FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Réforme agraire et …
Réforme agraire et lutte contre la pauvreté: 96 gouvernements en accord à Porto Alegre
La Conférence débouche sur une déclaration commune
10 mars 2006, Porto Alegre, Brésil – Des représentants de 96 Etats membres de la FAO ayant participé à la Conférence internationale sur la réforme agraire et le développement rural (CIRADR) à Porto Alegre ont reconnu “le rôle essentiel de la réforme agraire et du développement rural dans la promotion du développement durable” de la planète.

Une déclaration a été diffusée à la clôture de la conférence, qui a rassemblé 350 délégations gouvernementales et des représentants de plus de 70 associations d’agriculteurs et organisations de la société civile des quatre coins du monde.

Durant les quatre journées de la conférence, des hauts fonctionnaires des gouvernements, des experts internationaux et des représentants de la société civile se sont employés à identifier de nouvelles opportunités de développement rural et à émettre des recommandations concrètes et des propositions d’action.

Message de M. Diouf

Dans son message à la cérémonie de clôture, le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf, a souligné certaines des propositions et des résultats de la Conférence. "En acceptant d’organiser cette Conférence, la FAO ne nourrissait aucune illusion, sachant qu’un dialogue sur un sujet comme la réforme agraire ne serait guère facile.

"Toutefois, un des meilleurs résultats de cette Conférence a été le niveau de dialogue entre les représentants des gouvernements et les membres des organisations paysannes et de la société civile, qui s’identifient dans une vision commune sur l’urgence d’apporter des changements pour éradiquer la faim et la pauvreté".

M. Diouf a insisté sur les résultats concrets obtenus dans le domaine de la coopération bilatérale et multilatérale, comme l’accord signé entre la FAO et les pays lusophones pour renforcer les capacités sur les régimes de propriété et l’aménagement des terres et les aspects juridiques qui s’y rattachent.

Dans une Déclaration commune, les gouvernements signataires se sont engagés à élaborer des mécanismes favorisant le dialogue et la coopération afin de renforcer les processus de réforme agraire et de développement rural aux niveaux national et international, et mettre en place des mécanismes d’évaluation périodique des progrès réalisés dans ces domaines.


Participation et lutte contre la pauvreté

Les gouvernements qui ont signé la déclaration ont réitéré qu’"un accès plus vaste, plus sûr et durable à la terre, à l’eau et aux autres ressources naturelles" dont dépendent les populations rurales est “fondamental pour l’élimination de la faim et de la pauvreté, qui contribue au développement durable et devrait faire partie intégrante des politiques nationales”.

Ils ont en outre réaffirmé leur engagement envers les Objectifs du Millénaire pour le développement, et reconnu que l’insécurité alimentaire, la faim et la pauvreté rurale dérivent souvent de déséquilibres dans le processus actuel de développement qui entravent l’accès aux terres, à l’eau, aux ressources naturelles et autres biens.

Pour atteindre ces objectifs, les délégués ont reconnu l’importance d’une action commune des Gouvernements, des organisations internationales et de la société civile. "Nous insistons sur le fait que les politiques, lois et institutions de réforme agraire et de développement rural doivent répondre aux besoins et aux aspirations des populations rurales, et par conséquent, faire intervenir les groupes concernés dans le processus décisionnel."

La société civile

Les représentants de la société civile ont participé activement à tout le processus CIRADR. Pour la première fois, leurs représentants ont pris part aux sessions plénières et techniques, et la déclaration de la société civile a été intégrée dans les documents officiels de la conférence.

Toujours dans cet esprit de collaboration, la Déclaration a affirmé que les organisations gouvernementales et de la société civile jouent un rôle fondamental dans la mise en oeuvre durable des politiques de réforme agraire et de développement rural, et reconnu "le rôle crucial de l’État pour offrir des opportunités justes et équitables et promouvoir une sécurité économique de base aux hommes et aux femmes, en tant que citoyens à part entière".

Contacts:
Germán Rojas
Relations médias, FAO
german.rojas@fao.org
(+39) 06 570 53963
(+39) 348 870 4641 (mobile)

Nuria Felipe Soria
Relations médias, FAO
nuria.felipe@fao.org
(+39) 06 570 55899
(+39) 348 558 9105 (mobile)

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 06 570 52518
(+39) 338 138 1778 (mobile)

Contact:

Germán Rojas
Relations médias, FAO
german.rojas@fao.org
(+39) 06 570 53963
(+39) 348 870 4641 (mobile)

Nuria Felipe Soria
Relations médias, FAO
Nuria.Felipe@fao.org
(+39) 06 570 55899
(+39) 348-5589105 (mobile)

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 06 570 52518
(+39) 338 138 1778

envoyer cette page
Réforme agraire et lutte contre la pauvreté: 96 gouvernements en accord à Porto Alegre
La Conférence débouche sur une déclaration commune
10 mars 2006 - 96 gouvernements reconnaissent le rôle essentiel de la réforme agraire et du développement rural dans la lutte contre la pauvreté.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS