FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2006 :: Une opportunité ine… :: Proche-Orient et Af…
Proche-Orient et Afrique du Nord: demande en hausse, ressources limitées
Le Proche-Orient/Afrique du Nord est la région la plus aride du monde avec les plus hauts niveaux de déficit hydrologique. Dans 14 pays de la région, les ressources en eau s’établissent à moins de 500 m3 par personne et par an, contre une moyenne mondiale de près de 7 000 m3.

S’étendant du Maroc à l’ouest de l’Afghanistan à l’est, et de la Turquie au nord jusqu’au Yémen au sud, la région Proche-Orient/Afrique du Nord couvre 5,2 pour cent de la superficie totale de la terre et abrite 4,4 pour cent de sa population. Ses ressources en eau, toutefois, ne représentent que 1,2 pour cent des ressources hydriques renouvelables totales de la planète.

Les niveaux des ressources en eau sont variables dans la région. Le Maghreb, l’Afrique du Nord-Est et la Péninsule arabique souffrent d’une grave pénurie d’eau, tandis que le Moyen-Orient dispose de ressources plus importantes, pour la plupart dues aux flux abondants descendant des zones montagneuses de la Turquie.

De nombreux pays de la région consomment l’eau plus vite qu’elle ne se renouvelle naturellement. Ce tarissement a été aggravé par la pollution, qui a contribué à une détérioration des ressources utilisables et à un déclin général de la qualité de l’eau disponible.

Dans son ensemble, la région prélève 63 pour cent de ses ressources hydriques renouvelables internes (contre un total mondial de moins de 9 pour cent), et 88 pour cent de l’eau prélevée sert à l’agriculture.

L’irrigation a toujours été cruciale pour l’agriculture dans cette région pauvre en eau, mais la demande croissante d’eau – urbaine et industrielle – liée à une forte croissance de la population signifie une réduction graduelle du volume d’eau disponible pour l’agriculture. La superficie totale irriguée est d’environ 28 millions d’hectares (10 pour cent des surfaces totales mondiales irriguées), ce qui veut dire qu’un tiers des terres arables est irrigué.

Tout accroissement de la productivité agricole requiert de meilleures technologies d’irrigation et une diversification de la production vers des cultures à plus haute valeur ajoutée. Parmi les autres composantes d’une bonne gestion de l’eau dans cette partie du monde, citons le recyclage des eaux usées traitées et une meilleure maîtrise du drainage et de la salinité du sol.

La plupart des pays de la région ont recours à des sources d’eau non conventionnelles, comme l’eau dessalée ou les eaux usées traitées, et à l’extraction d’eau "fossile" non renouvelable, piégée des millénaires durant dans les nappes aquifères au plus profond de la terre.

L’utilisation totale d’eau dessalée au Proche-Orient et en Afrique du Nord est estimée à 1 681 millions de m3 par an. Trois pays - l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Koweït - sont de loin les premiers utilisateurs de l’eau dessalée avec 79 pour cent du total régional, l’Arabie saoudite représentant à elle seule 42 pour cent de la consommation.

On estime à 4 070 millions de m3 les eaux usées traitées réutilisées dans la région chaque année. L’Egypte, la Syrie, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite comptent pour près de 94 pour cent de toutes les eaux usées réutilisées dans la région, dont 73 pour cent pour l’Égypte à elle seule.

La salinisation nuit à l’agriculture irriguée dans la plupart des régions les plus arides, et le Proche-Orient et l’Afrique du Nord n’échappent guère à la règle. Environ 20 pour cent des terres irriguées auraient des problèmes de salinisation dans les 9 pays pour lesquels on dispose de chiffres, l’ampleur du problème variant de 3,5 pour cent en Jordanie à plus de 85 pour cent au Koweït.

Des installations appropriées de drainage empêchent l’engorgement et la salinisation dus à l’irrigation dans les zones arides. Associé à un calendrier d’irrigation, le drainage permet le lessivage des sels en excès de la zone radiculaire de la plante.

Des chiffres sur les zones drainées sont disponibles pour 13 des 21 pays de la région. Environ 29 pour cent des superficies irriguées de ces pays ont été équipées en installations de drainage (de 0,6 pour cent en Iran à plus de 88 pour cent en Égypte).
FAO

Suite du dossier…

Une opportunité inexploitée

Un environnement plus sain grâce à une meilleure gestion de l’eau

Proche-Orient et Afrique du Nord: demande en hausse, ressources limitées

Démystifier la science hydrologique pour le développement durable

Contact:

Salah Albazzaz
Relations médias, FAO
salah.albazzaz@fao.org
(+39) 06 570 56328

FAO

Dans de nombreux pays de la région, la consommation d’eau est supérieure à la vitesse de reconstitution de la nappe

FAO

Au Proche-Orient, un tiers des terres arables est irrigué

FAO/R. Messori

Les eaux usées traitées dans cette usine en Égypte sont recyclées pour irriguer les jeunes plants

envoyer cette page
Proche-Orient et Afrique du Nord: demande en hausse, ressources limitées
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS