FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: L'éducation pour le…
L'éducation pour les populations rurales est cruciale en Afrique
Réunion ministérielle à Addis-Abeba cette semaine
6 septembre 2005, Rome - "L'éducation est la manière la plus efficace de permettre aux pauvres des zones rurales de s'affranchir de la misère et de faire en sorte que les Objectifs du Millénaire pour le développement soient atteints en Afrique sub-saharienne", selon to FAO.

Dans un rapport présenté au séminaire ministériel d'Addis-Abeba (7-9 septembre 2005), la FAO souligne à la fois le rôle critique de l'agriculture et l'importance primordiale de l'éducation pour le développement durable et l'éradication de la pauvreté en milieu rural.

"L'analphabétisme est le corollaire de la pauvreté et de la faim. C'est un phénomène essentiellement rural qui torpille le développement rural et la sécurité alimentaire, menace la productivité et la santé et limite les chances d'amélioration des moyens d'existence, notamment pour les jeunes filles et les femmes rurales", souligne l'expert en éducation de la FAO Lavinia Gasperini.

"Vu que la grande majorité de la population de l'Afrique sub-saharienne est rurale et que l'agriculture est un secteur clé pour le développement et la croissance économique, davantage d'efforts sont nécessaires pour éduquer les petits paysans pauvres et les aider à utiliser des techniques améliorées pour rendre leurs activités viables et durables", ajoute Mme Gasperini.

Un grand rassemblement

L'expert de la FAO fait observer que le séminaire d'Addis-Abeba regroupera, pour la première fois, des ministres de l'éducation et leurs collègues de l'agriculture, de la pêche et du développement rural de plusieurs pays africains.

Participent également au séminaire des représentants du NEPAD, de l'Union Africaine, d'organisations de la société civile et d'organismes de développement bilatéraux et multilatéraux, notamment l'OIT, OXFAM, l'Unesco, l'UNICEF, la Coopération italienne pour le développement (DGCS), la Coopération suisse, la Coopération néerlandaise ainsi que la Banque mondiale.

Les pays africains attendus à Addis-Abeba sont: l'Afrique du Sud, le Burkina Faso, l'Ethiopie, la Guinée, le Kenya, Madagascar, le Mozambique, le Niger, l'Ouganda, le Sénégal et la Tanzanie.

Le séminaire ministériel est organisé par la FAO, l'Institut international de planification et de l'éducation de l'Unesco et l'Association pour le développement de l'éducation en Afrique (ADEA), en partenariat avec le ministère éthiopien de l'éducation et avec le soutien de la Coopération italienne pour le développement et le Fonds fiduciaire norvégien pour l'éducation placé auprès de la Banque mondiale.

Inégalité et discrimination

Les inégalités de sexe et les politiques discriminatoires à l'égard des femmes sont les principaux problèmes rencontrés par les agences de développement dans les pays pauvres. Contribuer à l'élimination de ces inégalités et promouvoir l'égalité et de meilleures conditions de vie aux femmes et à leurs familles sont des préoccupations majeures pour la FAO, selon Marcela Villarreal, Directrice de la Division de la parité et de la population à la FAO.

Plus de 70 pour cent de la population africaine continue de vivre dans les zones rurales et jusqu'à 80 pour cent de la nourriture est produite par les femmes dans les pays où l'agriculture nécessite une main-d'oeuvre importante, selon la FAO.

"L'objectif consistant à éliminer les inégalités de sexe dans l'éducation est crucial pour atteindre le troisième Objectif du Millénaire pour le développement, à savoir la parité homme-femme. Il ne peut être atteint qu'en déployant un effort spécial en vue d'assurer un accès équitable à une éducation de qualité pour les jeunes filles et les femmes dans les zones rurales, où se trouve la majorité des analphabètes", souligne Mme Villarreal.

Principaux thèmes

Au cours du séminaire ministériel d'Addis-Abeba, les participants doivent passer en revue la situation de l'éducation pour les populations rurales en Afrique sub-saharienne et discuter des moyens à mettre en œuvre pour l'améliorer. L'objectif principal est d'encourager les décideurs à mettre leurs forces en commun pour promouvoir l'éducation dans les zones rurales.

Une coopération accrue est nécessaire entre ministres de l'éducation et leurs collègues de l'agriculture, de la pêche et du développement rural en vue d'atteindre l'objectif de l'éducation pour tous.

Autre objectif spécifique du séminaire: promouvoir le dialogue entre pays et renforcer, au double niveau national et régional, les partenariats en faveur de l'éducation pour les populations rurales.

On s'attend à ce que les participants adoptent, à la fin du séminaire, des actions politiques prioritaires et une déclaration soulignant que l'éducation en milieu rural est une condition essentielle de la réalisation des objectifs de l'éducation pour tous et du Millénaire pour le développement.

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 25 23 807


Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06. 570 53473
(+39) 348 25 23 807

FAO/19299/R. Faidutti

L'éducation des femmes rurales est primordiale

Documents

Rapport de la FAO: Les Objectifs du Millénaire pour le développement et le développement rural durable en Afrique sub-saharienne: défis et conséquences pour l'éducation pour les populations rurales (pdf, en anglais)

envoyer cette page
L'éducation pour les populations rurales est cruciale en Afrique
Réunion ministérielle à Addis-Abeba cette semaine
6 septembre 2005 - L'éducation est la manière la plus efficace de libérer les pauvres des zones rurales de la misère et d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS