70 pour cent par rapport aux prix des produits manufacturés achetés par les pays en développement. Une étude récente citée par le rapport montre que la productivité de l'agriculture a augmenté à un taux supérieur de plus de 20 pour cent à celle des industries de transformation dans le monde entier, et de plus de 100 pour cent dans les pays en développement par rapport aux pays développés.

Le SOCO met en garde que pour 43 pays en développement, plus de 20 pour cent des recettes totales d'exportation de marchandises dépendent d'un seul produit. La plupart de ces pays se trouvent en Afrique subsaharienne ou en Amérique latine et aux Caraïbes et dépendent des exportations de sucre, de café, de coton ou de bananes. Et la majorité est victime d'une pauvreté généralisée.

Plus de 50 pays en développement, dont une majorité de PMA, sont tributaires des exportations de trois denrées agricoles ou moins - généralement des produits tropicaux -correspondant à 20 à 90 pour cent de leurs recettes en devises.

De l'abondance à la famine, il n'y a qu'un pas

De nombreux PMA sont des importateurs nets de nourriture et dépensent plus de la moitié de leurs recettes d'exportation de produits pour payer leurs importations de produits alimentaires qui compensent leurs déficits intérieurs. Pour ces pays, les changements intervenant sur les marchés internationaux de produits peuvent faire la différence entre l'abondance et la famine, avertit le rapport de la FAO.

Le paiement des importations alimentaires peut mettre à rude épreuve les ressources des pays où la croissance économique est à la traîne et les recettes en devises limitées.

En dépit du fléchissement des prix des importations alimentaires, au cours des 30 dernières années, les pays les plus exposés à l'insécurité alimentaire ont consacré, en moyenne, une part croissante de leurs recettes limitées en devises pour importer de la nourriture, observe le SOCO.

Au début des années 70, leurs dépenses d'importations alimentaires commerciales constituaient quelque 43 pour cent de leurs recettes d'exportation, contre environ 36 pour cent pour les autres pays en développement. Depuis lors, la part moyenne pour les PMA est passée à 54 pour cent, tandis qu'elle a reculé à 24 pour cent pour les autres pays en développement.
FAO/22511/L. Lizzie

Suite du dossier…

Marchés des produits de base: tendances mondiales, retombées locales

Baisse des recettes d'exportation des produits et des factures d'importations alimentaires

Principaux produits de base traités par le SOCO

Le déficit commercial du secteur alimentaire, une menace pour les pays les plus démunis

Le subventionnement du coton dans les pays riches provoque la baisse des cours dans le monde entier

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

FAO/G. Bizzarri

Les prix des boissons et fruits tropicaux chutent

envoyer cette page
Baisse des recettes d'exportation des produits et des factures d'importations alimentaires
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS