FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Mieux vaut prévenir… :: La planification es…
La planification est fondamentale
"Tous les exemples de flambées de maladies animales aquatiques en Asie montrent la vulnérabilité de l'aquaculture et des pêches de capture dans la région face aux situations d'urgence infectieuses, et soulignent les impacts considérables que les nouvelles maladies peuvent avoir sur les économies locales", affirme M. Subasinghe.

La première ligne de défense, dit-il, sont les mesures de prévention des maladies; par exemple, une gestion correcte des exploitations piscicoles et l'introduction responsable des espèces importées. Le deuxième stade est de s'assurer que les pays sont préparés à réagir promptement et efficacement lorsque ces maladies se déclarent.

La FAO s'efforce de renforcer les capacités de surveillance et de gestion

En Indonésie, la FAO a répondu à la crise de KHV de 2002 avec un projet de coopération technique visant à relancer la capacité du pays de gérer la santé animale dans son secteur de l'aquaculture.

A cette fin, le Département des pêches de la FAO a organisé un atelier à Djakarta, en Indonésie, visant à mettre en place une stratégie régionale pour la surveillance des maladies animales aquatiques et la mobilisation d'interventions coordonnées.

"Nous avons réuni tout un éventail de personnes autour d'une table -- experts, responsables nationaux vétérinaires, pisciculteurs, responsables politiques - afin d'examiner les risques, la manière dont les pays les ont gérés jusqu'à présent et ce qu'il reste à faire pour améliorer les interventions", explique M. Subasinghe.

Participe également à l'atelier un autre service de la FAO, le Système de prévention et de réponse rapide contre les ravageurs et les maladies transfrontières des animaux et des plantes (EMPRES) qui se concentre sur la lutte contre les maladies animales comme la peste bovine, la fièvre aphteuse et la grippe aviaire, et aide les gouvernements à coordonner leurs interventions.

"Depuis longtemps nous aidons les pays à organiser la prévention, la planification préalable, et l'intervention en cas de maladie animale à terre", déclare Juan Lubroth, chef du programme EMPRES à la FAO. "Cet atelier nous a permis de transmettre notre expérience et d'aider les pays de la région Asie à renforcer leurs capacités de gestion des maladies animales aquatiques de façon analogue."

Ont également participé à l'atelier le Réseau des centres d'aquaculture de l'Asie-Pacifique, le WorldFish Center et les départements des pêches d'Indonésie et de Malaisie.

<< Article précédent | Article principal

Suite du dossier…

Mieux vaut prévenir que guérir: les maladies animales aquatiques en Asie

Une nouvelle maladie frappe ce poisson, pilier de l'économie et de l'alimentation de millions d'Asiatiques

La planification est fondamentale

FAO/20618/P. Lowrey

Les pays d'Asie manquent des ressources, de l'expertise et des infrastructures nécessaires pour la surveillance et l'intervention en cas de flambées de maladies animales aquatiques.

envoyer cette page
La planification est fondamentale
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS