FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Denrées alimentaire…
Denrées alimentaires: des prix élevés en dépit des augmentations de production
Possible aggravation de la faim dans certains pays pauvres
22 mai 2008, Rome - La flambée des prix des denrées alimentaires a tout particulièrement affecté les populations vulnérables de nombreux pays qui consacrent une grande part de leurs revenus à l’alimentation.

Selon la dernière édition du Bulletin “Perspectives de l’alimentation” de la FAO, la facture d’importations alimentaires des pays à faible revenu et à déficit vivrier devrait s’élever, en 2008, à 169 milliards de dollars, soit 40 % de plus qu’en 2007.

La FAO, qui qualifie de "préoccupante" pour les pays vulnérables cette hausse soutenue, indique que, d’ici à fin 2008, le panier annuel d’importations alimentaires de ces pays pourrait coûter quatre fois plus cher qu'en 2000.

Les cours internationaux de la plupart des denrées agricoles de base ont commencé à baisser, mais il est peu probable qu’ils retombent aux bas niveaux des années précédentes, précise le rapport.

L’indice FAO des prix alimentaires est demeuré stable depuis février 2008, mais la moyenne des quatre premiers mois de l’année reste encore supérieure de 53 % à la même période de l’année dernière.

“La nourriture n’est plus une denrée bon marché comme autrefois. La hausse des prix ne fera qu’aggraver la situation de privation déjà inacceptable dont sont victimes 854 millions de personnes”, déplore M. Hafez Ghanem, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département économique et social.

“Nous risquons de voir de nombreux autres millions venir gonfler les rangs des affamés,” met en garde M. Ghanem.

En dépit des perspectives favorables de la production mondiale, le déclin escompté des prix de nombreuses denrées de base durant la campagne 2008/2009 sera vraisemblablement limité car il faudra reconstituer les stocks.

Et vu l’accroissement de l’utilisation, il ne suffira pas d’une bonne campagne agricole pour réapprovisionner les stocks et réduire l’instabilité des prix.

Production record en 2008

Les dernières prévisions de la FAO indiquent une production céréalière mondiale record en 2008, désormais proche de 2,2 milliards de tonnes, y compris le riz usiné, soit une hausse de 3,8 % par rapport à 2007.

Parmi les principales céréales, le blé devrait enregistrer la plus forte augmentation, étant donné les perspectives de meilleures récoltes en 2008.

En dépit de ces niveaux de production exceptionnels pour diverses cultures, les marchés tendus entraîneront probablement la poursuite de la volatilité des prix.

Les Chefs d’État et de Gouvernement affronteront le problème de l’envolée des prix alimentaires et des enjeux du changement climatique, de la bioénergie et de la sécurité alimentaire au prochain Sommet alimentaire organisé par la FAO à Rome (3-5 juin 2008).

Huiles et oléagineux

La hausse des prix internationaux des oléagineux s’est accélérée en 2007/08, atteignant de nouveaux records en mars 2008. Les marchés mondiaux se sont raffermis considérablement devant la croissance réduite de l’offre d’huiles et la chute des approvisionnements de farines qui coïncident avec une nouvelle expansion de la demande.

Les premières prévisions pour la campagne 2008/09 misent sur un fort redressement de la production mondiale d’oléagineux, et la production d’huiles et tourteaux devrait suffire à satisfaire la demande mondiale.

Sucre

Les conditions de croissance généralement favorables ont entraîné une production mondiale de sucre record en 2007/08, et même si la consommation mondiale devrait augmenter à un rythme soutenu, elle ne suffirait pas à absorber l’excédent pour la deuxième année consécutive. Les cours internationaux du sucre devraient rester déprimés.

Viande

La production mondiale de viande devrait augmenter en 2008 en dépit des coûts élevés du fourrage. La forte croissance économique devrait soutenir une consommation ferme dans de nombreux pays en développement.

Produits laitiers

La production laitière mondiale, tirée par les prix élevés du lait de l’an passé, devrait enregistrer une forte progression en 2008, malgré l’incertitude qui règne sur les marchés.

Le commerce mondial de produits laitiers devrait reculer à nouveau en 2008, essentiellement sous l’effet de la réduction des disponibilités exportables. La demande d’importations semble avoir faibli compte tenu des prix élevés imputables au fort accroissement de la production de lait dans plusieurs pays importateurs.

Produits de la pêche

Le rapport estime que la croissance de la production aquicole se poursuivra cette année et pourrait atteindre le même niveau escompté des pêches de capture en 2008.

Les prix des espèces sauvages des pêches de capture se raffermiront, tandis que la hausse des prix des espèces d’élevage devrait être plus modérée.

La pomme de terre

La production mondiale de pommes de terre pourrait progresser de 2 à 3 % par an au cours de la prochaine décennie – sous l’effet essentiellement des pays en développement, notamment de l’Afrique subsaharienne.

En Chine, premier producteur mondial de pommes de terre, les autorités nationales examinent des propositions pour faire grimper la pomme de terre au rang des principales cultures vivrières du pays, tandis que l’Inde pourrait doubler sa production au cours des 5 à 10 prochaines années.

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO (Royaume-Uni et Irlande)
john.riddle@fao.org
(+44) (0) 780 478 6942
(+44) (0) 207 766 3447

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO (Londres)
john.riddle@fao.org
(+44) (0) 780 478 6942
(+44) (0) 207 766 3447

©FAO/Giulio Napolitano

Les prix des denrées alimentaires restent fermes

Audio

Entretien avec M. Abdolreza Abbassia, Economiste et Secrétaire du Groupe intergouvernemental sur les céréales à la FAO (3'51") (mp3)

envoyer cette page
Denrées alimentaires: des prix élevés en dépit des augmentations de production
Possible aggravation de la faim dans certains pays pauvres
22 mai 2008 - La flambée des prix des denrées alimentaires a affecté plus particulièrement les populations vulnérables de nombreux pays qui consacrent une grande part de leurs revenus à l’alimentation. La facture d’importations alimentaires des pays à faible revenu et à déficit vivrier devrait s’élever, en 2008, à 169 milliards de dollars, soit 40 % de plus qu’en 2007.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS