FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2006 :: Unis contre la grip… :: Quand la grippe avi…
Quand la grippe aviaire frappe les plus démunis
Gallaya Riga, Niger – "Les oeufs et les poulets sont destinés à la vente, pas à la consommation; et avec l’argent, nous achetons des céréales", nous explique Nana Aicha, femme au foyer.

Même si les enfants chétifs du village auraient bien besoin de quelques protéines, les oeufs et la volaille sont trop précieux pour être consommés. Ils sont transportés dans des cages par charrette à boeufs pour être vendus aux négociants nigérians qui les attendent de l’autre côté de la frontière.

Mais un jour de février 2006, les villageois n’ont pas ramené que des espèces – ils ont aussi rapporté le virus de la grippe aviaire. Les autorités pensent que les marchands transportaient le virus sur leurs vêtements ou leurs véhicules – la maladie avait déjà éclaté au Nigeria – et le transmettaient à la volaille. Les villageois rentraient ensuite au Niger le soir avec les oiseaux invendus et désormais infectés, diffusant le virus aux villages et villes frontaliers.

L’effet a été dévastateur et illustre ce qui arriverait aux régions les plus pauvres de l’Afrique si la maladie mortelle se répandait à travers le continent.

"Nous avons tout perdu, soit parce que nos poulets et nos canards sont morts du jour au lendemain, soit parce que le gouvernement les a fait abattre", se plaint Mme Aicha. "Nous avons quelques chèvres et bovins que nous pouvons vendre en cas d’urgence, mais nous cultivons surtout du mil et du sorgho, et nous dépendons de la volaille pour nous procurer un peu d’argent. Avec les espèces, nous achetons des céréales pour notre alimentation quotidienne". "Aujourd’hui, mes cinq enfants et moi, nous mangerons du mil, du riz, un peu de lait, de sel et des piments", dit-elle.

Ali Abdu, le chef du village, semble surpris lorsqu’on lui demande si les villageois mangent des fruits et des légumes. "On peut rester six mois sans manger de viande non plus", réplique-t-il.
FAO

Suite du dossier…

Unis contre la grippe aviaire

Journal de la crise: la grippe aviaire s’étend à l’échelle mondiale

Le Viet Nam intervient avec une campagne de vaccination radicale

La Thaïlande partage ses secrets de réussite

Déchiffrer le mystère de la diffusion de la maladie

La Turquie s’efforce d’améliorer les délais d’intervention

Les pauvres accablés

Quand la grippe aviaire frappe les plus démunis

FAO/ S. Nelson

Le poulailler est vide après le passage de la grippe aviaire dans ce village de frontière au Niger

envoyer cette page
Quand la grippe aviaire frappe les plus démunis
-
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS