FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2007 :: La FAO esquisse les…
La FAO esquisse les priorités de l’Initiative Aide au commerce
Accent sur l'investissement agricole et l'aide à la commercialisation
21 novembre 2007, Rome - L’initiative Aide au commerce devrait se concentrer sur cinq domaines prioritaires afin d’aider les pays pauvres à bénéficier de l’évolution du régime commercial mondial pour les produits agricoles, selon un document de la Conférence de la FAO préparé pour l’Evènement spécial de haut niveau qui s’est tenu pendant la Conférence générale de l’Organisation.

L’évènement d’aujourd’hui succède à celui de la nuit dernière sur le Financement de l’agriculture, organisé par le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf. Un document de la FAO sur le même sujet a attiré l’attention sur la stagnation de la part de l’aide totale consacrée à l’agriculture qui «en aucune façon ne reflète l’importance de l’agriculture dans le PIB des pays en développement».

L’initiative Aide au commerce a été lancée lors de la réunion ministérielle de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Hong Kong en décembre 2005. Le processus a pour objectif d’aider les pays pauvres à se doter des infrastructures et des moyens pour bénéficier pleinement et avec succès des accords de Doha afin de réduire les barrières du commerce mondial.

Au cours de l’évènement Aide au commerce, la FAO a recommandé aux donateurs de concentrer leurs efforts sur cinq domaines liés aux activités commerciales afin de mieux intégrer les pays en développement dans le système commercial multilatéral pour qu’ils puissent bénéficier de la libéralisation du commerce et d’un meilleur accès au marché.

Ces domaines sont le transfert de technologie, les politiques pour les infrastructures rurales et la baisse des marges commerciales, les politiques de gestion de l’eau, des normes techniques des produits et de sécurité alimentaire et enfin les négociations commerciales et les analyses sur les politiques commerciales.

Si l’aide pour le commerce se veut efficace, le rapport de la FAO ajoute qu’elle devrait commencer en concentrant des ressources sur les cinq contraintes les plus incontournables de la compétitivité, domaines dans lesquels la FAO travaille depuis des années pour améliorer la compétitivité des pays en développement dans le commerce de l’agriculture, de la pêche et des produits forestiers.

Transfert et utilisation des technologies

L’une des raisons majeures du manque de compétitivité de l’agriculture dans les pays en développement est la faible productivité des principaux facteurs utilisés, la terre et le travail. Le problème: les technologies qui sont pour la plupart déjà disponibles dans le pays ne sont pas largement adoptées à cause d’une utilisation inadéquate des facteurs de production.

Le Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA) de la FAO et le Programme national pour la sécurité alimentaire (PNSA) se focalisent sur des interventions à petite échelle qui apportent rapidement des améliorations. Etant donné les immenses opportunités d’augmentation de la productivité à moindres coûts et plus rapidement, les projets et les programmes qui se concentrent sur l’adoption et l’adaptation technologique devraient être un domaine prioritaire des ressources de l’Aide pour le Commerce.

Les infrastructures rurales

Les services ruraux clés comme les routes agricoles au niveau communautaire et villageois, le financement de l’agriculture, l’assurance agricole, les équipements et les installations pour les productions agricoles, les infrastructures de stockages, les chambres réfrigérées, les ports de pêche, les marchés et les systèmes d’information du marché sont essentiels pour faciliter l’adoption de technologies de production moderne.

Investissement dans la gestion de l’eau

La gestion de l’eau, particulièrement à petite échelle, conjointement avec la diffusion de technologie et l’amélioration des infrastructures rurales, offre d’excellents rendements aux investissements du secteur public et privé dans l’agriculture. Le rapport de la FAO insiste sur ce point hautement prioritaire pour l’Aide pour le Commerce.

Normes techniques des produits

Améliorer les normes techniques des produits commercialisés est un domaine de haute priorité naturel pour l’initiative Aide pour le Commerce, souligne le rapport de la FAO, tout en indiquant qu’elle aide les pays en développement dans ce sens, à un niveau national, régional et international. La demande d’assistance de la part des pays membres dans ce domaine est forte comparée aux ressources disponibles et, selon le rapport, plus de soutien à travers l’Initiative Aide pour le Commerce pourrait être facilement intégré dans les programmes de la FAO, permettant à l’organisation de fournir davantage d’aide.

Négociations commerciales et analyse des politiques commerciales

En disant cela, la plupart des pays sont maintenant engagés dans des négociations commerciales, à des niveaux régionaux, bilatéraux, outre les discussions internationales dans le cadre du Cycle de Doha sur le commerce. Le rapport attire l’attention sur la charge importante qui pèse sur ceux qui doivent négocier les accords. Il met en garde contre les conséquences économiques de la superposition et souvent le recouvrement des accords et précise: «il y a un clair et pressent besoin de renforcer les capacités parmi les partenaires nationaux comme les organisations non-gouvernementales, les exploitations agricoles et les associations commerciales».

Evènement spécial sur le financement de l’agriculture

L’évènement spécial de la nuit dernière sur le Financement de l’agriculture a été organisé par le Centre d’investissement de la FAO pour accroître la sensibilisation sur les opportunités de réduire la faim et la pauvreté à travers plus d’investissements dans l’agriculture et le développement rural.

L’étude sur le financement de l’agriculture attire l’attention sur l’agriculture, «secteur qui a besoin de trouver de nouveaux mécanismes de financements novateurs et d’améliorer substantiellement son efficacité dans l’utilisation des ressources à sa disposition, s’il doit garantir une part de financement proportionnée à son importance dans de nombreux pays en développement et son rôle dans la réduction de la pauvreté.»

Lors de cet évènement étaient présents: le Vice-président de la Zambie, Rupiah B. Banda, le Ministre de l’Agriculture et de la Pêche d’Islande, Einar K. Guofinnsson, le Directeur général adjoint de la Commission européenne pour l’agriculture et le développement rural, Jerzy B. Plewa, et le Vice-président de l’Alliance pour la révolution verte en Afrique, Akinwumi Adesina.
Contact:
John Riddle
Relations médias, Londres
john.riddle@fao.org
(+44) (0) 780 478 6942
(+44) (0) 207 766 3447

Contact:

John Riddle
Relations médias, Londres
john.riddle@fao.org
(+44) (0) 207 766 3447
(+44) (0) 78 04 78 6942

envoyer cette page
La FAO esquisse les priorités de l’Initiative Aide au commerce
Accent sur l'investissement agricole et l'aide à la commercialisation
21 novembre 2007 - L’Initiative devrait se concentrer sur cinq domaines prioritaires afin d’aider les pays pauvres à bénéficier du régime commercial mondial pour les produits agricoles, selon un document présenté à la Conférence de la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS