FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: La FAO a besoin de …
La FAO a besoin de 60 millions de dollars pour réhabiliter l'agriculture dans 14 situations d'urgence au niveau mondial
L'appel consolidé inter-agences des Nations Unies concerne 26 millions de personnes
11 novembre 2004, Rome -- La FAO a lancé aujourd'hui un appel pour quelque 60 millions de dollars destinés au relèvement de l'agriculture en 2005 dans 14 pays et régions affectés par des désastres naturels ou provoqués par l'homme.

Ces fonds devraient permettre de couvrir le volet agricole de l'appel consolidé inter-agences des Nations Unies pour l'année prochaine. Les agences de l'ONU et leurs partenaires non gouvernementaux ont besoin d'un total de 1,7 milliard de dollars en faveur de 26 millions de personnes affectées par des situations d'urgence.

"Pour la FAO, la protection et la réhabilitation des moyens d'existence tirés essentiellement de l'agriculture font partie intégrante de l'appel d'urgence. La FAO cherche à relancer rapidement et opportunément la production agricole afin de renforcer la sécurité et l'autodépendance alimentaires ainsi que la nutrition des enfants, des femmes, des personnes déplacées, des réfugiés et des autres groupes vulnérables durant et après les crises", selon Mme Anne Bauer, Directrice de la Division des opérations d'urgence et de réhabilitation de la FAO.

"L'impossibilité pour les paysans d'avoir accès aux semences et aux outils agricoles ou de pouvoir réparer rapidement les infrastructures d'irrigation durant la période critique des labours et des semailles entraîne une dépendance plus durable de l'aide alimentaire", ajoute Mme Bauer.

"Le fait de ne pas pouvoir vacciner ou nourrir son bétail se traduit non seulement par une diminution du niveau nutritionnel et une régression des revenus des ménages, mais aussi par un ralentissement de la reconstitution des troupeaux."

Poursuite des conflits en Afrique

Au Burundi, une décennie de conflits armés a entraîné une augmentation de la population vulnérable d'environ 5 pour cent. La proportion des personnes vulnérables se situe actuellement entre 15 et 20 pour cent de la population totale.

La FAO a besoin de 12 millions de dollars pour améliorer les conditions de vie des ménages les plus vulnérables, notamment les personnes déplacées et les familles qui retournent à leurs communautés d'origine. Il faudra leur distribuer des semences, des plants d'arbres pour reconstituer les forêts et des outils agricoles.

Il faudra également former aux techniques agricoles non seulement les paysans mais aussi les enfants non scolarisés et les jeunes démobilisés qui retournent à leurs foyers en zones rurales.

D'autres projets incluent le secteur de la pêche, les jardins maraîchers et le petit élevage pour améliorer les régimes alimentaires dans les zones périurbaines ainsi que la réhabilitation des systèmes communautaires pour la production et l'échange de semences de qualité.

La FAO doit fournir également un appui technique et logistique au Ministère de l'agriculture et de l'élevage pour la coordination des activités agricole d'urgence et les systèmes de surveillance et d'alerte rapide en matière de sécurité alimentaire.

Après cinq années de guerre, l'espoir en une amélioration, qui renaissait en République démocratique du Congo, a été ébranlé en 2004 par la reprise des combats, dans la partie est du pays (Nord et Sud Kivu, Ituri). Ceux-ci ont provoqué des déplacements massifs de population et torpillé l'action humanitaire.

Pour ce pays, la FAO a besoin de 12,5 millions de dollars pour aider les familles affectées par les conflits armés à reprendre leurs activités agricoles et améliorer aussi bien leur statut nutritionnel que leurs revenus.

La FAO, en collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), l'UNICEF et les ONG, doit fournir des kits d'intrants agricoles et une formation agricole à 300 000 familles ayant des enfants malnutris.

Au Tchad, où se trouvent quelque 200 000 réfugiés soudanais venus du Darfour et 30 000 autres réfugiés venus de la République centrafricaine, tout nouvel afflux de réfugiés mettrait en péril la sécurité alimentaire des populations autochtones dont les moyens d'existence fragiles sont déjà mis à rude épreuve.

La FAO a besoin de 8 millions de dollars pour améliorer à la fois la sécurité alimentaire des réfugiés et des populations indigènes. Il faudra leur fournir des semences et des outils agricoles, les aider à relancer la production avicole et l'élevage, améliorer les services vétérinaires et apporter une assistance technique au Ministère de l'agriculture et de l'élevage dans le cadre de ses programmes de réhabilitation agricole d'urgence.

Dans le nord de l'Ouganda, le conflit armé est entré dans sa dix-huitième année drainant des centaines de milliers de personnes déplacées et dénuées de tout. A la mi-mars 2004, on estimait à 1,6 million le nombre de personnes vivant dans des camps de réfugiés. Autour de ces camps, les ressources naturelles - terres fertiles, arbres pour le bois de chauffe et la construction de huttes - sont fortement exploités.

La FAO a besoin de 4,3 millions de dollars pour la réhabilitation agricole en Ouganda. Les projets incluent la formation des populations des camps de réfugiés aux techniques agricoles respectueuses de l'environnement, notamment l'agroforesterie. Quelque 70 000 plants d'arbres à croissance rapide seront plantés pour améliorer la fertilité des sols et procurer du bois et du fourrage.

Toujours en Ouganda, la FAO appuiera la programme de distribution de nourriture du PAM en fournissant aux personnes déplacées des semences de cultures vivrières et de légumineuses ainsi que des outils agricoles tout en facilitant l'accès de ces personnes aux terres arables afin qu'elles soient en mesure de subvenir à leurs besoins alimentaires.

La FAO fournira aussi des semences et d'autres intrants agricoles aux anciens combattants pour faciliter leur réintégration sociale.

La Somalie est à la croisée des chemins. Les derniers pourparlers de paix ont débouché sur la formation d'un nouveau gouvernement de transition qui promet de mettre fin à plusieurs années d'instabilité politique et de violence.

Sur les 7 millions de Somaliens, plus de 350 000 sont des réfugiés et quelque 400 000 ont été déplacés par les conflits armés et les sécheresses à répétition.

Dans ce pays, la FAO a besoin de 4,2 millions de dollars pour améliorer la production agricole, la commercialisation et le traitement des produits de l'agriculture ainsi que les infrastructures rurales. Les activités projetées incluent l'amélioration du statut sanitaire et nutritionnel du bétail destiné à l'exportation afin d'accroître à la fois la valeur marchande des bêtes et les revenus des éleveurs nomades.

D'autres projets portent sur la production et la consommation de poisson, sur l'amélioration des revenus des habitants des zones urbaines et périurbaines, notamment les femmes, grâce à la diversification de leurs moyens d'existence et sur la modernisation du système de collecte de données relatives à la sécurité alimentaire afin de permettre aux différentes organisations oeuvrant en Somalie de répondre de manière coordonnée aux besoins alimentaires de la population.

Cisjordanie et bande de Gaza

Selon une mission d'évaluation FAO/PAM effectuée en 2004, l'insécurité alimentaire est une menace réelle et presque permanente pour environ 70 pour cent de la population de Cisjordanie et de la bande de Gaza. Quatre ménages sur dix sont en situation d'insécurité alimentaire chronique.

La FAO a besoin de 4 millions de dollars pour toute une série de projets, notamment pour améliorer la qualité de l'huile d'olive et en faveur des ménages dirigés par des femmes (amélioration de la nutrition et des revenus grâce à l'élevage de basse-cour, à l'apiculture et à d'autres activités).

Les projets incluent également la réhabilitation des serres de légumineuses endommagées et le développement d'un système d'information sur le statut nutritionnel et la situation alimentaire de la population palestinienne.

Les autres pays et régions cités dans l'appel 2005 sont l'Afrique de l'Ouest, la Côte d'Ivoire, l'Erythrée, la Guinée, la Région des Grands Lacs, la République centrafricaine, la République du Congo et la Tchétchénie (Fédération Russe).

Contact:
Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

Contact:

Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

FAO/23962/M. Linton

La FAO a besoin d'argent pour aider les personnes déplacées dans plusieurs pays ravagés par les conflits armés

FAO/23937/M. Bleich

L'aide permettra la reprise de la production agricole en République démocratique du Congo

FAO/17523/R. Faidutti

Forêt détruite pour cultiver de nouvelles terres en Ouganda

envoyer cette page
La FAO a besoin de 60 millions de dollars pour réhabiliter l'agriculture dans 14 situations d'urgence au niveau mondial
L'appel consolidé inter-agences des Nations Unies concerne 26 millions de personnes
11 novembre 2004 -- La FAO a lancé aujourd'hui un appel pour quelque 60 millions de dollars destinés au relèvement de l'agriculture en 2005 dans 14 pays et régions affectés par des désastres naturels ou provoqués par l'homme.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS