FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Criquet pèlerin: la…
Criquet pèlerin: la FAO exhorte les pays concernés à poursuivre une lutte intensive
Le succès de la campagne hiverno-printanière conditionnera l'échelle de la menace acridienne l'été prochain dans le Sahel
30 novembre 2004, Rome - La période qui nous sépare de fin février 2005 est cruciale, selon la FAO. C'est, en effet, d'une bonne coordination de la campagne de lutte antiacridienne durant cette période que dépendra à la fois la protection des cultures au Maghreb et la réduction du risque de retour massif d'essaims de criquets pèlerins, l'été prochain, dans les pays sahéliens.

"Une attention particulière est actuellement accordée par la FAO à l'appui qu'il convient d'apporter au nord-ouest de l'Afrique et au nord du Sahel au cours de la saison hiverno-printanière", a déclaré M. Mahmoud Solh, Directeur de la Division de la production végétale et de la protection des plantes, lors de la session extraordinaire du Comité FAO de lutte contre le criquet pèlerin qui se tient du 29 novembre au 2 décembre au siège de cette agence spécialisée des Nations Unies.

"L'objectif consiste, d'une part, à limiter les dégâts aux cultures dans les pays du Maghreb et, d'autre part, à réduire le nombre des essaims qui se formera dans les aires de reproduction printanière de ces mêmes pays, essaims qui pourraient menacer de nouveau le Sahel. Il convient de n'épargner aucun effort aujourd'hui afin d'être fin prêt en cas d'une éventuelle réinfestation en Afrique de l'Ouest l'été prochain", a souligné M. Solh.

Des représentants des pays affectés par le criquet pèlerin et des bailleurs de fonds participent à cette session pour tirer les leçons de la campagne antiacridienne 2004 et discuter des futures actions à entreprendre.

Les bailleurs de fonds ont promis 70 millions de dollars pour les opérations de lutte contre le criquet pèlerin, principalement dans le Sahel, afin de contrer la plus grave infestation acridienne depuis 15 ans. Les pays affectés du Maghreb ont également besoin du soutien de la communauté internationale pour leurs campagnes de lutte, selon la FAO.

Durant l'été et jusqu'au 19 novembre 2004, les 2,2 millions d'hectares traités ont permis de limiter les dégâts aux cultures et aux pâturages dans le Sahel.

La situation acridienne

Les essaims qui ont échappé aux traitements dans le Sahel se sont déplacés rapidement vers les pays du Maghreb, indique la FAO. Des opérations de lutte intensives sont en cours au Maroc, en Algérie et dans l'ouest de la Libye.

Un nombre important d'essaims immatures pourrait, au cours des prochaines semaines, être piégé entre les monts Atlas et les vallées, au Maroc et en Algérie, précise la FAO. Les essaims devraient arriver à maturité et pondre en mars lorsque les températures augmentent. Cela devrait donner aux équipes de lutte au moins trois mois pour traiter autant d'essaims que possible avant qu'ils ne soient en mesure de se reproduire.

Au Maroc, environ 1,4 million d'hectares ont été traités depuis septembre lorsque les essaims venant du Sahel sont réapparus. Des traitements extensifs se poursuivent également en Algérie où quelque 700 000 hectares ont été traités. Plus de 25 aéronefs sont actuellement opérationnels dans la région.

Le succès de la campagne de lutte sera très dépendant des conditions météorologiques, selon M. Solh. Le manque de pluie, par exemple, conjugué à des opérations de lutte intensives, pourrait briser le cycle de développement du criquet pèlerin.

En Afrique de l'Ouest, quelques essaims sont toujours présents et se déplacent vers l'ouest du Sahel, infestant de nouveau le nord du Burkina Faso. Ils poursuivent leur progression vers le centre et le sud-ouest du Mali.

On s'attend à ce que les essaims se déplacent plus à l'ouest au Mali. Ils pourraient atteindre la Guinée. D'autres essaims se déplacent vers l'ouest le long de la frontière entre le Mali et la Mauritanie, envahissant de nouveau le sud-est et le sud de la Mauritanie ainsi que le nord-est du Sénégal. Les dégâts aux cultures devraient être limités, la plupart des récoltes étant déjà faites.

Des opérations de lutte aérienne et terrestre se poursuivent contre des essaims immatures en Mauritanie. Depuis juillet 2004, ce pays a traité environ un million d'hectares.

La menace est faible de voir d'autres essaims de criquets pèlerins se diriger vers l'Egypte, le Sinaï et la mer Rouge, selon la FAO.

Le point sur la campagne

La FAO aide les pays affectés à développer des plans d'urgence pour la campagne estivale 2005. L'Organisation prend les mesures appropriées pour recruter des spécialistes dans les domaines de la gestion des données, la lutte, la surveillance, la logistique, la santé humaine et la protection de l'environnement pour beaucoup de pays sahéliens.

La stratégie consiste à s'appuyer sur les ressources humaines locales des services de protection des plantes, des ministères et des autres institutions nationales.

Un programme de formation est en cours d'élaboration pour disposer, dans chaque pays, de formateurs nationaux. Ceux-ci devront dispenser, aux agents des services de protection des plantes susceptibles de participer à la prochaine campagne antiacridienne, une formation adéquate.

La formation d'équipes spécialisées dans la protection de la santé humaine et de l'environnement sera fortement renforcée. Les organisations non gouvernementales seront invitées à s'impliquer dans ce programme de formation.

La FAO a invité les pays concernés à stocker les pesticides non utilisés au cours de la campagne 2004 dans des hangars spécialement aménagés et sécurisés pour ce genre de produits. Ils seront ainsi disponibles pour la campagne estivale 2005. Un inventaire des stocks résiduels est en cours. Des fonds sont, en outre, alloués pour collecter les fûts de pesticides vides et s'assurer que les procédures de destruction sont correctement appliquées.

La FAO espère que les résultats des expérimentations de terrain à grande échelle avec des bio-pesticides plus respectueux de l'environnement seront disponibles avant l'été 2005 et que certains de ces produits pourront être utilisés lors des futures campagnes de lutte.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105

FAO/E. Northoff

Les ravages des criquets pèlerins dans le nord du Sénégal

Audio

En Mauritanie, situation critique tant pour les humains que pour les animaux. Interview avec Florence Egal, expert en nutrition (FAO) (2min24sec) (ram)

qualité broadcast (mp3)

FAO/E. Northoff

Un criquet pèlerin

FAO/E. Northoff

Un essaim de criquets pèlerins autour d'un troupeau

FAO/E. Northoff

La préparation des opérations de lutte aérienne

envoyer cette page
Criquet pèlerin: la FAO exhorte les pays concernés à poursuivre une lutte intensive
Le succès de la campagne hiverno-printanière conditionnera l'échelle de la menace acridienne l'été prochain dans le Sahel
30 novembre 2004 -- La période qui nous sépare de fin février 2005 est cruciale. C'est, en effet, d'une bonne coordination de la campagne de lutte antiacridienne durant cette période que dépendra à la fois la protection des cultures au Maghreb et la réduction du risque de retour massif d'essaims de criquets pèlerins, l'été prochain, dans les pays sahéliens.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS