FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Le traité sur la bi…
Le traité sur la biodiversité aura force de loi
48 pays ont ratifié le premier traité juridiquement contraignant en faveur de l'alimentation et de l'agriculture
31 mars 2004, Rome -- Onze pays européens, l'Egypte et la Communauté européenne - en qualité d'organisation membre - viennent de ratifier le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, déclenchant ainsi le compte à rebours de trente jours pour l'entrée en vigueur du texte, a annoncé aujourd'hui la FAO.

Ces récentes ratifications portent à 48 le nombre de pays à travers le monde ayant ratifié le Traité qui entrera donc en vigueur le 29 juin 2004.

Le Traité garantira que les ressources génétiques des plantes pour l'alimentation et l'agriculture, qui sont vitales pour la survie de l'humanité, seront conservées et utilisées de manière durable et que les avantages qui en découlent seront répartis de manière juste et équitable.

"C'est un traité juridiquement contraignant qui est crucial pour l'agriculture durable", a déclaré M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO. "Il s'agit là d'une contribution importante à la réalisation de l'objectif principal du Sommet mondial de l'alimentation consistant à réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées d'ici à 2015."

"Plusieurs années de négociations multilatérales sous les auspices de la Commission intergouvernementale de la FAO sur les ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture ont finalement débouché sur un succès", a déclaré M. José Esquinas-Alcázar, Secrétaire de cette Commission.

"Le Traité fournit un cadre juridique international qui sera un élément clé pour garantir la sécurité alimentaire, aujourd'hui et demain. Le défi consiste maintenant à s'assurer que le Traité sera opérationnel dans tous les pays."

Le passé, le présent et l'avenir

La plupart des paysans pauvres de la planète dépendent de l'utilisation de la biodiversité génétique pour leurs revenus et leur survie.

L'expérience et la connaissance acquises durant plusieurs générations ont rendu possible le développement et la conservation de milliers de variétés de plantes qui, autrement, auraient disparu à tout jamais.

Le Traité reconnaît et protège cet héritage et consacre le nouveau principe qui protège les droits des paysans.

Erosion génétique

Malgré les efforts des paysans, la perte de la biodiversité a été très forte. Depuis la naissance de l'agriculture, quelque 10nbsp;000espèces ont été utilisées pour l'alimentation et le fourrage.

Aujourd'hui, 150 cultures nourrissent la grande majorité de l'humanité et 12 cultures seulement fournissent 80 pour cent de l'apport énergétique (blé, riz, maïs et patates fournissent, à elles seules, 60 pour cent).

Certains pays pauvres sont parmi les plus riches en diversité génétique.

Ressources génétiques et sécurité alimentaire

L'accès à une large variété de ressources génétiques rendra possible le développement d'une plus grande variété de produits alimentaires, qui amélioreront la vie et le régime alimentaire des consommateurs aussi bien en milieu rural qu'urbain.

Le Traité établira, pour la première fois, un système multilatéral d'accès à l'information et de partage des connaissances en matière de cultures et de fourrages essentiels pour la sécurité alimentaire.

Les scientifiques, les centres de recherche internationaux et les organisations publiques et privées spécialisées pourront tirer profit de cet accès élargi à la biodiversité génétique.

Le système multilatéral garantira aussi un partage équitable des avantages qui découlent de l'utilisation des ressources génétiques, en particulier pour les paysans des pays en développement qui ont, durant des siècles, contribué à la conservation de ces ressources.

Le système permettra également le partage des avantages monétaires découlant de l'utilisation des resources génétiques, y compris la commercialisation de nouvelles variétés par le secteur privé.

Contact:
Nuria Felipe Soria
Relations avec les Médias
nuria.felipesoria@fao.org
(+39) 06 570 55899

Contact:

Nuria Felipe Soria
Relations avec les Médias, FAO
nuria.felipesoria@fao.org
(+39) 06 570 55899

FAO/G. Diana

Représentants européens et de la FAO lors de la ratification du Traité international

FAO/18083/M. Griffin

Echantillons de différentes variétés de blé. La diversité génétique est cruciale pour la sécurité alimentaire.

envoyer cette page
Le traité sur la biodiversité aura force de loi
48 pays ont ratifié le premier traité juridiquement contraignant en faveur de l'alimentation et de l'agriculture
31 mars 2004 -- Onze pays européens, l'Egypte et la Communauté européenne - en qualité d'organisation membre - viennent de ratifier le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, déclenchant ainsi le compte à rebours de trente jours pour l'entrée en vigueur du texte, a annoncé aujourd'hui la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS