FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Promouvoir des alte…
Promouvoir des alternatives à la culture du pavot en Afghanistan
6,83 millions de dollars du Royaume-Uni pour développer des moyens de subsistance alternatifs viables dans les zones de production
15 novembre 2004, Rome - Le Royaume-Uni s'est engagé à financer à hauteur de 6,83 millions de dollars un projet de la FAO, d'une durée de deux ans, visant à éradiquer la production d'opium en Afghanistan en développant des moyens de subsistance alternatifs dans les principales régions productrices de pavot du pays, a annoncé aujourd'hui l'Organisation.

Ce financement concerne la première phase d'un programme de 25,5 millions de dollars, engageant plusieurs bailleurs de fonds sur cinq ans. Ce programme, développé par la FAO, a pour objectif de soutenir les moyens de subsistance agricoles; il cible plus de 1,5 million de personnes dans les provinces productrices de pavot.

A la recherche d'options légales et lucratives

En ligne avec la stratégie nationale de contrôle des drogues en Afghanistan visant à éradiquer la culture illicite de pavot d'ici 2013, le principal objectif du projet est de promouvoir la diversification des moyens de subsistance en améliorant l'accès aux activités génératrices de revenus, agricoles et non agricoles, dans les communautés dépendantes de la production de pavot.

Une attention sera également portée aux communautés où la culture de pavot a été éradiquée et où les familles sont confrontées à d'importantes pertes de revenus.

"Ce n'est pas par choix que des agriculteurs afghans cultivent le pavot. Il n'y a aucune autre alternative intéressante actuellement pour leur procurer un revenu similaire", a déclaré John Dixon du Service de la gestion, de la commercialisation et de financement agricoles de la FAO.

La participation des communautés locales dans l'évaluation et le développement d'opportunités de revenus alternatifs sera cruciale pour garantir l'appropriation au niveau local et pour lever les contraintes de mise en oeuvre. Cela permettra aussi de promouvoir les cultures de remplacement au-delà des zones initialement concernées par le projet.

"Nous formons des personnes sur le terrain; dans les villages comme au niveau politique", a indiqué M. Dixon. "En travaillant à l'amélioration de la capacité technique et opérationnelle des institutions afghanes à tous les niveaux, le projet permettra de créer un environnement permettant aux organisations d'apprendre ce qui fonctionne afin de reproduire à une plus grande échelle les projets pilotes qui ont réussi."

Une dépendance accrue de la production de pavot

L'Afghanistan est le plus grand producteur de pavot dans le monde, comptant pour plus des deux tiers de la production d'opium mondiale, selon le Bureau des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime. La récolte de 2003, de 3 600 tonnes, a été la deuxième plus importante récolte enregistrée jusqu'ici dans le pays.

Les moyens de subsistance d'environ 1,7 million de ruraux - quelque 7 pour cent de la population en Afghanistan - sont directement dépendants de la culture du pavot. La production de pavot s'est, de plus, étendue jusqu'aux zones les plus reculées et inaccessibles du pays en raison d'une pression politique et physique accrue sur les principales zones de production depuis l'interdiction, en 2002, de la culture illicite du pavot, du trafic et de la consommation d'opiacés.

La pauvreté à l'origine de l'attrait du pavot

Pour les ruraux pauvres se battant pour survivre au milieu du chaos résultant de plus de 20 années de conflit et, plus récemment, de quatre années de sécheresse, la culture du pavot a fourni des revenus monétaires relativement stables et la possibilité pour les agriculteurs pauvres et les sans-terre d'accéder à la terre. Elle a également apporté la seule source de crédits et d'intrants agricoles, les négociants offrant souvent des avances pour une production future.

La rentabilité de la production d'opium à des prix tournant autour de 283 dollars le kilo est difficile à battre: le pavot rapporterait environ huit fois plus de revenus par hectare que le blé, tout en utilisant moins d'eau et d'intrants.

Les marchés pour des productions autres que l'opium sont souvent inexistants, il est alors difficile de générer de l'argent avec des systèmes de culture normaux.

Avant la guerre et la sécheresse, les foyers afghans étaient capables de produire plus de 80 pour cent de leurs besoins alimentaires. Aujourd'hui, ils ne peuvent couvrir qu'environ 60 pour cent de ces besoins.

Des cultures horticoles comme les pistaches, les agrumes, les figues, les dattes et les amandes totalisaient auparavant 30 à 50 pour cent des revenus des exportations de l'Afghanistan. Aujourd'hui, les exportations horticoles sont négligeables et plusieurs opérations horticoles n'existent plus.

Le rétablissement des capacités de transformation post-récolte pour des produits afghans selectionnés tels que des fruits à coque de haute qualité et des fruits séchés offre une opportunité d'amélioration des moyens de subsistance, selon M. Dixon.

"Quand vous développez des activités de transformation locales, vous créez des emplois. Cela peut donner aux agriculteurs des opportunités de revenus non agricoles pouvant leur permettre de s'élever au-dessus du seuil de pauvreté et leur fournissant de l'argent pour des intrants agricoles", a-t-il déclaré.

Une approche holistique

Le nouveau projet s'ajoutera au travail constant de la FAO dans le pays et rejoindra les projets de développement menés par d'autres organisations en Afghanistan. Depuis 2001, la FAO oeuvre pour la réhabilitation de l'agriculture dans le pays, essentiellement à travers des activités d'urgence telles que la distribution de semences, d'outils et d'engrais, ainsi que la lutte antiacridienne.

Les projets à long terme comprennent la production de semences, la culture et la commercialisation de fruits et légumes, les services vétérinaires, les projets d'élevage avicole par les femmes, les projets de production et vente de lait, la réhabilitation des systèmes d'irrigation et le renforcement des institutions et des services afghans.

La FAO collabore étroitement avec les institutions locales, les organisations non-gouvernementales, le secteur privé et d'autres partenaires pour garantir une réponse intégrée et holistique aux divers facteurs incitant les agriculteurs à cultiver du pavot.

Selon M. Dixon, un ensemble d'interventions sera nécessaire afin d'assurer des progrès durables dans la lutte contre la production de pavot: la restauration des infrastructures, des services de santé et d'éducation, l'électrification, la communication, la loi et l'ordre, entre autres.

"Cela ne se fera pas du jour au lendemain mais la réhabilitation des capacités de production, de commercialisation et de transformation permettra de rétablir des alternatives de revenus acceptables. Combinées avec l'application de la loi, des initiatives de ce type peuvent contribuer à réduire graduellement la dépendance de la culture de la drogue", selon M.Dixon.

"Ce projet est un point de départ", a-t-il ajouté. "Il prépare le terrain à une initiative de longue haleine qui nécessitera un engagement et un soutien supplémentaires afin d'obtenir un impact durable sur la culture illicite du pavot. A l'avenir, les fonds attribués par d'autres bailleurs de fonds permettront l'expansion de ces activités à partir des leçons tirées de cette phase pilote."

Contact:
Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

Contact:

Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

FAO/M. Clausen

Ce n'est pas par choix que des agriculteurs afghans cultivent le pavot.

FAO/M. Clausen

En Afghanistan, environ 1,7 million de ruraux vivent de la culture du pavot.

envoyer cette page
Promouvoir des alternatives à la culture du pavot en Afghanistan
6,83 millions de dollars du Royaume-Uni pour développer des moyens de subsistance alternatifs viables dans les zones de production
15 novembre 2004 - Le Royaume-Uni s'est engagé à financer un projet de la FAO visant à éradiquer la production d'opium en Afghanistan en développant des moyens de subsistance alternatifs dans les principales régions productrices de pavot du pays.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS