FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Priver les enfants …
Priver les enfants d’éducation, c’est perpétuer la faim et la pauvreté
Plus d’investissements sont nécessaires dans les zones rurales
28 novembre 2005, Beijing/Bangkok/Rome – Une priorité essentielle est d’améliorer l’accès à une éducation de qualité dans les zones rurales dans les domaines de l’enseignement primaire, de l’alphabétisation et du développement des compétences.

Cette priorité concerne aussi bien les communautés d’agriculteurs, d’éleveurs et de pêcheurs que les populations vivant dans les montagnes, les forêts et les déserts, a souligné aujourd’hui la FAO.

"Priver les enfants d’éducation dans les zones rurales, c’est perpétuer une faim évitable. Suivre un enseignement primaire est l’un des moyens les plus sûrs de briser le cycle de la pauvreté et de la faim pour les enfants et leurs familles", a déclaré M. He Changchui qui représentait la FAO à la cinquième réunion du groupe de haut niveau sur l’Education pour tous (EPT), à Beijing (28-30 novembre 2005).

Inégalités croissantes

Les inégalités se creusent entre les régions urbaines et rurales alors que 75 % des pauvres dans le monde vivent en zones rurales. Etant donné le caractère multiple de la pauvreté et de l’insécurité alimentaire, le développement rural basé uniquement sur le modèle agricole a montré ses limites, selon la FAO.

La recherche indique que l’éducation contribue notablement à la réduction de la malnutrition tout en jouant un rôle important dans l’accroissement de la productivité.

De rapides améliorations peuvent être obtenues lorsque les pays optent pour une éducation gratuite, sans frais scolaires et autres charges, ce qui permet d’accroître le taux de scolarisation en primaire.

"Les enfants fréquentant des écoles qui offrent des repas gratuits ont 30 % de plus de chance de terminer leur enseignement primaire", a ajouté M. He, Représentant régional de la FAO pour l’Asie et le Pacifique.

La pleine participation de toutes les parties prenantes grâce à la prise en main des populations pauvres, de leur destinée et grâce à des réformes politiques et institutionnelles dans le secteur rural doit être le point de départ, selon la FAO.

Améliorer les moyens d’existence

L’éducation de base affecte immédiatement et de manière positive la productivité des petits agriculteurs. Une offre plus abondante et de meilleure qualité de services d’éducation de base dans les zones rurales, notamment l’école primaire, l’alphabétisation et les formations sur les compétences essentielles, peut améliorer substantiellement la productivité et les moyens d’existence.

Souvent, les populations rurales n’ont pas une forte représentation politique, et les priorités pour les allocations des dépenses publiques sont largement orientées en faveur du secteur urbain.

La FAO est le chef de file du partenariat-phare Education pour les populations rurales (EPR), regroupant les acteurs clé des secteurs de l’agriculture, du développement rural et de l’éducation.

Le but du partenariat est de contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement - en particulier la réduction de la pauvreté et le développement rural, l’amélioration de la nutrition et la sécurité alimentaire - à travers une éducation de base pour tous dans les régions rurales.

La réunion du groupe de haut niveau de Beijing considère l’Education pour les populations rurales comme une question politique essentielle.

Développement durable

L’éducation est un bien économique, social et culturel clé pour les individus et les nations.

Chaque année supplémentaire de scolarisation dans le primaire représente un acquis important pour un revenu plus élevé dans le futur.

"Le défi est de travailler pour un développement durable dans les zones rurales, qui favorise les pauvres et fournisse plus de ressources pour la santé, l’éducation et la parité hommes-femmes ainsi qu’un environnement mondial durable", selon l’expert en éducation de la FAO Lavinia Gasperini qui participe à la réunion de Beijing.

Réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement requière de gros investissements ciblant les populations rurales.

Le partenariat EPR sert de mécanisme pour alerter les gouvernements, les bailleurs de fonds et les autres partenaires sur les besoins d’actions et d’investissements soutenus dans le secteur de l’éducation de base.

La FAO et l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ont lancé le programme EPR lors du Sommet mondial du développement durable de Johannesburg, en 2002. Ce programme, qui aide à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, est aussi un des neuf programmes-phares de l’Education pour tous.

Contact:
Diderick de Vleeschauwer
Relations médias, FAO Bangkok
diderick.devleeschauwer@fao.org
(+66) 2 6974126
(+66) 1 8997354

Contact:

Diderik de Vleeschauwer
Relations médias,FAO Bangkok
diderik.devleeschauwer@fao.org
(+66) 2 697 4126
(+66) 189 97 354

envoyer cette page
Priver les enfants d’éducation, c’est perpétuer la faim et la pauvreté
Plus d’investissements sont nécessaires dans les zones rurales
28 novembre 2005 – Une priorité essentielle est d’améliorer l’accès à une éducation de qualité dans les zones rurales.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS