FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Après le tsunami : … :: Pourquoi n'importe …
Les pêcheurs de la zone du tsunami ont besoin de matériel spécifique
21 février 2005, Rome - Les dons de matériel de pêche destinés à aider les pays frappés par le raz de marée à rebâtir leurs secteurs halieutiques pourraient aller à l'encontre du but recherché s'ils ne sont pas parfaitement adaptés aux conditions et aux exigences locales, indique la FAO.

"Grâce à l'expérience acquise dans les situations d'urgence, nous savons que l'aide en surnombre ou les dons inappropriés, en dépit des meilleures intentions qui les ont motivés, peuvent entraver les secours et les efforts de relèvement", souligne-t-on sur le site web du Département des pêches de l'Organisation.

Les dons de matériel peuvent s'avérer problématiques

Les pêcheurs de la région touchée par le tsunami utilisent, comme partout ailleurs, des engins adaptés aux conditions, aux coutumes et aux stocks ichtyques locaux. Or, il se peut que le matériel offert par les pays d'outremer ne réponde pas à leurs critères.

Les filets pourraient facilement ne pas être de la bonne taille, être trop lourds ou avoir un maillage inadéquat. En même temps, les réparations d'engins venus de l'extérieur seront quasiment impossibles si le matériel est inconnu ou si les pièces de rechange font défaut.

Des considérations analogues s'appliquent également aux dons concernant les fabriques de glace, les chambres froides et les installations de transformation du poisson. Il est crucial de contrôler que la technologie soit adaptée aux conditions locales et que l'on dispose du savoir-faire et des pièces de rechange pour les réparations.

"Malheureusement, il ne s'agit pas là d'un cas extrême; les dons de matériels ne servant à rien sont un scénario classique", explique Ross Shotton, Spécialiste des ressources halieutiques à la FAO.

Le problème est que ces dons peuvent s'avérer un lourd fardeau pour les gouvernements, les organismes compétents et les organisations de secours.

Le matériel doit être trié à l'arrivée. Son utilisation exacte n'est pas toujours connue et il faut en vérifier la sécurité et la fonctionnalité et voir s'il répond aux normes locales. Des réparations sont peut-être nécessaires. Mais dans de nombreuses communautés frappées par le tsunami les autorités n'ont pas les moyens de le faire, de sorte que le matériel finira dans les entrepôts ou sera tout simplement jeté.

N'importe quel bateau ne convient pas

Seules les embarcations adaptées aux coutumes, aux techniques et aux conditions de pêche locales seront d'une quelconque utilité.

Par exemple, la FAO a récemment reçu une offre de bateaux en bois de pin qui sont adaptés aux eaux froides du nord mais finiraient vite par pourrir dans les mers des tropiques où les coques sont généralement en fibre de verre ou en bois de feuillu.

En même temps, la FAO explique qu'il faut recourir le plus possible aux fournisseurs et aux artisans locaux pour reconstituer les flottilles de pêche. Sans compter que les embarcations et les engins de pêches inadaptés pourraient nuire à l'environnement, causant des dégâts ultérieurs aux habitats sous-marins.

M. Shotton estime que quiconque souhaite offrir une aide devrait envoyer des dons en espèces, en spécifiant à quel usage il veut les consacrer.

Il cite un exemple d'assistance utile: une association de pêcheurs européens a proposé de financer la construction de deux bateaux par les artisans d'un pays dévasté par le tsunami. "Tout se fera sur place, de sorte qu'on élimine les frais d'expédition, les matériaux seront achetés localement, des emplois seront créés et le pêcheur connaîtra parfaitement le type d'embarcation fabriqué", a-t-il expliqué.

Suite du dossier…

Après le tsunami : bannir les capacités de pêche excessives

Les pêcheurs de la zone du tsunami ont besoin de matériel spécifique

Photo FAO

Il faut recourir le plus possible aux fournisseurs et artisans locaux pour reconstituer les flottilles de pêche dans les pays touchés par le tsunami

envoyer cette page
Les pêcheurs de la zone du tsunami ont besoin de matériel spécifique
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
 
RSS