FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2006 :: Forêts et changemen… :: La hausse des tempé…
La hausse des températures modifiera la répartition des forêts
Selon la capacité des essences forestières de s’adapter aux nouvelles conditions climatiques, le réchauffement de la planète pourrait modifier le panorama forestier mondial, selon la FAO.

L’aire de répartition de toute espèce végétale dépend en grande partie des régimes de température et de précipitations, de sorte que le changement climatique a de grandes chances d'entraîner une nouvelle distribution des essences forestières.

Selon une étude de la FAO, les essences forestières tendent à se déplacer vers les plus hautes latitudes et altitudes en raison du réchauffement de la planète. Dans ce contexte, les habitats des arbres dans l’hémisphère nord peuvent s’étendre à 100 km au nord, tandis que leurs frontières méridionales pourraient reculer du même ordre de grandeur pour chaque degré dépassant les températures régionales actuelles.

De même, les scientifiques prévoient que le pin à encens (Pinus taeda), une importante essence forestière industrielle de la région sud-est des Etats-Unis, pourrait se déplacer jusqu’à 350 km vers le nord sous l’effet d’une augmentation de 3 degrés des températures de la planète.

Ces modifications de la répartition des forêts ont déjà été observées. En Suède, durant la première moitié du XXème siècle, l’aire de répartition du bouleau (Betula pubescens) s’est déplacée au nord vers la toundra pour faire face au réchauffement climatique.

La vulnérabilité croît avec l’altitude

Outre le déplacement vers le nord, les essences forestières pourraient grimper plus haut pour échapper au réchauffement de la planète.

L’étude de la FAO a cité des travaux de scientifiques réalisés dans les Alpes autrichiennes qui ont constaté que les essences végétales alpines ont "migré" vers des altitudes plus élevées (de moins d’un mètre à près de 4 mètres par an au cours du siècle dernier). Les Alpes centrales se sont réchauffées de 0,7 degré Celsius durant la même période.

Cette tendance rendrait de nombreuses essences plus vulnérables aux pressions génétiques et environnementales, car les habitats de montagne sont généralement limités en taille, ce qui restreindrait alors les peuplements d’essences et, partant, la diversité de leur pool génique.

Impact mineur ou risque d’extinction

Toutes les essences ne réagiront pas en se déplaçant vers le haut, fait remarquer la FAO. Certaines auront une meilleure capacité d’adaptation aux nouvelles conditions climatiques et pourraient continuer à occuper plus ou moins leurs aires de répartition actuelles.

Pour d’autres, par contre, le changement climatique pourrait l’emporter sur leur capacité d’adaptation et conduire ainsi à leur extinction.

En effet, met en garde la FAO, au siècle prochain, le climat de la terre devrait se modifier plus rapidement que le rythme d’adaptation ou de rétablissement sous des climats plus favorables de nombreux écosystèmes forestiers, faisant planer le spectre de disparitions à grande échelle d’espèces arborescentes et de forêts entières.
Dossier de fond: Forêts et changement climatique

Suite du dossier…

Forêts et changement climatique

La hausse des températures modifiera la répartition des forêts

Les forêts, victimes des phénomènes climatiques extrêmes et de l’intensification des feux

FAO/T. Hofer

Changement climatique et réchauffement de la planète provoqueront, dans certaines régions, le dépérissement des forêts

envoyer cette page
La hausse des températures modifiera la répartition des forêts
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS