FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Le virus de la grip…
Le virus de la grippe aviaire pourrait être propagé par les oiseaux sauvages
Etat d'alerte et mesures préventives sont indispensables dans les pays situés le long des voies migratoires
31 août 2005, Rome - Le virus mortel de la grippe aviaire, qui sévit dans plusieurs pays d'Asie, pourrait être propagé par les oiseaux sauvages au Moyen-Orient, en Europe, en Asie du Sud et en Afrique, met en garde aujourd'hui la FAO.

Les oiseaux provenant de Sibérie - où le virus H5N1 a été récemment détecté - pourraient, à terme, transporter le virus vers la mer Caspienne et la mer Noire. Ces régions ainsi que les pays balkaniques pourraient offrir au virus une porte d'entrée vers l'Europe centrale.

"La FAO est préoccupée par le fait que les pays pauvres du sud-est de l'Europe, où les oiseaux sauvages se mêlent à ceux du nord de l'Europe, seraient dans l'incapacité de détecter et de gérer d'éventuelles flambées de grippe aviaire", selon Joseph Domenech, vétérinaire en chef à la FAO.

Les voies migratoires passent également par l'Azerbaïdjan, l'Iran, l'Irak, la Géorgie, l'Ukraine et quelques pays méditerranéens où des flambées de grippe aviaire ne sont pas à écarter, selon la FAO.

L'Inde et le Bangladesh, actuellement non infectés, sont également menacés. Le Bangladesh et, dans une moindre mesure, l'Inde, abritent un grand nombre de canards de basse-cour. Ces deux pays, situés le long des principales routes migratoires, pourraient se transformer en une vaste zone où la grippe aviaire serait endémique, avertit la FAO.

"L'influenza aviaire est un problème aux dimensions internationales qui nécessite certainement une réponse internationale vigoureuse," souligne M. Domenech.

La grippe aviaire a tué plus de 60 personnes en Asie depuis 2003 et plus de 140 millions de volatiles sont morts ou ont été abattus dans le cadre des efforts visant à circonscrire les épizooties. Les experts en santé estiment que la grippe aviaire pourrait provoquer une pandémie mondiale si le virus devait s'adapter et devenir facilement transmissible entre les êtres humains.

H5N1 se propage

Jusqu'à une date récente, les flambées de grippe aviaire se produisaient en Indonésie, au Viet Nam, en Thaïlande, au Laos, au Cambodge et en Chine. Mais en juillet dernier, la Russie et le Kazakhstan ont confirmé la présence du virus H5N1 chez des poulets et des oiseaux sauvages. En Mongolie, quelque 90 oiseaux migrateurs ont été trouvés morts dans deux lacs durant le mois d'août 2005.

Entre avril et juin 2005, plus de 6 000 oiseaux migrateurs sont morts du fait du virus H5N1 dans la réserve naturelle du lac Qinghai, en Chine. Au Tibet (Chine), 133 poules pondeuses ont été victimes du même virus.

Ces nouvelles flambées montrent que H5N1 se propage progressivement vers le nord-ouest et n'est plus confiné à l'Asie du Sud-Est. En Russie et au Kazakhstan, l'infection se produit du fait de contacts entre animaux de basse-cour et oiseaux aquatiques sauvages, indique M. Domenech.

Prévention

La FAO invite tous les pays concernés à faire preuve de vigilance et à surveiller étroitement les animaux de basse-cour pour prévenir le risque d'infection du fait d'oiseaux migrateurs. Les pays devraient mettre en place des plans d'urgence.

Il convient d'empêcher ou de réduire tout contact entre les êtres humains, les volailles et la faune ailée. La surveillance s'impose. Il conviendrait également de vacciner les poulets dans certaines situations à risque.

Combattre le virus à la source

La FAO exhorte les pays affectés et la communauté internationale à combattre le virus à la source, soit chez les volailles. "Aussi longtemps que le virus H5N1 sera présent chez les volailles, il continuera de menacer les êtres humains. Aussi avons-nous mis en place plusieurs réseaux régionaux en Asie afin d'améliorer la collaboration entre pays," indique M. Domenech.

La FAO et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) ont développé une stratégie de contrôle de la grippe aviaire en Asie qui coûtera plus de 100 millions de dollars (surveillance, diagnostic et autres mesures de contrôle, y compris la vaccination). Jusqu'ici, les bailleurs de fonds ont promis quelque 25 millions de dollars pour soutenir cette stratégie.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

envoyer cette page
Le virus de la grippe aviaire pourrait être propagé par les oiseaux sauvages
Etat d'alerte et mesures préventives sont indispensables dans les pays situés le long des voies migratoires
31 août 2005 - Le virus mortel de la grippe aviaire, qui sévit dans plusieurs pays d'Asie, pourrait être propagé par les oiseaux sauvages au Moyen-Orient, en Europe, en Asie du Sud et en Afrique.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS