FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Grippe aviaire: sit…
Grippe aviaire: situation toujours critique en Asie
Recherche et investissements sont nécessaires pour circonscrire le virus
4 juillet 2005, Kuala Lumpur - Sur le front de la grippe aviaire, la situation reste critique dans beaucoup de pays d'Asie et nécessite plus d'attention de la part aussi bien des pays touchés que de la communauté internationale, selon la FAO.

"L'éradication du virus par les huit pays touchés ne sera pas chose aisée. L'influenza aviaire hautement pathogène est à considérer comme une maladie endémique qui doit être combattue à sa source, c'est-à-dire chez les animaux", a déclaré l'expert de la FAO Joseph Domenech à l'ouverture de la Conférence internationale sur la grippe aviaire à Kuala Lumpur. Cette réunion est organisée par la FAO, l'OMS et l'OIE.

Nous sommes rassurés par les conclusions d'une récente mission FAO/OMS/OIE au Viet Nam selon lesquelles le virus n'a pas muté et qu'il ne s'est pas largement répandu chez les humains, contrairement à ce que l'on avait cru de prime abord. Les rumeurs sur l'augmentation des cas chez les humains et sur la circulation d'une forme pathogène affaiblie du virus ne sont pas documentées et, en conséquence, il n'y a pas lieu de hausser le niveau de l'alerte, a dit en substance M. Domenech.

"Mais il n'y pas lieu non plus d'être complaisant", a ajouté l'expert de la FAO. "Le virus continue de circuler chez les poulets et les oiseaux sauvages. Il nécessite la plus grande vigilance. Plusieurs questions demeurent sans réponse et davantage de recherche et d'investissements sont nécessaires en ce qui a trait aux opérations de lutte nationale et régionale."

M. Domenech a invité les pays touchés par le virus à partager sans réticence leurs informations quant à leurs stratégies respectives de prévention et de lutte, qui devraient être conformes aux recommandations internationales en la matière.

La faune et les porcins

En particulier, le rôle de la faune devrait faire l'objet d'une enquête minutieuse. La récente flamblée de grippe aviaire dans la province chinoise de Qinghai a montré que la faune peut jouer un rôle important dans la dissémination de la maladie.

"La FAO déconseille l'abattage des oiseaux sauvages. Elle exhorte plutôt les parties concernées à prendre de strictes mesures de surveillance et de prévention d'une part, pour séparer les oiseaux sauvages des animaux de basse-cour et, d'autre part, pour vacciner les poulets dans les régions à risque."

Selon la FAO, il faut intensifier la recherche pour mieux comprendre le rôle des porcins. Il est recommandé, en l'état des connaissances actuelles, d'élever les porcins et les autres animaux séparément et d'inclure les porcins dans les plans de surveillance lorsque se produit une épidémie chez les poulets, a indiqué M. Domenech. "Nous déconseillons l'abattage massif de porcins, qui constituent actuellement un élément crucial des moyens d'existence et de la sécurité alimentaire en Asie."

La vaccination des poulets dans les régions à risque reste, à l'heure actuelle, l'un des plus importants outils de lutte contre la grippe aviaire. Dans certains pays ou fractions de pays, notamment au Viet Nam où le virus s'est largement répandu, la vaccination de masse pourraient être l'unique moyen de limiter l'infection chez les poulets et de protéger la santé humaine.

Les laboratoires devraient intensifier leurs efforts pour développer de nouveaux vaccins pour les poulets ou pour évaluer leur efficacité, notamment chez les canards et les oies. La FAO et l'OIE ont préparé des plans pour effectuer, pour la première fois, des essais sur le terrain; il s'agit de vacciner, dans un proche avenir, les canards et les oies au Viet Nam et en Indonésie, a indiqué M. Domenech.

L'expert de la FAO a également souligné que la FAO déconseille l'utilisation de substances antivirales comme l'amantadine, un médicament antiviral conçu pour les humains. Les paysans chinois ont utilisé ce produit lors de flambées majeures de grippe aviaire chez les poulets.

"L'utilisation de telles substances va créer une résistance au virus qui pourrait torpiller le traitement de la grippe aviaire chez les humains", a mis en garde M. Domenech qui a invité les autorités chinoises à faire preuve de plus de transparence en ce qui a trait à la mise en application de leurs stratégies de lutte.

La réunion en Malaisie doit identifier les pratiques courantes en matière de production et de commercialisation d'animaux vivants en Asie, pratiques qui pourraient avoir des implications pour la santé humaine. Elle doit, d'autre part, évaluer les objectifs et l'efficacité des mesures de lutte et les réglementations appliquées à la production, la distribution et la commercialisation d'animaux vivants en Asie, ainsi que les moyens de les améliorer.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias
erwin.northoff@fao.org
(+39) 3482523616

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 348 25 23 616 (cell)

envoyer cette page
Grippe aviaire: situation toujours critique en Asie
Recherche et investissements sont nécessaires pour circonscrire le virus
4 juillet 2005 -- Sur le front de la grippe aviaire, la situation reste critique dans beaucoup de pays d'Asie et nécessite plus d'attention de la part aussi bien des pays touchés que de la communauté internationale.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS