FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Priorité à l’Afriqu…
Priorité à l’Afrique dans la lutte contre la grippe aviaire
Des contrôles rigoureux sont indispensables
6 décembre 2006, Bamako/Rome - Le virus mortel de la grippe aviaire H5N1 reste une menace potentielle pour les animaux et les humains à l’échelle mondiale et la possibilité d’une pandémie n’est pas à écarter, met en garde la FAO au cours d’une réunion de bailleurs de fonds à Bamako (Mali).

“Tout échec par un pays quelconque d’endiguer la maladie se traduirait par la réapparition de l’infection dans plusieurs autres pays”, selon M. Alexander Müller, Sous-Directeur général de la FAO. ”Un maillon faible entraînerait un effet domino qui torpillerait tous les acquis. L’heure n’est pas à la complaisance.”

Vulnérabilité

Selon la FAO, plusieurs parties du monde demeurent particulièrement vulnérables en raison de la faiblesse des contributions des bailleurs de fonds, notamment l’Afrique, l’Europe orientale et le Caucase ainsi que l’Indonésie.

L’apparition du virus en Afrique cette année est source de vive préoccupation. “L’Afrique devrait recevoir en priorité les ressources et l’assistance technique dans le cadre de la lutte contre l’influenza aviaire”, souligne-t-on à la FAO.

L’Organisation lance également un appel pour la poursuite des engagements en faveur de certaines parties du monde épargnées, notamment l’Amérique latine et les Caraïbes où les mesures de prévention prises avec les encouragements de la FAO, sur le double plan national et régional, se sont avérées payantes.

Réponse rapide

Une vision à long terme est nécessaire pour remporter la victoire face à l’influenza aviaire hautement pathogène, indique-t-on à la FAO. Des contrôles accrus et une réponse rapide sont indispensables dès lors que des foyers de grippe aviaire sont signalés. En outre, cela permet aussi de neutraliser à temps d’autres maladies animales.

Selon la FAO, la plus grande transparence et le partage des informations sont également indispensables, notamment pour identifier et combattre les différentes souches du virus. “Les percées scientifiques en matière de diagnostic, vaccination et traitement nécessitent une circulation de l’information aussi large et volontaire que possible.”

M. Müller a invité les pays à renforcer les mesures d’hygiène et de contrôle des mouvements d’animaux tout au long de la chaîne de production et de commercialisation afin d’obtenir des résultats positifs.

Un soutien accru

Toujours selon la FAO, l’engagement politique des bailleurs de fonds et des pays à risque ainsi que des pays infectés est nécessaire pour assurer le succès de la lutte contre l’influenza aviaire. “A titre d’exemple, au Viet Nam, la stratégie intégrée (surveillance et contrôle, renforcement de l’efficacité des laboratoires, vaccination, abattage) a permis d’éviter une situation désastreuse. Cela n’aurait pas été possible sans le ferme soutien du gouvernement vietnamien et sans l’apport des bailleurs de fonds.”

Jusqu’ici les bailleurs de fonds ont soutenu l’action menée par la FAO pour aider les pays à contrer la maladie. La FAO a déjà reçu 76  millions de dollars et des accords prévoient 25 autres millions de dollars alors que les engagements se montent à 60 millions de dollars.

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

FAO/P. Ekpei

Collecte d'oeufs au Nigeria où la grippe aviaire est motif de préoccupation

envoyer cette page
Priorité à l’Afrique dans la lutte contre la grippe aviaire
Des contrôles rigoureux sont indispensables
6 décembre 2006 - Le virus mortel de la grippe aviaire H5N1 reste une menace potentielle pour les animaux et les humains à l’échelle mondiale.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS