FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Potagers scolaires:…
Potagers scolaires: éducation et nutrition vont de pair
Le soutien des parents et des agriculteurs est indispensable
30 juin 2005, Rome - Les potagers scolaires, lorsqu'ils sont intégrés dans les programmes agricoles, nutritionnels et éducationnels nationaux, permettent d'améliorer le niveau nutritionnel et éducationnel des écoliers et de leurs familles dans les zones urbaines et rurales des pays en développement.

Depuis 1997, plus de 150 microprojets de potagers scolaires ont été lancés par le programme TeleFood de la FAO dans plus de 40 pays. Des projets de coopération technique de la FAO plus vastes sont en cours d'exécution incluant des programmes nationaux à long terme de jardins potagers scolaires.

Différents programmes de la FAO soutiennent des initiatives relatives aux potagers scolaires. Citons à cet égard les programmes de réhabilitation d'urgence au Mozambique et en République populaire démocratique de Corée, un programme d'éducation nutritionnelle au Rwanda et le Programme Spécial de Sécurité Alimentaire (SPFS) au Guatemala et au Sierra Leone. Au Brésil, un projet de potager scolaire est en cours d'exécution dans le cadre du Programme Faim Zéro.

Une moisson de connaissances

Principal avantage des jardins scolaires: les enfants apprennent à faire pousser des cultures maraîchères susceptibles d'améliorer leur santé et à les cuisiner de manière à ce qu'elles conservent leur valeur nutritionnelle. Ce double résultat peut être obtenu lorsque les denrées alimentaires fraîches, notamment les fruits et légumes, sont utilisées dans le cadre d'un programme d'alimentation scolaire fournissant la partie principale de la ration alimentaire.

En outre, les potagers scolaires inculquent aux enfants le respect de l'environnement et confèrent une dimension pratique au développement personnel et social que l'éducation est censée leur apporter. Ils peuvent renforcer aussi leurs talents dans les matières de base, notamment la lecture, l'écriture, la biologie et l'arithmétique.

Aussi, la FAO encourage-t-elle les écoles à aménager des jardins potagers de petite taille, qui peuvent être facilement gérés par les écoliers, les instituteurs et les parents et qui incluent une grande variété de fruits et légumes ainsi qu'occasionnellement des animaux de basse-cour, notamment des poulets ou des lapins. Les méthodes de production doivent être délibérément maintenues très simples afin que les enfants puissent les reproduire aisément dans la ferme familiale.

"Bien que les enfants, les enseignants, les parents et les responsables des ministères concernés soient enthousiastes à propos de leurs potagers scolaires, ils doivent souvent faire face à des défis de taille. Toutes les écoles n'ont pas assez de ressources disponibles en terre et en eau. En outre, le fait que des semences horticoles de qualité ne soient pas toujours disponibles est de nature à empêcher les enfants de reproduire dans les jardins potagers de leur famille ce qu'ils ont appris à l'école", affirme Ellen Muehlhoff, experte à la Division de l'alimentation et de la nutrition de la FAO.

Synergies

Il est, de ce fait, important d'inciter les associations de parents d'élèves et les agriculteurs à soutenir les écoles et à tirer le meilleur parti des synergies avec les programmes de développement rural et agricole.

Des partenariats avec le Programme alimentaire mondial (PAM), l'UNICEF et les ONG locales visant à établir des liens entre les potagers scolaires et les programmes de nutrition et de santé scolaires aideraient les écoles à surmonter les obstacles qu'elles rencontrent.

Les projets d'assistance technique de la FAO relatifs aux potagers scolaires s'insèrent dans le cadre du programme de partenariat "Education pour les populations rurales", lancé en 2002 lors du Sommet mondial du développement durable. Ils devraient constituer un élément de la nouvelle initiative conjointe FAO/OMS visant à encourager la consommation de fruits et légumes pour une meilleure santé.

En 2004, la FAO et l'Institut pour la planification de l'éducation de l'UNESCO ont copublié un livre sur les potagers scolaires, disponible seulement en anglais et intitulé: "Revisiting garden-based learning in basic education". Cet ouvrage décrit l'impact des jardins horticoles scolaires sur la vie de la communauté, analyse leur contexte historique et théorique et présente les résultats d'évaluations spécifiques de programmes sélectionnés dans différentes parties du monde.

A signaler enfin que la FAO vient de publier une "Note d'introduction sur les jardins scolaires" qui explique comment améliorer la nutrition et l'éducation des écoliers grâce aux potagers.

Contact:
Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 06 570 52518
(+39) 338 1381778



Contact:

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 06 570 52518
(+39) 3381381778

FAO/18909/G. Bizzarri

Une écolière à l'oeuvre dans un potager scolaire à Lempira (Honduras)

envoyer cette page
Potagers scolaires: éducation et nutrition vont de pair
Le soutien des parents et des agriculteurs est indispensable
30 juin 2005 -- Les potagers scolaires, lorsqu'ils sont intégrés dans les programmes agricoles, nutritionnels et éducationnels nationaux, permettent d'améliorer le niveau nutritionnel et éducationnel des écoliers et de leurs familles.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS