FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Un Fonds pour les c…
Un Fonds pour les cultures afin de préserver la diversité végétale
Nations riches et pauvres s'engagent à sauver les semences partout dans le monde
21 octobre 2004, Rome -- Le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures, une initiative visant à la conservation de la biodiversité agricole, essentielle sur notre planète, est entré en vigueur aujourd'hui en tant qu'organisation internationale indépendante.

Le Fonds a franchi une étape majeure lorsque la Suède a signé l'accord portant à sa création. Le nombre de pays signataires est passé à 12, englobant 5 régions du monde. De ce fait, le critère de reconnaissance en droit international a été franchi.

La Suède a rejoint le Cap Vert, l'Equateur, l'Egypte, l'Ethiopie, la Jordanie, le Mali, le Maroc, les îles Samoa, la Syrie, les îles Tonga et le Togo, également signataires du Fonds.

Avec cette signature, la Suède s'est engagée à verser 50 millions de couronnes (environ 7 millions d'euros) au Fonds. Ce pays rejoint le peloton des bailleurs de fonds dont l'Ethiopie, un des 10 pays les plus pauvres au monde, qui a récemment promis 50 000 dollars.

Cet argent permettra de constituer un fonds de dotation de 260 millions de dollars qui serviront à financer les collections de diversité végétale les plus précieuses et menacées.

Le lancement de ce Fonds survient à un moment de pertes record de diversité végétale aussi bien dans les champs que dans les espaces naturels. Il coïncide aussi avec une situation de faim et de pauvreté extrêmes dans de nombreuses régions du monde.

En raison d'un financement instable et au compte-goutte, les génothèques, refuges pour la diversité des cultures, sont elles aussi de plus en plus menacées.

"Les nations riches comme pauvres s'engagent à soutenir le Fonds", selon M. Geoff Hawtin, Secrétaire exécutif du Fonds. "Cela montre qu'ils reconnaissent qu'il est urgent de protéger les collections de diversité végétale pour tous les pays, quels que soient leur niveau de développement ou leur emplacement géographique."

"L'Ethiopie est très riche en biodiversité agricole mais extrêmement pauvre en ressources financières", a indiqué M. Tewolde, Directeur général de l'Autorité de protection de l'environnement du pays et membre du comité exécutif par intérim du Fonds.

"L'avenir des Ethiopiens, comme celui du reste de l'humanité, ne peut être assuré si l'avenir de l'agriculture n'est pas garanti. Par conséquent, nous accueillons l'opportunité qui nous est offerte de participer à la sauvegarde des collections de diversité végétale du monde."

"La Suède accorde une grande importance à la diversité agricole", a déclaré M. Mats Åberg, Directeur adjoint au Département du développement au Ministère suédois des Affaires étrangères.

"La génothèque nordique, dont nous faisons partie, a pris des mesures fortes pour protéger la diversité de notre région. Elle a élargi sa collaboration à des collections d'Afrique australe ainsi qu'à des pays voisins de la Baltique. Nous savons que cela reste insuffisant. L'héritage agricole de l'humanité doit être protégé, où qu'il soit."

Récupérer et sauver

L'objectif du Fonds est d'apporter une source de financement garantie et durable aux collections de diversité végétale les plus importantes du monde. Il y a plus de 1 400 collections de diversité végétale dans plus de 100 pays dans le monde.

Ces collections sont les meilleures sources de matières premières dont les agriculteurs et les sélectionneurs ont besoin pour développer des cultures résistantes, fiables, productives et nourrissantes.

Elles contiennent des caractères qui permettront aux cultures de résister à la fois aux changements climatiques, aux nuisibles et aux maladies et d'accroître le rendement des cultures afin de nourrir une population mondiale en croissance constante.

Les revenus du Fonds, d'environ 12 millions de dollars par an, soutiendront les coûts de base de conservation pour les collections nationales et internationales de diversité végétale.

Le Fonds fournira également des financements pour récupérer et sauver des collections actuellement menacées et renforcer les capacités des pays en développement pour gérer de telles collections.

"La majorité des collections de culture dans le monde fonctionnent avec des budgets extrêmement serrés", a déclaré M. Hawtin. "Plusieurs pays en développement rencontrent des difficultés à cet égard, sans parler des activités nécessaires pour assurer la conservation à long terme de la diversité végétale qu'ils possèdent.

"Pourtant, cette diversité est cruciale pour la lutte contre la faim", a-t-il ajouté.

Certains ont baptisé l'Ethiopie "réservoir vivant de semences" pour la diversité stupéfiante de variétés de semences et de graines sauvages ou domestiques qu'on y trouve.

L'Ethiopie est un centre de gènes fondamental pour des cultures de plein champ telles que la graine de niger (Guzotia abyssinica), le tef (Eragrostis tef) et la moutarde éthiopienne (Brassica carinata). C'est un centre de gènes secondaire pour des cultures comme le durum (blé dur), l'orge, le sorgho, l'éleusine cultivée, la graine de lin, le sésame, le carthame (safran), le pois fourrager, le pois chiche, la lentille, le niébé et le fenu grec.

Aujourd'hui, en Ethiopie, 4,5 millions de personnes sont confrontées à des pénuries alimentaires.

En 2002, ce pays s'est battu avec la pire famine de son histoire depuis 1984. Quelque 15 millions de personnes avaient souffert de la faim.

Tirer les leçons du passé

Jusqu'à présent, le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures a reçu environ 51 millions de dollars pour financer ses activités alors que 60 millions de dollars sont encore en discussion.

Outre l'Ethiopie et la Suède, les bailleurs de fonds sont : l'Australie, le Brésil, le Canada, la Colombie, l'Egypte, les Etats Unis d'Amérique, la Suisse, le Conseil de Développement et de recherche sur les graines d'Australie, Syngenta, Pioneer/Dupont, la Fondation Gatsby, la Fondation Rockefeller, la Fondation Syngenta, la Fondation des Nations Unies, la Banque Mondiale et les Centres de récolte future du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (GCRAI).

"La FAO se félicite de l'établissement du Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures si rapidement après l'entrée en vigueur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture", a déclaré Mme Louise Fresco, Sous-Directrice générale de la FAO, responsable du Département de l'agriculture.

"Le Fonds permettra de garantir que l'un des objectifs clé du Traité -- la protection de la diversité végétale -- devienne une réalité."

"L'IPGRI est fier du rôle qu'il a joué dans la concrétisation de cette initiative", a souligné M. Emile Frison, Directeur général de l'Institut international des ressources phytogénétiques (IPGRI).

"Nous sommes impatients de continuer à apporter un soutien technique important au Fonds, alors qu'il entreprend la tâche critique de financer les coûts de la conservation des cultures vivrières les plus importantes du monde."

La création du Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures résulte d'une initiative conjointe de la FAO et de l'IPGRI dans l'intérêt des Centres de récolte future du GCRAI.

Le Fonds fait partie de la stratégie de financement du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l'alimentation et l'agriculture, qui a acquis force de loi le 29 juin 2004.

Contacts:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Ellen Wilson
Business Communications
ewilson@businesscommunications.com
(+1) 301 652 1558, poste 108

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Ellen Wilson
Business Communications
ewilson@businesscommunications.com
(+1) 301 652 1558, poste 108

FAO/22469/R. Messori

Des agronomistes recueillant des échantillons de semences en Turquie

envoyer cette page
Un Fonds pour les cultures afin de préserver la diversité végétale
Nations riches et pauvres s'engagent à sauver les semences partout dans le monde
21 octobre 2004 - Le Fonds fiduciaire mondial pour la diversité des cultures, une initiative visant à la conservation de la biodiversité agricole, essentielle sur notre planète, est entré en vigueur aujourd'hui en tant qu'organisation internationale indépendante.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS