FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Accroître la produc…
Accroître la production alimentaire dans les greniers à blé de l'Afrique
Nouvelle collaboration entre les agences de l’ONU basées à Rome et AGRA
4 juin 2008, Rome - Un partenariat sans précédent entre des acteurs clés du développement agricole vise à stimuler de manière significative la production alimentaire dans des régions considérées comme les "greniers à blé" de l'Afrique, de relier la production alimentaire locale aux besoins et de travailler dans les principales zones de cultures agricoles en Afrique - ou dans des zones agroécologiques - afin de créer des opportunités pour les petits paysans.

Un accord en ce sens signé aujourd'hui marque un changement significatif dans la manière dont les principales agences mondiales travaillent avec les petits paysans pour les aider à résoudre les problèmes chroniques de l'alimentation et de la faim en Afrique.

Le protocole d'accord a été passé entre l'Alliance pour une révolution verte en Afrique (connue sous son acronyme anglais AGRA), la FAO, le Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM), lors de la Conférence de haut niveau de la FAO sur la Sécurité alimentaire mondiale (3-5 juin 2008).

Plusieurs défis

Parmi les défis à relever pour accélérer la production alimentaire en Afrique, citons le faible développement des marchés, le manque d'investissement et les infrastructures défaillantes dans les zones rurales. Mais des opportunités peuvent être exploitées pour lutter contre la faim chronique et les problèmes alimentaires.

Ce nouveau partenariat vise maintenant à faire la différence en optimisant la production alimentaire dans les zones aux conditions relativement favorables - précipitations, sols, infrastructures, et marchés -, les zones considérées comme des "greniers à blé".

Ce partenariat travaillera en étroite collaboration avec d'autres acteurs dans ces "greniers à blé" pour améliorer rapidement la production alimentaire, la sécurité alimentaire et les revenus ruraux.

La priorité sera donnée à la surveillance attentive de l'environnement et à la conservation de la biodiversité, de l'eau et de la terre.

L'accord implique également de coordonner et de partager les innovations de développement agricole à travers des zones écologiques diverses et les cultures qui y poussent.

Au niveau des pays, le partenariat soutiendra les efforts des gouvernements et travaillera avec les paysans et d'autres partenaires pour stimuler rapidement la productivité et les revenus agricoles.

Chaque agence fournira une expertise unique pour la réalisation d’une révolution verte durable d'un point de vue économique et environnemental qui devrait mettre fin à l'éternelle crise alimentaire du continent.

Kofi Annan

"Cette initiative de collaboration fait partie de la vision stratégique d'AGRA pour établir des partenariats qui unissent les forces et les ressources des secteurs public et privé, de la société civile, des organisations paysannes, des donateurs, des scientifiques et des entrepreneurs d'un bout à l'autre de la chaîne de valeur agricole", a déclaré M. Kofi A. Annan, président du conseil d'administration d'AGRA.

"Nous devons mettre immédiatement en oeuvre des solutions pour résoudre la crise d'aujourd'hui et ce, dans le cadre d'un effort concerté et à long terme pour transformer l'agriculture des petits exploitants, pour accroître la productivité et à la durabilité, et pour éradiquer la pauvreté et à la faim.

La production alimentaire par habitant a diminué en Afrique au cours des 30 dernières années et la productivité des exploitations africaines représente juste un quart de la moyenne mondiale.

Aujourd'hui, dans la région, plus de 200 millions de personnes souffrent d’une faim chronique et 33 millions d'enfants de moins de cinq ans sont sous-alimentés.

Investir davantage

Pour renverser la situation, il est nécessaire de donner la priorité à l’augmentation rapide de la productivité agricole. Plus d'investissements sont nécessaires aussi bien pour l'agriculture pluviale qu'irriguée.

Les investissements sont également nécessaires pour avoir de nouvelles variétés adaptées, un meilleur accès aux semences et aux engrais, des méthodes de gestion de lutte intégrée contre les ravageurs sans nuire à l'environnement, pour réduire les pertes après récolte, et pour améliorer les infrastructures rurales, particulièrement les routes et les moyens de communication.

Cela devra être soutenu par des politiques courageuses en faveur des pauvres et pour la transformation de la petite agriculture.

Un défi de taille

M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, a déclaré notamment: "Débloquer le potentiel de l'agriculture en Afrique est un défi de taille, mais il peut être relevé. Cette initiative représente une importante contribution pour réduire le nombre de plus de 200 millions de personnes affamées en Afrique subsaharienne, en stimulant la production alimentaire et la productivité et en améliorant les moyens d’existence de millions de personnes dans les zones rurales.

"La FAO participera activement à cette initiative importante en aidant à la stimulation de production alimentaire locale, en fournissant les intrants techniques et en développant de nouveaux investissements agricoles."

Révolution verte

"Nous espérons encourager une révolution verte en Afrique qui respecte la biodiversité et les différentes régions du continent et la grande variété des cultures - du millet au sorgho dans le Sahel, des racines et des tubercules qui sont coupés à travers l'Afrique de l'Ouest humide, au maïs dans les zones d'altitude et les plaines de l'Afrique australe et orientale", a indiqué M. Annan.

AGRA développera et favorisera des rendements plus élevés, des semences adaptées localement, des options de fertilité du sol, des systèmes de gestion de l'eau et le développement du marché pour aider les petits exploitants agricoles.

AGRA soutiendra les politiques en faveur des pauvres qui catalyseront la croissance de la productivité agricole dans les "greniers à blé".

Message du FIDA

Dans un message lu par son représentant à la cérémonie de signature du protocole d'accord, M. Lennart Båge, Président du FIDA, a souligné que les petits exploitants constituent le plus grand groupe d'acteurs économiques, mais sont souvent le segment le plus pauvre de la population en Afrique subsaharienne.

Le FIDA, travaillant en collaboration avec AGRA et les agences de l'ONU basées à Rome, oeuvrera en vue de tirer les ruraux ruraux de la misère en augmentant leurs capacités productives, en renforçant leur représentation et leurs voix et en améliorant leur accès aux marchés, selon M. Båge.

La contribution du PAM

En tant que principal acheteur de nourriture en Afrique et dans les pays en développement, le PAM emploiera son pouvoir d'achat pour favoriser une révolution verte en Afrique et développer le marché, ce qui devrait stimuler la production agricole.

L'accord de partenariat assure, en fait, aux paysans un marché sans lequel beaucoup d'efforts bien intentionnés pour augmenter la production agricole seraient condamnés à l'échec.

L'année dernière, le PAM a acheté une quantité record de nourriture, pour une valeur de 612 millions de dollars, dans 69 pays en développement dont 253 millions en Afrique, particulièrement en Ouganda, au Soudan, au Kenya, en Zambie et au Malawi.

De 2001 à 2007, le PAM a acheté pour plus de 1,2 milliard de dollars de nourriture sur les marchés locaux en Afrique.

Ce nouveau partenariat pourrait avoir comme conséquence des millions supplémentaires dépensés dans des zones potentielles de "greniers à blé" où se trouveraient des excédents.

"Le PAM se réjouit de travailler avec AGRA, un acteur principal qui contribuera à stimuler la production agricole", a déclaré Josette Sheeran, Directeur exécutif du PAM. "Ensemble, avec la FAO et le FIDA, nous pouvons améliorer considérablement la vie des petits producteurs et des paysans exposés à l’insécurité alimentaire à travers l’Afrique et contribuer ainsi à réduire la faim et la vulnérabilité."

Le nouveau partenariat conclu aujourd'hui fera progresser l’objectif du Programme détaillé pour le développement de l’agriculture africaine (CAADP) du Nouveau partenariat pour le développement africain (NEPAD) qui vise à réaliser un taux de croissance annuel d’au moins 6 % de la production agricole d'ici à 2015.

Pour de plus amples informations, visiter le site de la FAO, du FIDA, du PAM et d'AGRA (liens ci-contre)

Pour plus d'information, contacter:

Erwin Northoff, FAO
Coordinateur des informations
Bureau des relations médias
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616 (portable)

Farhana Haque Rahman, FIDA
Responsable relations médias, événements spéciaux et programmes
Pour les interviews:
David Paqui: (+39) 335 7516406 (portable)
Jessica Thomas: (+39) 392 3324414 (portable)

Brenda Barton, PAM
Brenda.Barton@wfp.org
(+39) 06 65132602
(+39) 347 2582217 (portable)

Sasha Millard, AGRA
smillard@burnesscommunications.com
(+1) 301 652 1558, ext. 5728

Stella Kihara
skihara@agra-alliance.org
(+254) 203 675 280
+254 735 380 199 (portable)

Contact:

Erwin Northoff, FAO
Relations médias
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 252 3616

Farhana Haque Rahman, FIDA
Chef, Relations médias Pour les interviews: David Paqui, +39 335 7516406 (cell) Jessica Thomas, +39 392 3324414 (cell)

Brenda Barton, PAM
Brenda.Barton@wfp.org
(+39) 06 651 32602
(+39) 347 258 2217

Sasha Millard, AGRA
smillard@burnesscommunications.com
(+1) 301 652 1558, ext. 5728

Stella Kihara, AGRA
skihara@agra-alliance.org
(+254) 203 675 280
(+254) 735 380 199

©FAO/Giulia Muir

De gauche à droite, Kofi Annan, Josette Sheeran, Jacques Diouf et Kanayo Nwanze qui représentait M. Båge

envoyer cette page
Accroître la production alimentaire dans les greniers à blé de l'Afrique
Nouvelle collaboration entre les agences de l’ONU basées à Rome et AGRA
4 juin 2008 - Un partenariat sans précédent entre des acteurs clés du développement agricole vise à stimuler de manière significative la production alimentaire dans des régions considérées comme les "greniers à blé" de l'Afrique, de relier la production alimentaire locale aux besoins et de travailler dans les principales zones de cultures agricoles en Afrique - ou dans des zones agroécologiques - afin de créer des opportunités pour les petits paysans.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS