FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: L'appauvrissement d…
L'appauvrissement des stocks de poisson requiert de sérieux efforts
Nouveau rapport sur les pêches et l'aquaculture mondiales présenté au Comité des pêches de la FAO aujourd'hui
7 mars 2005, Rome - Reconstituer les stocks de poissons appauvris est un "impératif incontournable" affirme la dernière édition du rapport biennal de la FAO, Situation mondiale des pêches et de l'aquaculture (SOFIA), publié aujourd'hui.

Selon la FAO, on assiste depuis les années 50 à une baisse systématique de la proportion des stocks ichtyologiques marins ayant un potentiel d'accroissement de la production, parallèlement à une augmentation des stocks surexploités ou appauvris.

A l'heure actuelle, fait remarquer le SOFIA, 3 pour cent des stocks marins sont sous-exploités, tandis que 21 pour cent sont modérément exploités et pourraient supporter des accroissements limités de la pêche et des récoltes.

52 pour cent sont pleinement exploités, ce qui veut dire que les prises ont atteint leur rendement maximal constant. L'intensification de la pêche de ces stocks ne donnerait pas lieu à des récoltes durables supplémentaires et nuirait à la reproduction qui tomberait à des niveaux dangereusement bas.

Les 24 pour cent restants sont surexploités (16 %), épuisés (7 %), ou en voie de reconstitution (1 %). Certains de ces stocks sont déjà soumis à des mécanismes d'aménagement rigoureux.

Sept des dix premières espèces ichtyques marines - qui représentent environ 30 pour cent de toutes les pêches - sont pleinement exploitées ou surexploitées, indique le rapport. Ceci signifie qu'on ne peut s'attendre à de forts accroissements de ces prises, mais en revanche à de graves répercussions biologiques et économiques si la capacité de pêche de ces stocks continue à augmenter.

Les régions aux stocks ichtyques les plus appauvris sont notamment l'Atlantique du Nord-Est, la Méditerranée et la mer Noire, suivies de l'Atlantique du Nord-Ouest, de l'Atlantique du Sud-Est, du Pacifique du Sud-Est et de l'Océan austral.

Enjeu primordial: reconstituer les stocks

"L'appauvrissement des stocks comporte des incidences pour la sécurité alimentaire et le développement économique, réduit la qualité de la vie dans les pays du monde entier et nuit au bien-être des écosystèmes sous-marins", a déclaré Ichiro Nomura, Sous-Directeur général de la FAO pour les pêches.

"S'il est urgent de rétablir les stocks appauvris, il est tout aussi important d'éviter l'épuisement des stocks encore sains en alignant les efforts de pêche sur la capacité de résistance de ces stocks", a-t-il ajouté.

Parmi les stratégies de reconstitution des stocks identifiées dans le rapport de la FAO, citons une diminution significative ou une suspension temporaire de la pêche dans les pêcheries surexploitées, une réduction de la dégradation des environnements sous-marins et une remise en état active des habitats endommagés.

Compte tenu des progrès limités accomplis durant la dernière décennie à cet égard, la restauration des stocks appauvris à des niveaux de biomasse satisfaisants d'ici 2015, but fixé au Sommet mondial sur le développement durable de 2002, représente un défi de premier plan", selon le SOFIA.

Malgré les problèmes, un nouveau record de production, avec l'aquaculture en première ligne

En dépit de ces problèmes, la production halieutique mondiale a atteint un nouveau record de 133 millions de tonnes en 2002, en grande partie grâce à l'accroissement de la production dans les exploitations piscicoles, fait remarquer le SOFIA.

La part de la production halieutique mondiale attribuable à l'aquaculture a progressé de 25,8 à 29,9 pour cent entre 1998 et 2002. Durant la même période, la production des pêches a augmenté de 6,3 pour cent, tandis que la production aquacole a grimpé de 30 pour cent. L'essentiel de la croissance des pêches a eu lieu entre 1998 et 1999, tandis qu'elle est demeurée généralement stable depuis 2000.

La consommation de poisson est en augmentation, de 93,6 millions de tonnes en 1998 à 100,7 millions de tonnes en 2002, assurant 20 pour cent des apports moyens en protéines animales par habitant de 2,6 milliards d'êtres humains.

La demande de poisson continuera à augmenter

La consommation mondiale de poisson (pour l'alimentation humaine et animale) pourrait s'établir à 179 millions de tonnes d'ici à 2015, soit un relèvement de 47 millions de tonnes par rapport à 2002. L'essentiel de cette nouvelle demande devra être satisfait par l'aquaculture, qui pourrait assurer 39 pour cent de la production halieutique totale en 2015.

Mais l'essor de l'aquaculture ne minimisera pas l'importance des améliorations des pratiques actuelles et de l'aménagement des pêches.

"A la lumière des tendances qui se dessinent actuellement, il est fondamental de continuer à améliorer l'aménagement des stocks ichtyques sauvages", a mis en garde M. Nomura. "L'aquaculture peut aider à atténuer la pression sur les pêches en réduisant la demande de poisson sauvage et en abaissant les prix, mais ceci ne répond au problème qu'en partie."

Il a ajouté qu'on constate des progrès dans certains pays qui montrent qu'une amélioration est possible.

Une vision de pêches durables

M. Nomura a également fait remarquer que 2005 marque le 10ème anniversaire de l'adoption du Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable, instrument non contraignant de référence pour des pratiques de pêche responsables.

Les 188 Etats membres de la FAO se sont engagés à utiliser le Code pour renforcer leurs propres politiques halieutiques et améliorer la coopération internationale en matière d'aménagement des pêches.

"Au cours des dix dernières années, nous avons vu les pays et les organes de pêches régionaux du monde entier s'inspirer du Code pour améliorer la gestion des pêches", se réjouit-il. "Beaucoup de progrès ont été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire durant les dix prochaines années. En définitive, le seul signe véritablement tangible de succès sera le renversement des tendances et les améliorations relatives de la situation des pêcheurs."

Aujourd'hui au siège de la FAO débute la 26ème session du Comité des pêches de la FAO (COFI), où des représentants de près de 50 pays se retrouvent pour examiner les questions soulevées dans le SOFIA.

Contact :
George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168

Suite du dossier…

L'appauvrissement des stocks de poisson requiert de sérieux efforts

Autres conclusions du SOFIA

Contact:

George Kourous
Information Officer, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168

FAO/19306/P. Cenini

Selon le SOFIA, 2,6 milliards d'êtres humains dépendent du poisson pour leurs apports en protéines animales

Audio

Appauvrissement mais rajeunissement des stocks de poissons: Commentaires de M. Serge Garcia, Directeur de la Division des Ressources halieutiques à la FAO. (ram)

En mp3 (qualité broadcast, 1.020 Ko à télécharger) (unk)

Crédit: U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration

L'appauvrissement des stocks de poissons a des retombées sur la sécurité alimentaire, le développement économique, la qualité de la vie et les écosystèmes sous-marins

FAO/19596/G. Bizzarri

200 millions de personnes dépendent de la pêche et de ses activités connexes

envoyer cette page
L'appauvrissement des stocks de poisson requiert de sérieux efforts
Nouveau rapport sur les pêches et l'aquaculture mondiales présenté au Comité des pêches de la FAO aujourd'hui
7 mars 2005 - Reconstituer les stocks de poisson épuisés est un "impératif incontournable" selon le nouveau rapport de la FAO, La Situation mondiale des pêches et de l'aquaculture. Le rapport se penche sur de multiples questions liées aux pêches mondiales, notamment leur contribution à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté et les enjeux d'aménagement émergents.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS