FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: La mouche méditerra…
La mouche méditerranéenne éradiquée en Patagonie
Efficacité des méthodes de lutte écologiques contre les parasites
9 février 2006, Rome – La lutte contre les ravageurs à l'aide de techniques à faible impact sur l’environnement a remporté un nouveau succès avec l’éradication de la mouche méditerranéenne des fruits en Argentine.

Ce succès est le résultat d’années d’assistance technique fournie par le programme mixte FAO/AIEA (Agence internationale pour l’énergie atomique). Il a été obtenu en alliant une méthode baptisée Technique de l’insecte stérile (TIS) à d’autres stratégies de lutte et de surveillance contre les ravageurs.

L’efficacité de cette approche intégrée a été officiellement reconnue par les autorités internationales de santé des végétaux en décembre 2005, lorsque le Service d’inspection sanitaire des Etats-Unis, APHIS, a déclaré la région de la Patagonie exempte de la mouche des fruits.

Décennie d'assistance technique

Ce succès a couronné une décennie d’assistance technique fournie à l’Argentine par le Programme mixte FAO/AIEA des techniques nucléaires dans l’alimentation et l’agriculture.

Dans les années 90, le Programme a dépêché un de ses experts en Patagonie pour conseiller les autorités argentines de protection des végétaux sur l’utilisation de la TIS dans le cadre d’une stratégie de lutte intégrée.

La TIS prévoit la stérilisation de grands nombres d’insectes en les soumettant à de faibles niveaux de rayonnements gamma. Les mâles ainsi stérilisés sont ensuite relâchés dans les zones infestées où ils s’accouplent avec des femelles sauvages fertiles - ce qui évite toute descendance.

Si les mâles stériles dépassent largement en nombre les mâles à l’état sauvage, la population sauvage diminue rapidement et finit par disparaître.

Contrôle des naissances

"C’est une technique de contrôle des naissances, qui, contrairement à la plupart des autres méthodes de lutte contre les parasites, est écologiquement rationnelle et n’a aucun effet négatif sur la biodiversité ou sur l’environnement.

"Comme les insectes relâchés sont stériles, ils ne peuvent survivre dans les écosystèmes et n’ont ainsi aucune possibilité de causer des dégâts à l’environnement", explique Walther R. Enkerlin, membre du programme mixte FAO/AIEA, qui promeut, depuis plusieurs années, l’application de l’énergie atomique à l’agriculture.

M. Enkerlin a également souligné un autre avantage de la TIS: les insectes stériles peuvent être libérés par voie aérienne, même à très haute altitude, ce qui permet une distribution uniforme.

C’est, par conséquent, une technique viable même dans les habitats d’accès difficile comme les forêts ou les montagnes, ou encore les zones protégées.

Réduire le recours aux pesticides

"Cela permet de réduire à la fois les pertes en animaux et en cultures et le recours aux insecticides, ce qui laisse les prédateurs naturels reprendre le dessus sur les parasites", fait remarquer M. Enkerlin.

Et de souligner les avantages de la TIS par rapport aux pesticides et insecticides classiques qui détruisent tous les types de faune et peuvent, dans le cas de substances contenant des neurotoxines, représenter un danger pour l’homme.

Avantages économiques

La décision de l’APHIS de proclamer la Patagonie exempte de la mouche des fruits permettra désormais à la région d’exporter ses fruits et légumes frais – essentiellement poires et pommes –aux Etats-Unis sans obligation de quarantaine.

Ceci devrait, selon le Servicio Nacional de Sanidad y Calidad Agroalimentaria (SENASA)argentin, se traduire par des gains annuels d’environ deux millions de dollars pour les exportateurs.

Les zones de production qui bénéficieront le plus de cette mesure sont Río Negro et Neuquén.

A la lumière de ces succès, le ministère de l’agriculture argentin a annoncé le financement d’un nouveau programme de lutte intégrée, comprenant aussi la TIS, sur une superficie de plus de 56 000 hectares dans les principales provinces productrices d’agrumes, Entre Ríos et Corrientes, au nord-est.

Ces résultats ont été obtenus en Patagonie grâce à l’étroite coopération entre diverses organisations gouvernementales et non gouvernementales et producteurs, notamment Senasa et la Fundación Barrera Patagónica (FUNBAPA).


Expériences positives dans d’autres pays

La FAO et l’AIEA ont également appliqué la TIS au Chili et au Mexique pour éradiquer la mouche méditerranéenne des fruits.

Cette technique avait été précédemment utilisée avec succès contre la lucilie bouchère en Afrique du Nord au début des années 90. A l'époque, la FAO avait lancé une campagne intensive d’éradication libérant 40 millions de mâles stériles chaque semaine sur une superficie de plus de 40 000 km2.

Les insectes étaient acheminés par voie aérienne du Mexique, le seul centre de production existant à l’époque. La campagne a été menée à bonne fin en 1991.

En outre, la TIS a remporté d’autres succès contre d’autres parasites, comme la mouche tsé-tsé en Afrique.

L’expérience accumulée durant des années de travail a été récemment présentée dans un nouvel ouvrage FAO/AIEA "Sterile Insect Technique: Principles and practice in area-wide integrated pest management", qui constitue la première analyse exhaustive publiée à ce jour sur la TIS.

Contact:
Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39)0657052518
(+39)3381381778

Contact:

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 06 570 52518
(+39) 338 138 1778

ARS/USDA/S. Bauer

La technique de l'insecte stérile consiste à stériliser un grand nombre d'insectes mâles

FAO/15732/S. Pierbattista

Les insectes stériles peuvent être relâchés à partir d'un appareil en vol, il en résulte une distribution uniforme

FAO/14376/J. Micaud

Les producteurs de fruits argentins sont les grands gagnants d'un point de vue économique

envoyer cette page
La mouche méditerranéenne éradiquée en Patagonie
Efficacité des méthodes de lutte écologiques contre les parasites
9 février 2006 - L’éradication de la mouche méditerranéenne des fruits en Argentine a été un succès grâce à l'assistance technique FAO/AIEA.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS