FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: L’importance de la …
L’importance de la microfinance pour réduire la pauvreté au sein des communautés forestières
Des services financiers de base aident les familles à démarrer leurs propres entreprises
27 janvier 2006, Rome – Permettre aux communautés pauvres des forêts d’accéder aux services financiers de base est fondamental pour les aider à améliorer leurs conditions de vie, selon une nouvelle publication de la FAO.

L’ouvrage Microfinance and forest-based small-scale enterprises, financé par la Norvège, montre comment la microfinance peut aider les ménages à faible revenu vivant aux alentours des forêts à démarrer et à gérer leurs propres entreprises. Ces communautés vivent souvent dans des zones reculées où le manque de services financiers est un obstacle majeur à la création d’activités entrepreneuriales.

“Leur donner la possibilité de demander un prêt et d’ouvrir un compte d’épargne porteur d’intérêt est crucial pour aider les ménages pauvres qui gagnent leur vie grâce aux produits de la forêt à créer leurs propres entreprises”, selon Sophie Grouwels, expert forestier de la FAO.

La microfinance est un terme général qui englobe la fourniture de services financiers de base, tels que le crédit, l’épargne, le crédit-bail, la participation au capital, l’assurance et les envois de fonds, par les banques, les organisations non gouvernementales et les coopératives de crédit et d’épargne aussi bien dans les secteurs financiers officiel et parallèle.

Taux de recouvrement proche des 100 pour cent au Népal

L’ouvrage Microfinance and forest-based small-scale enterprises présente une série de “success stories”. Par exemple, au District de Parbat au Népal, 673 petites entreprises ont été mises en place dans le cadre d’un programme de création d’entreprises grâce au microfinancement, créant des emplois dans les zones rurales qui dépendent du commerce des produits forestiers non ligneux comme le miel, l’allo (tissu traditionnel fabriqué à partir d’orties) et le lapsi (fruit utilisé dans la préparation de boissons et de sucreries). Les prêts ont été remboursés entièrement par 669 entreprises, soit 99,4 pour cent des participants au programme.

“Plusieurs facteurs ont contribué à ce succès”, a déclaré Sven Walter, expert forestier à la FAO. “Les chefs d’entreprise ont été sélectionnés avec soin à l’aide de critères rigoureux, les entreprises avaient accès à des conseils en création d’entreprises, et ils étaient suivis régulièrement.”

Et d’ajouter: “La fourniture de services de microfinancement en soi ne suffira pas à briser le cercle vicieux de la pauvreté; elle devra être accompagnée de l’octroi d’autres services aux petites entreprises forestières.”

La microfinance peut faire plus encore

La nouvelle publication de la FAO suggère qu’en dehors de leurs services ordinaires, les institutions de microfinancement devraient fournir des conseils à la création d’entreprises et un soutien aux petites entreprises. Elle fait également remarquer qu’il faut faire tomber les barrières sociales qui peuvent empêcher les ruraux de demander une aide aux institutions de financement.

Microfinance and forest-based small-scale enterprises met en garde contre l’imposition de plafonds artificiels sur les taux d’intérêt et le subventionnement de programmes de crédit ciblés, qui pourraient provoquer des distorsions du marché et rendre le microfinancement moins viable.
Contact:
Bureau Relations médias, FAO
FAO-Newsroom@fao.org
(+39) 06 570 53625

Contact:

Relations médias, FAO
FAO-Newsroom@fao.org
(+39) 06 570 53625

FAO/R. Faidutti

Un petit artisan travaille du bois

Documents

Microfinance and forest-based small-scale enterprises (pdf, en anglais)

envoyer cette page
L’importance de la microfinance pour réduire la pauvreté au sein des communautés forestières
Des services financiers de base aident les familles à démarrer leurs propres entreprises
27 janvier 2006 – Permettre aux communautés pauvres des forêts d’accéder aux services financiers de base est fondamental pour les aider à améliorer leurs conditions de vie.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS