FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Adoucir le développ…
Adoucir le développement agricole dans les Balkans occidentaux
L'UE lève l'interdiction qui pesait sur les importations de sucre de Serbie-et-Monténégro
7 septembre 2004, Rome -- Compte tenu de la levée récente de l'interdiction d'importer du sucre serbe en franchise de droits, en vigueur depuis 15 mois, les producteurs de sucre serbes bénéficieront à nouveau d'un accès préférentiel au marché de l'Union.

Avec le rétablissement des concessions commerciales, les producteurs serbes pourront désormais exporter leur sucre à quelque 600 euros (724 dollars E.U.) la tonne, soit un relèvement de 200 euros (241  dollars), ce qui pourrait se traduire par un supplément de 80 millions d'euros (96,5 millions de dollars) de recettes annuelles d'exportation.

L'interdiction a été levée peu après l'organisation d'un atelier parrainé par la FAO et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Cet atelier qui s'est tenu à Belgarde a rassemblé des représentants du Gouvernement de Serbie-et-Monténégro, de la Commission européenne et des producteurs et des transformateurs régionaux de sucre pour examiner les moyens d'action possibles pour affronter les problèmes du secteur.

Des importations aigres-douces

Les bouleversements politiques et économiques dans les années 90 ont gravement nui au marché intérieur du sucre en Serbie-et-Monténégro. Les superficies de betterave à sucre ont diminué de moitié, passant de 100 000 hectares par an dans les années 80 à environ 50 000 ha au milieu des années 90, et la production de sucre a reculé tant en tonnage qu'en valeur.

Fin 2001, la situation a commencé à se redresser avec l'introduction par la Commission européenne d'une politique abolissant tous les droits d'importation de l'UE sur les produits provenant des Balkans occidentaux, y compris la Serbie-et-Monténégro, afin de relancer l'intégration politique et économique de la région.

Les importations de sucre des Balkans occidentaux, autrefois inexistantes, ont atteint 320 000 tonnes durant la campagne de commercialisation 2002-2003, la production de sucre serbe montant en flèche durant le premier trimestre de 2003 pour atteindre 84 000 tonnes.

Cependant, l'exemption de droits d'importation sur le sucre serbe a été suspendue en mai 2003, lorsqu'on a découvert qu'une grande partie du sucre entrant dans l'UE n'était pas produite en Serbie. De grandes quantités de sucre produit ailleurs étaient reconditionnées et exportées vers l'Union.

L'UE permet aux pays ayant un accès préférentiel d'importer du sucre pour la consommation intérieure lorsque ces pays sont victimes de baisses de production. Toutefois, les pays ayant un accès préférentiel ne peuvent exporter que le sucre produit à l'intérieur du pays.

Le marché européen est crucial

Une récente étude de la FAO sur l'état du secteur sucrier en Serbie-et-Monténégro, présentée durant l'atelier, révèle dans quelle mesure l'industrie sucrière serbe dépend du marché des quotas de l'UE.

"La Serbie a fort peu de probabilités de jamais devenir un exportateur compétitif sur le marché mondial", affirme le rapport.

"D'ici la fin de la décennie, avec le rétablissement de l'accès à l'UE, nous estimons que la Serbie pourrait produire quelque 400 000 tonnes de sucre dans cinq usines, avec une production de betteraves couvrant environ 60 000 hectares. Sans l'accès à l'UE, la production risquerait de stagner au niveau de la consommation intérieure, avec quatre usines produisant quelque 270 000 tonnes de sucre, et des superficies d'environ 40 000 hectares", dit le rapport.

"Les investisseurs ont manifesté un intérêt dans l'industrie sucrière de Serbie, mais la viabilité de ces investissements est liée au régime commercial entre la Serbie-et-Monténégro et l'UE", souligne le chargé d'investissements de la FAO Vlaho Kojakovic. "D'où l'importance de cette décision."

De bonnes nouvelles pour les producteurs de sucre

"La FAO a servi d'honnête courtier, réunissant toutes les parties concernées autour d'une table pour discuter des problèmes dans une tribune neutre", explique M. Kojakovic. "Le Gouvernement a montré qu'il entendait résoudre la situation, et l'UE a décidé de lui donner une chance. Nous sommes très heureux d'avoir participé à la recherche d'une solution."

Selon Goran Zivkov, Vice-Ministre de l'agriculture, le Gouvernement de Serbie-et-Monténégro est résolu à satisfaire la requête de l'UE d'aller au bout de l'enquête et de punir les responsables.

"Le Ministère travaille en étroite collaboration avec les autorités douanières et judiciaires afin de démasquer les responsables et découvrir les contrats incriminés dans l'exportation de sucre non serbe vers l'UE", dit-il. "Parallèlement, nous incitons à une meilleure surveillance, comptabilité et contrôle avec les douanes. Ces mesures amélioreront considérablement la traçabilité de toutes les exportations futures de sucre vers l'Union."

L'agro-alimentaire représentait près de 10 pour cent du produit intérieur brut total de la Serbie en 2001, avec des recettes totales de 3 milliards d'euros (3,6 milliards de dollars), dont 600 millions relevant du secteur sucrier.

"La décision de l'UE est une bonne nouvelle pour l'essor économique de la province de Vojvodine, qui assure la production de la majorité de la betterave à sucre serbe avec quatre des huit usines de transformation privées", ajoute M. Kojakovic. "On pourrait exporter jusqu'à 150 000 tonnes de sucre serbe cette année vers l'Union."


Contact:
Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146


Contact:

Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

envoyer cette page
Adoucir le développement agricole dans les Balkans occidentaux
L'UE lève l'interdiction qui pesait sur les importations de sucre de Serbie-et-Monténégro
7 septembre 2004 -- Les producteurs de sucre serbes bénéficieront à nouveau d'un accès préférentiel au marché de l'Union européenne. Suite à un atelier parrainé par la FAO, l'UE a levé l'interdiction d'importer du sucre serbe en franchise de droits.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS