FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: La réunion mondiale…
La réunion mondiale sur l'influenza fixe les mesures essentielles
Les participants conviennent de la nécessité de mobiliser d’urgence des fonds
9 novembre 2005, Genève – Les participants à une réunion mondiale ont arrêté les principaux éléments d’un plan d’action mondial de lutte contre la grippe aviaire chez l’animal, simultanément destiné à réduire la menace d’une pandémie de grippe humaine.

Plus de 600 délégués d’une centaine de pays sont convenus de la nécessité de mobiliser d’urgence des ressources financières et autres pour les pays déjà touchés par la grippe aviaire ainsi que pour les pays les plus exposés, et de reconnaître et de combattre une pandémie humaine dès qu’elle se déclare.

En conclusion à cette réunion historique, le Dr LEE Jong-wook, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a déclaré: «Le monde entier reconnaît qu’il s’agit là d’un défi majeur pour la santé publique. L’OMS est prête à déployer ses ressources pour réduire le risque de pandémie humaine. Nous devons maintenant tester les plans que nous avons élaborés. Lorsqu’apparaîtra un virus pandémique, il sera trop tard.»

Les spécialistes et les hauts responsables ont énoncé une série de mesures à prendre face à la menace du virus grippal H5N1 qui circule actuellement chez les animaux en Asie et qui a été identifié dans certaines parties de l’Europe:

Lutte à la source chez les oiseaux
  • Améliorer les services vétérinaires, les plans de préparation aux situations d’urgence et les campagnes de lutte, et notamment l’abattage, la vaccination et les compensations.
  • Aider les pays à combattre la grippe aviaire chez les animaux.
Surveillance
  • Renforcer les systèmes de dépistage précoce et de riposte rapide pour la grippe humaine et animale.
  • Renforcer les capacités de laboratoire.
Endiguement rapide
  • Fournir un soutien et une formation pour l’examen des cas et des groupes de cas chez l’homme et l’animal, et planifier et tester les activités d’endiguement rapide.
Préparation à une pandémie
  • Elaborer et tester des plans nationaux de préparation à une pandémie, procéder à un exercice mondial de riposte à une pandémie, renforcer les capacités des systèmes de santé, former les cliniciens et les administrateurs des services de santé.
Plans de pays intégrés
  • Elaborer des plans nationaux intégrés associant tous les secteurs pour la fourniture d’un soutien technique et financier coordonné.
Communication
  • A l’appui de tout ce qui précède, une communication factuelle et transparente, en particulier sur les risques, est essentielle.
Le Dr David Nabarro, Coordonnateur principal du système des Nations Unies pour la grippe aviaire et humaine, a déclaré: «Nous devons utiliser au mieux tous nos atouts et toutes nos compétences, éviter les doubles emplois, partager notre savoir, tirer la leçon de notre expérience et affiner nos méthodes de travail. Nous devons avant tout soutenir les mécanismes qui existent dans les pays et proposer des plans et des programmes intégrés communs et des activités de suivi à l’échelle mondiale.»

La réunion a porté sur les principaux besoins financiers des pays à court, moyen et long terme. Selon une analyse présentée par la Banque mondiale, les besoins des pays touchés pourraient atteindre 1 milliard de dollars au cours des trois prochaines années. Ce chiffre n’inclut pas le financement de la mise au point de vaccins destinés à l’homme ou à l’animal, des antiviraux ni des compensations aux éleveurs pour la perte de revenu consécutive à l’abattage des animaux.

Louise Fresco, Sous-Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a déclaré: «De nombreux pays où la maladie est endémique ont déjà pris des mesures mais ils sont dépassés par la situation et ont besoin d’une aide d’urgence. C’est en luttant contre la maladie chez l’animal que nous parviendrons à réduire la menace d’une pandémie humaine. Nous savons que la maladie est propagée par les oiseaux sauvages mais nous devons approfondir les recherches pour bien comprendre leur rôle.»

Les participants ont approuvé un appel en faveur de la mobilisation d’urgence de 35 millions de dollars pour financer les mesures prioritaires de l’OMS, de la FAO et le l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) pendant les six prochains mois. Des ressources doivent en outre être recueillies d’urgence pour financer les activités de surveillance, de lutte et de préparation dans les pays.

Le Dr Bernard Vallat, Directeur général de l’OIE, a déclaré: «Nous devons maintenant nous atteler en priorité aux besoins urgents des six prochains mois. Pour l’OIE et la FAO, les priorités sont l’évaluation et le renforcement des services vétérinaires, des capacités de laboratoire et de surveillance des pays touchés et des pays les plus exposés. Nous devons également soutenir le réseau de lutte contre la grippe aviaire pour ce qui est des capacités en matière de diagnostic et de l’échange d’isolements avec l’OMS. Souvenez-vous qu’il s’agit d’un bien public international.»

Il est indispensable de réduire le risque d’exposition humaine au virus H5N1 et le risque ultérieur de l’émergence d’un nouveau virus pandémique. L’OMS a besoin d’urgence de moyens pour aider les pays à améliorer les systèmes de surveillance essentiels et à renforcer les systèmes d’alerte précoce, et les capacités en matière de communication. «Le temps nous est compté», a déclaré Le Dr Margaret Chan, Représentant du Directeur général de l’OMS pour la grippe pandémique. «Nous devons agir sans délai pour nous donner le maximum de chances de contenir une pandémie.»

«Dès l’instant où davantage de régions ou de pays seront touchés par des flambées animales ou une transmission interhumaine, les besoins financiers exploseront», a déclaré James Adams, Vice-Président pour la politique opérationnelle de la Banque mondiale, et Chef du groupe spécial de la Banque pour la grippe aviaire. «A l’issue de nos travaux de ces trois derniers jours ici à Genève, nous disposons d’un solide plan d’action que nous pourrons présenter à la conférence des donateurs mi-janvier à Beijing.»

Contacts:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 5705 3105
(+39) 348 25 23 616 (cell)

Dick Thompson, OMS
thompsond@who.int
(+41) 22 791 2684

Maria Zampaglione, OIE
m.zampaglione@oie.int
(+33) 6 1646 2890

Philip Hay, Banque mondiale
phay@worldbank.org
(+1) 202 409 2909

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

envoyer cette page
La réunion mondiale sur l'influenza fixe les mesures essentielles
Les participants conviennent de la nécessité de mobiliser d’urgence des fonds
9 novembre 2005 – Les participants à une réunion mondiale ont arrêté les principaux éléments d’un plan d’action mondial de lutte contre la grippe aviaire chez l’animal, simultanément destiné à réduire la menace d’une pandémie de grippe humaine.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS