FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Tsunami: les pays s…
Tsunami: les pays sinistrés confrontés à de graves problèmes de sécurité alimentaire
Deux millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire; les disponibilités alimentaires régionales sont adéquates
11 janvier 2005, Rome - Les communautés locales durement éprouvées par le Tsunami en Asie du Sud-Est seront confrontées à de graves problèmes de sécurité alimentaire à court et à long terme par suite de la perte de parents, de biens et de sources de revenus, selon la FAO qui indique également que les perspectives de récoltes se sont assombries dans les régions agricoles touchées par le tsunami puis par des pluies torrentielles.

M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a rencontré vendredi dernier des représentants de pays sinistrés et de donateurs pour discuter des mesures de réhabilitation d'urgence des secteurs de la pêche et de l'agriculture.

Les bailleurs de fonds, notamment la Belgique, la Commission européenne, l'Allemagne, l'Italie, le Japon, la Norvège, la Suisse et le Royaume Uni, ont déjà apporté leur appui ou exprimé leur intérêt à l'appel initial de la FAO pour 26 millions de dollars.

On estime à 2 millions les personnes qui ont besoin d'aide alimentaire d'urgence dans les 12 pays sinistrés. Toutefois, en dépit des pertes localisées, les disponibilités alimentaires régionales sont, dans leur ensemble, adéquates pour couvrir les besoins en nourriture.

De larges quantités de riz sont disponibles dans la région. Aussi est-il recommandé de s'approvisionner, dans la mesure du possible, sur place pour couvrir les besoins alimentaires des différents pays sinistrés et ce, afin de ne pas perturber les marchés internes, a déclaré en substance M. Henri Josserand, Chef du Service d'information mondiale et d'alerte rapide à la FAO.

Mais les difficultés logistiques dues à la destruction de nombreuses infrastructures - notamment les routes - et l'absence de moyens de transport appropriés entravent la distribution des denrées alimentaires aux populations sinistrées.

La pêche et l'agriculture dans les régions côtières ont été gravement touchées par le raz de marée. "Les efforts de relèvement doivent cibler en priorité les agriculteurs et les pêcheurs de ces régions afin qu'ils puissent, grâce à une assistance efficace, reprendre leurs activités le plus tôt possible et compter ainsi sur leurs propres moyens pour se nourrir. Grâce à l'aide internationale, l'agriculture et la pêche devraient pouvoir se remettre de la catastrophe", selon la FAO.

Impact sur la sécurité alimentaire

En Indonésie, les infrastructures ont été balayées dans les régions les plus touchées par le tsunami privant les populations d'eau, de denrées alimentaires et d'abri. Les provinces les plus dévastées - Aceh et Sumatra Nord sur l'île de Sumatra - figurent parmi les régions les plus vulnérables du pays, le tiers de leur population vivant au-dessous du seuil de pauvreté.

La principale campagne 2005 de riz paddy et de maïs, qui devait être moissonnée à partir de mars, était déjà sur pied lorsque le tsunami a frappé Sumatra. L'île est le deuxième producteur de riz d'Indonésie. Les deux provinces sus-mentionnées produisent ensemble 10 pour cent de la production nationale totale. L'impact du tsunami sur la production céréalière locale ou nationale n'a pas encore été évalué. Mais du fait de la production record de l'année dernière, les stocks suffisent à couvrir les besoins alimentaires des populations sinistrées.

Au Sri Lanka, les districts côtiers de l'est et du sud figurent parmi les principales régions productrices de riz paddy. La principale campagne 2005, qui représente 60 pour cent de la production totale de riz, venait d'être plantée lorsque le tsunami est arrivé. Dans les régions orientales, de fortes pluies persistantes depuis la mi-décembre et des inondations ont également affecté les cultures de paddy. Les perspectives de récolte - celle-ci doit démarrer en mars - se sont détériorées. La situation alimentaire dans le pays, déjà tendue, pourrait s'aggraver davantage en 2005/06.

La Thaïlande est le plus grand exportateur mondial de riz. La principale récolte 2005 de riz étant sur le point de s'achever, on estime que les disponibilités actuelles en riz sont suffisantes pour couvrir les besoins alimentaires immédiats dans les régions sinistrées de la Thaïlande et des pays voisins.

Dans la région méridionale, y compris les provinces touchées par le tsunami, la moisson de la principale campagne 2004 de riz paddy était en cours lorsque le raz de marée balaya les zones côtières. Une évaluation des dégâts à l'agriculture n'est pas encore disponible, mais des pertes de récolte localisées devront être comptabilisées. L'ensemble de la région méridionale produit seulement 4 pour cent de la récolte annuelle de riz paddy du pays. Aussi, les dégâts ne devraient-ils pas affecter outre mesure les perspectives de récolte au niveau national.

En Inde, environ 90 pour cent de la récolte annuelle de riz paddy pousse entre mai et novembre. Le tsunami n'a pas affecté les perspectives de production pour 2005. Les excédents en riz sont suffisants pour couvrir les besoins en aide alimentaire des régions les plus sinistrées du pays.

Aux Maldives, l'agriculture remplit un rôle mineur dans l'économie nationale du fait de la pénurie de terres arables et de main-d'oeuvre locale. Les besoins de la consommation en céréales - 40 000 tonnes par an en moyenne - sont normalement couverts par les importations commerciales. Toutefois, les dégâts aux habitations et aux infrastructures dans les secteurs du tourisme et de la pêche auront de graves conséquences au plan économique.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105

envoyer cette page
Tsunami: les pays sinistrés confrontés à de graves problèmes de sécurité alimentaire
Deux millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire; les disponibilités alimentaires régionales sont adéquates
11 janvier 2005 - Les communautés locales durement éprouvées par le Tsunami en Asie du Sud-Est seront confrontées à de graves problèmes de sécurité alimentaire à court et à long terme par suite de la perte de parents, de biens et de sources de revenus, selon la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS