FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: OMD: il faut agir, …
OMD: il faut agir, souligne le Directeur général de la FAO
La réduction de la faim et de la pauvreté, une condition sine qua non
7 septembre 2006, Rome – La réduction de la faim et de l’extrême pauvreté est un préalable aux Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), a souligné aujourd’hui en substance M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO.

S’adressant à un comité consultatif de haut niveau* chargé d’aider la FAO à relever le défi des OMD, M. Diouf a indiqué que les huit objectifs en question permettront de tester à la fois la volonté politique de la communauté internationale et sa capacité à s’unir pour mener des actions visant à trouver des solutions à des problèmes mondiaux fondamentaux.

“Je pense que vous partagez ma conviction selon laquelle la réduction de la faim et de la pauvreté est la clé pour atteindre tous les OMD”, a déclaré le Directeur général de la FAO.

“Nous aurons peu de chances de réaliser les autres objectifs – environnement, éducation, mortalité infantile, santé maternelle, parité hommes-femmes, VIH/SIDA – si le premier de ces objectifs n’est pas atteint”, a-t-il ajouté.

En sa qualité de chef de file des agences de l’ONU en matière d’agriculture, foresterie, pêche et développement rural, toutes les activités de la FAO – y compris le monitorage, l’analyse, la mobilisation des ressources, le renforcement des partenariats et les activités de terrain – tendent vers la réalisation des OMD, a-t-il fait observer.

Plus efficace

“Mais j’ai l’impression que nos efforts ne sont pas aussi efficaces qu’ils devraient l’être”, a-t-il poursuivi.

Pour renforcer la capacité de la FAO à relever les défis, M. Diouf a récemment lancé une vaste réforme de l’Organisation, réforme visant également à améliorer la collaboration de celle-ci avec les autres organisations du Système des Nations Unies.

Il a ajouté qu’il avait convoqué le comité consultatif de haut niveau pour écouter ses conseils sur les moyens de rendre plus efficaces les efforts déployés pour atteindre les OMD.

M. Prabhu Pingali, Directeur de la Division agriculture et développement économique de la FAO, a déclaré devant le comité qu’au niveau mondial l’objectif de réduire de moitié le nombre de sous-alimentés d’ici à 2015 pourrait être atteint “à condition qu’il y ait de gros investissements et un engagement politique en faveur du renforcement de la sécurité alimentaire”.

L’Afrique sub-saharienne

Alors qu’en 1990 20 % de la population des pays en développement étaient sous-alimentés – le point de référence pour les OMD –, selon les estimations les plus récentes de la FAO, 17 % de cette même population, soit 815 millions de personnes, étaient encore sous-alimentées en 2000-2002 et cette proportion devrait passer à 11 % en 2015, a indiqué M. Pingali.

Toutefois, une forte incidence de sous-alimentation, de l’ordre de 23 %, persistera en 2015 en Afrique sub-saharienne, a-t-il précisé. En gros, un tiers des Africains souffre actuellement de la faim et si aucune action spécifique n’est entreprise il faudra attendre 2030 pour atteindre l’Objectif du Millénaire.

De même, la réduction de la pauvreté de moitié entre 1990 et 2015 est bien enclenchée au niveau mondial, mais elle semble hors d’atteinte en Afrique sub-saharienne.

“Peu de progrès [dans la région] sera réalisé à moins que l’on redouble d’efforts à court terme. Quant au nombre absolu de pauvres, il pourrait, en fait, augmenter considérablement”, selon M. Pingali. “Si ce scénario devait se matérialiser, près de la moitié des pauvres de la planète se trouveraient, en 2015, en Afrique sub-saharienne.”
*Les membres du comité sont: le Professeur M.S. Swaminathan, Président de la Fondation de recherche M.S. Swaminathan; Monsieur Carlos E. Aquino González, Directeur général émérite, Institut interaméricain de coopération pour l’agriculture; le Professeur Bo Bengtsson, Département des sciences de l’Université d’agronomie suédoise Alnarp; Monsieur Cheikh Mouhamady Cissokho, Président honoraire du Conseil national de concertation et de coopération des ruraux au Sénégal; Monsieur Adel El-Beltagy, Président Forum mondial pour la recherche agricole du Caire; Monsieur Walter P. Falcon, Directeur du Centre de sciences et de politiques environnementales à l’Université de Stanford; le Professeur Dmytro O. Melnychuk, Recteur de l’Université d’agriculture nationale d’Ukraine; Monsieur Moise C. Mensah, ancien Ministre des finances du Bénin et ancien Vice-Président du FIDA; Madame Barbara Stocking, Directrice d’Oxfam (Royaume-Uni).

Contact:
Christopher Matthews
Relations médias, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

Contact:

Christopher Matthews
Relations médias, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

envoyer cette page
OMD: il faut agir, souligne le Directeur général de la FAO
La réduction de la faim et de la pauvreté, une condition sine qua non
7 septembre 2006 – La réduction de la faim et de l’extrême pauvreté est un préalable aux Objectifs du Millénaire pour le développement.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS