FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Récurrence de gripp…
Récurrence de grippe aviaire chez la volaille en Asie due à des souches endémiques et nouvelles du virus
La FAO invite à ne pas relâcher et à améliorer les efforts de lutte en Asie
17 août 2006, Bangkok/Rome – D’après les confirmations en laboratoire, les récents foyers de grippe aviaire en Asie du Sud-Est seraient dus à des isolats à la fois anciens et nouveaux du virus, a déclaré la FAO aujourd’hui.

Il faut veiller à une application vigoureuse des mesures de lutte recommandées pour empêcher la propagation ultérieure de la maladie et soutenir les succès obtenus dans la région, a averti l’Organisation.

Inquiète de la récurrence de flambées en Asie, la FAO a suivi de près les résultats de diagnostic qui ont révélé que la grippe aviaire est endémique dans certaines zones, tandis que de nouvelles souches ont fait leur apparition dans de nouveaux sites.

“Le foyer de grippe aviaire hautement pathogène signalé le mois dernier dans la province de Pichit (Thaïlande) a été causé par la même souche qui circule dans la région depuis 2003/4. Ce qui veut dire que le virus H5N1 est resté vivant en Thaïlande centrale dans un réservoir d’oiseaux et de volailles, vraisemblablement un mélange de poulets de basse-cour, de canards et de coqs de combat”, a déclaré Laurence Gleeson, responsable régional du centre de grippe aviaire de la FAO à Bangkok aujourd’hui.

H5N1 endémique dans la province de Pichit (Thaïlande)

Ceci indique que le virus H5N1 est endémique dans la région. Si le nombre et la taille des foyers ont diminué, les efforts de lutte n’ont que partiellement abouti.

En revanche, les foyers de Nakhon Phanom et de Vientiane ont été causés par une souche du virus H5N1 qui n’avait pas été détectée précédemment en Thaïlande et au Laos. Le virus est semblable aux isolats décelés récemment en Chine du Sud, ce qui laisse entendre que le virus s’est propagé de Chine en Thaïlande et au Laos.

Malgré les risques, le commerce transfrontière de volailles persiste

La FAO reconnaît que le commerce de volailles aux frontières persiste dans le Sud-Est asiatique et en Asie de l’Est en dépit des risques bien connus aux gouvernements et aux habitants de la région.

Les pays sont à nouveau exhortés à intensifier leurs mesures de contrôle sur leur territoire ainsi que le long de leurs frontières, a ajouté la FAO. En outre, les réseaux régionaux HPAI doivent être renforcés dans une optique plus durable avec un appui national et international.

Le récent partage d’informations, l’analyse épidémiologique et des missions conjointes de terrain d’évaluation et de lutte contre les foyers chez la volaille ont porté à mieux comprendre la résurgence de grippe aviaire depuis un mois dans les pays d’Asie comme le Cambodge, le Laos et la Thaïlande.

La grippe aviaire en Indonésie requiert le redoublement de la vigilance

“Devant les flambées continues en Chine, la récurrence au Cambodge, au Laos et en Thaïlande, et l’avancée persistante de la maladie en Indonésie, il faut intensifier la vigilance dans les autres pays asiatiques pour conjurer et détecter toute résurgence ou introduction du virus mortel. Le signalement précoce et le partage d’informations continuent à être cruciaux”, a fait remarquer M. He Changchui, Représentant régional de la FAO pour l’Asie et le Pacifique.

Compte tenu de la présence endémique de l’influenza aviaire au cours des trois dernières années et des incursions de nouveaux isolats du virus dans les pays déjà touchés, il faut redoubler d’efforts tant au niveau national que régional, a indiqué la FAO.

Les pays plus pauvres sont les plus vulnérables

“Nous sommes à un point tournant de la lutte contre la grippe aviaire dans la région,” a souligné M. He. “Certains pays sont en mesure de repousser les récidives occasionnelles de foyers de grippe aviaire, mais les pays plus pauvres ont encore besoin de longues interventions – pour lesquelles un financement à long terme est indispensable – afin de renforcer les services vétérinaires et mettre en place des programmes d’endiguement transfrontières”, a-t-il ajouté.

Les gouvernements de la région et la FAO mettent tout en œuvre pour traiter le problème de la grippe aviaire à la source, mais n’ont reçu à ce jour qu’une petite partie des 308,5 millions de dollars requis. Jusqu’à présent, le Japon, USAID et la Banque asiatique de développement sont les principaux bailleurs de fonds dans la région.

Contacts:
Diderik de Vleeschauwer
Chargé d'information
Bureau régional pour l'Asie et le Pacifique (RAP)
FAO Bangkok
Diderik.Devleeschauwer@fao.org
(+66) 26974126
(+66) 18997354

John Riddle
Relations médias
FAO Rome
John.Riddle@fao.org
(+39) 06 570 53762
(+39) 06348 257 2921

Contact:

Diderik de Vleeschauwer
Chargé d'information Bureau régional pour l'Asie et le Pacifique (RAP), FAO Bangkok
Diderik.Devleeschauwer@fao.org
(+66) 269 74126
(+66) 189 97354

John Riddle
Relations médias, FAO
John.Riddle@fao.org
(+39) 06 570 53762
(+39) 06348 257 2921

FAO/H.D. Nam

L’Asie encore aux prises avec la grippe aviaire

envoyer cette page
Récurrence de grippe aviaire chez la volaille en Asie due à des souches endémiques et nouvelles du virus
La FAO invite à ne pas relâcher et à améliorer les efforts de lutte en Asie
17 août 2006 - D’après les confirmations en laboratoire, les récents foyers de grippe aviaire en Asie du Sud-Est seraient dus à des isolats à la fois anciens et nouveaux du virus, a déclaré la FAO aujourd’hui.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS