FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Collaboration FAO-B…
Collaboration FAO-Brésil en matière de nutrition scolaire
Plusieurs pays en développement en profiteront
17 octobre 2005, Rome - Le Brésil et la FAO vont collaborer en matière de nutrition scolaire, conformément à un accord signé aujourd'hui entre les deux parties. D'autres pays en développement devraient bénéficier du Programme de nutrition scolaire et de l'initiative « Faim zéro » lancée par le Président Lula da Silva.

M. Henri Carsalade, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département de la coopération technique, s'est félicité de cette « nouvelle ère de collaboration entre le gouvernement du Brésil et la FAO » en vue d'améliorer la nutrition, notamment celle des enfants.

Le premier pays à bénéficier de l'expérience du Brésil sera Haïti alors que l'Angola, le Cap Vert et le Mozambique collaboreront avec le Brésil et la FAO dans le cadre de programmes de sécurité alimentaire. D'autres pays sont aussi sur la liste. Le Brésil enverra à ces pays des experts en nutrition et en sécurité alimentaire qui, aux côtés de la FAO, lanceront des projets nutritionnels dans les écoles.

Au Brésil, le Programme de nutrition scolaire assure des repas à 37 millions d'écoliers et d'adolescents âgés de moins de 14 ans, soit environ 20% de la population totale du pays.

Le Brésil investit quelque 500 millions de dollars par an pour nourrir ses enfants. Quant au Programme « Faim zéro », il est connu pour son efficacité et sera prometteur dans d'autres pays, selon M. Carsalade.

Une bonne nutrition est essentielle

On sait qu'une bonne nutrition est essentielle pour un bon développement humain et cognitif. On ne peut apprendre quand on a le ventre creux.

Les programmes de nutrition scolaires constituent un outil important permettant à des centaines de millions d'enfants pauvres d'aller à l'école aussi bien dans les pays développés que dans les pays en développement. Ils améliorent la santé des enfants, réduisent l'absentéisme et renforcent les facultés cognitives.

"Un des avantages de ces programmes est qu'en plus de l'acquisition de la connaissance, ils ont un impact positif direct et indirect sur d'autres objectifs de développement, notamment la réduction de la faim et de la pauvreté, la parité homme-femme, la prévention du VIH/Sida et l'amélioration de la santé en général, a indiqué en substance le Sous-Directeur général de la FAO.

L'accord a été paraphé aujourd'hui par le ministre de l'éducation du Brésil, M. Fernando Haddad, l'Ambassadeur du Brésil auprès de la FAO, M. Flávio Miragaia Perri et M. Carsalade ainsi que par des ministres ou des ambassadeurs des pays bénéficiaires.

Contact:
Maria Kruse
Relations médias, FAO
maria.kruse@fao.org
(+39) 06 570 56524

Contact:

Maria Kruse
Relations médias, FAO
maria.kruse@fao.org
(+39) 06 570 56524

Photo FAO

Les enfants scolarisés doivent manger à leur faim pour pouvoir étudier

envoyer cette page
Collaboration FAO-Brésil en matière de nutrition scolaire
Plusieurs pays en développement en profiteront
17 octobre 2005 - Le Brésil et la FAO vont collaborer en matière de nutrition scolaire conformément à un accord signé aujourd'hui entre les deux parties.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS