FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Tuvalu assailli par…
Tuvalu assailli par les rats
Jusqu’ici, le gros souci de l’archipel était la montée des eaux
8 mai 2006, Rome - Selon certains scientifiques, la montée des eaux due au réchauffement climatique pourrait, à terme, rayer de la surface du globe Tuvalu, un des Etats les plus petits et les plus reculés du monde. Les neuf îlots minuscules qui constituent l’archipel corallien polynésien sont plats comme une limande – leur point le plus élevé est à 5 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Mais c’était sans compter avec une autre terrible menace... les rats!

Les rats noirs (Rattus rattus) saccagent les atolls de Tuvalu et dévastent la principale culture d’exportation du pays: les noix de coco.

Les noix de coco et le coprah (chair séchée qui sert à fabriquer l’huile de coco) sont la principale source de revenus des habitants de l’île. S’y ajoutent les redevances de la location du suffixe du pays (.tv) à une société d’hébergement Internet américaine pour quelque 50 millions de dollars.

Les rats sont particulièrement friands de jeunes noix vertes. Ils sont aussi très robustes et peuvent faire des bonds en l’air d’un mètre et n’ont donc guère besoin de lianes pour sauter d’un arbre à l’autre. Les dégâts qu’ils causent aux noix vertes sont considérables: plus de 60 pour cent de la production.

Mais les 9 000 habitants de Tuvalu pourront bientôt dormir plus tranquilles – si ce n’est pour la montée des eaux de l’océan, du moins pour l’invasion des rats. La FAO est intervenue avec un projet de lutte écologique de 200 000 dollars destiné à la chasse aux groupes de rats maraudeurs.

Crabes “Godzilla”

Le programme sera mis en oeuvre par un expert local de lutte contre les rongeurs à la retraite, qui montrera aux cultivateurs de noix de coco comment se débarrasser des rats en respectant l’environnement.

Toutefois, le programme devra respecter une priorité absolue: sauvegarder les populations indigènes de jeunes crabes de cocotier, une espèce en voie de disparition rapide qui constitue une des merveilles du monde animal.

Le crabe de cocotier ou «crabe voleur» – parfois surnommé «crabe Godzilla» en raison de ses dimensions – est normalement de la taille d’un petit chat mais il peut atteindre 80 cm. C’est le plus grand invertébré terrestre, et ses énormes pinces sont si puissantes qu’elles peuvent soulever des rochers de près de 30 kg.

Comme son nom l’indique, son aliment préféré est la noix de coco, même si, contrairement aux rats, il attend normalement que le fruit tombe de l’arbre pour se mettre à table. Mais il est capable de transporter une noix de coco sur l’arbre pour la jeter d’une hauteur de 4 m afin de la briser, puis de redescendre pour en savourer le fruit.

Le programme de la FAO utilisera des boîtes d’ananas recyclées contenant d'alléchants appâts traités avec un rodenticide. Les boîtes de conserve seront judicieusement accrochées à des fils de fer pour les mettre hors de portée des jeunes crabes mais pas des plus agiles Rattus rattus. Des plaques de métal seront fixées autour des troncs de cocotiers pour empêcher les rats – et les crabes – d’y grimper.

Des projets analogues exécutés dans d’autres sites ont permis d'accroître la production jusqu’à 180 pour cent.

Les résultats du projet seront appliqués à d’autres programmes de lutte contre les rats dans la région, a annoncé la FAO.

Contact :
Christopher Matthews
Relations médias, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

Contact:

Christopher Matthews
Relations médias, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

FAO/J. Van Acker

Noix de coco des îles...

envoyer cette page
Tuvalu assailli par les rats
Jusqu’ici, le gros souci de l’archipel était la montée des eaux
8 mai 2006 - Nouvelle menace sur Tuvalu. Après celle de la montée des eaux provoquée par le réchauffement climatique, l'archipel est à présent assailli par une multitude de rats prédateurs.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS