FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Gros progrès accomp…
Gros progrès accomplis dans la lutte antiacridienne en Afghanistan
La plupart des superficies cultivées désormais débarrassées du ravageur
3 août 2005, Rome -- Le gouvernement de l'Afghanistan, travaillant en étroite collaboration avec la FAO, a remporté un franc succès dans l'élimination des criquets marocains des zones cultivées d'un pays fortement tributaire de l'agriculture.

"L'ampleur de la zone infestée a considérablement diminué et on a désormais libéré du fléau les principales zones cultivées", a affirmé Andrew Harvey, coordonnateur FAO de la lutte antiacridienne pour l'Afghanistan, durant le compte-rendu sur la campagne de 2005 au siège de la FAO à Rome.

Les seules régions où les acridiens ont réussi à pondre cette année étaient des zones désertiques isolées, a-t-il indiqué, et si des mesures de lutte seront nécessaires en 2006 pour prévenir la réinfestation des terres cultivées, elles n'auront pas besoin d'être très étendues. La population acridienne du pays a été drastiquement réduite par rapport aux niveaux de 2002, a conclu M. Harvey.

La campagne de 2005, qui a démarré la troisième semaine de mars et s'est poursuivie jusqu'à la première semaine de juin, était ciblée sur quatre provinces du nord infestées: Baghlan (27 580 ha traités), Balkh (56 295 ha), Kunduz (28 273 ha) et Samangan (31 091 ha).

Succès du nouveau pesticide

Cette année, l'arrivée tardive du printemps a retardé les éclosions, ce qui a laissé davantage de temps pour organiser la mise en place du matériel et des pesticides.

Le facteur temps est fondamental. Chaque journée de retard des applications comporte un accroissement de 15 pour cent des efforts de lutte nécessaires, estime M. Harvey.

Par ailleurs, cette année, la campagne utilisait essentiellement le diflubenzuron, un pesticide employé contre les stades juvéniles des criquets.

Le diflubenzuron n'est pas un poison de contact, mais il bloque la mue, le processus de croissance des insectes. Une fois pulvérisé sur la végétation, il est avalé par les jeunes sauteriaux. A la mue suivante, le pesticide empêche le durcissement de leur nouvelle peau et provoque la mort.

Autre avantage du diflubezuron: il reste pendant un certain temps sur la végétation. Ainsi, dans le cas d'autres éclosions, les sauteriaux seront éliminés sans avoir besoin de recourir à de nouvelles pulvérisations.

Mais surtout, précise M. Harvey, grâce à son mode d'action, ce type d'insecticide (contrairement à d'autres) est quasiment sans danger pour l'homme, le bétail et la faune sauvage, comme les oiseaux. Toutefois, pour être efficace, il doit être appliqué avant que les criquets deviennent des adultes ailés, car ils ne muent plus par la suite.

Etroite collaboration

Le criquet marocain est un ravageur pérenne en Afghanistan, mais c'est en 2000/2001 qu'il a pris des proportions de fléau, constituant un danger manifeste dans un pays où l'agriculture assure plus de 51 % du PIB national et emploie plus de 80 % de la population active.

Depuis 2002, la FAO contribue aux campagnes antiacridiennes annuelles en Afghanistan, qui consistent non seulement en opérations de lutte mais aussi en formation et en renforcement des capacités.

La FAO a fourni du matériel, des pesticides, un soutien logistique, une coordination et une formation, tandis que la main d'oeuvre venait des communautés locales dans le cadre d'un système traditionnel de travail collectif, appelé hasher.

Pour apprendre à dépister les lieux de ponte, la FAO a formé plus de cent organisateurs afghans, notamment du personnel du Département national de protection des plantes et de quarantaine. Ces personnes ont ensuite travaillé avec les communautés locales pour mettre sur pied des équipes antiacridiennes de 10 hommes.

Après avoir inspecté les zones affectées, les équipes ont appliqué les pesticides. Le GPS a aidé à cartographier toutes leurs activités, ce qui a donné une profusion de données sur la diffusion et les habitats des criquets, ainsi que sur l'efficacité des mesures antiacridiennes employées.
Contact:
George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802 (mobile)

Contact:

George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802 (mobile)

FAO/A. Harvey

Un criquet marocain en train de dévorer du feuillage

Campagne antiacridienne en Afghanistan

envoyer cette page
Gros progrès accomplis dans la lutte antiacridienne en Afghanistan
La plupart des superficies cultivées désormais débarrassées du ravageur
3 août 2005 - Le gouvernement d'Afghanistan, en étroite collaboration avec la FAO, a quasiment réussi à libérer les zones cultivées des criquets marocains qui dévorent les récoltes.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS