FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Jacques Diouf: augm…
Jacques Diouf : augmenter la production agricole mondiale pour sortir de la crise des prix
Audition du Directeur général de la FAO devant le Parlement italien
17 septembre 2008, Rome - A l’invitation des Commissions des affaires étrangères et de l’agriculture du Sénat et de la Chambre des députés italiens, le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf, s’est exprimé aujourd’hui sur le thème de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de son impact sur la sécurité alimentaire mondiale.

Selon Jacques Diouf, l’indice FAO des prix des denrées alimentaires a augmenté entre 2005 et 2006 de 12 pour cent, de 24 pour cent en 2007 et d’environ 50 pour cent jusqu’en juillet 2008. En dépit de bonnes prévisions mondiales de production céréalière, les prix resteront encore élevés pendant plusieurs années et, dans les pays pauvres, la crise alimentaire perdurera.

"Avant la flambée des prix des denrées alimentaires en 2007-2008, 850 millions de personnes étaient sous-alimentées dans le monde mais, pour la seule année 2007, ce nombre a augmenté de 75 millions", a affirmé Jacques Diouf.

L’initiative FAO contre la flambée des prix alimentaires

Jacques Diouf a rappelé que dès le mois de juillet 2007, la FAO avait proposé l’organisation d’une Conférence de haut niveau sur la sécurité alimentaire et qu’en décembre de la même année, prévoyant l’imminence et la nature de la crise, avait lancé l’Initiative contre la flambée des prix des aliments afin d’augmenter la production agricole mondiale.

Dans le cadre de cette Initiative, la FAO est aujourd’hui engagée à renforcer la production alimentaire dans 79 pays en fournissant semences de qualité, fertilisants, outils et intrants agricoles.

La Conférence de haut niveau de juin

Jacques Diouf s’est félicité du succès de la Conférence de haut niveau sur la sécurité alimentaire organisée par la FAO en juin dernier qui a accueilli les représentants de 181 pays, 43 chefs d’Etat ou de Gouvernement et 5 000 participants, dont 1 350 journalistes.

Jacques Diouf a souligné que "dans la déclaration finale, l’agriculture et la sécurité alimentaire mondiale sont redevenues une priorité pour le développement mondial, au centre de l’agenda politique international, après trois décennies au cours desquelles la part de l’agriculture dans l’aide au développement était en réduction constante, passant de 17 % en 1980 à 3 % en 2006".

En témoigne le fait que bien que la Conférence n’ait pas eu pour but de récolter des fonds, plusieurs pays et institutions ont annoncé des engagements financiers pour un montant de près de 11 milliards de dollars EU. Si l’on ajoute les montants promis avant et après la Conférence, le montant total s'élève à environ 23 milliards de dollars EU, même si une large part de ces promesses doit encore se concrétiser.

La réponse du gouvernement italien

Jacques Diouf a remercié l’Italie pour son engagement dans la lutte contre la faim et la pauvreté. Des 100 millions d’euros annoncés en 2002 lors du Sommet mondial de l’alimentation: cinq ans après, le Gouvernement italien en a déjà versé 87, dont 14 après la Conférence.

Ces contributions ont alimenté le Fonds fiduciaire de la FAO pour la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire des aliments et ont permis de mettre en œuvre 29 projets nationaux couvrant 41 pays, ainsi que des projets régionaux dans 15 pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et 15 îles du Pacifique.

Jacques Diouf a souligné que l’Italie est devenu en 2008 l’un des pays qui a le plus contribué aux fonds fiduciaires de la FAO.

Le G8 et la prochaine présidence italienne

Jacques Diouf a rappelé que la FAO s’engage à collaborer avec le G-8 et la communauté internationale pour mettre en œuvre le "partenariat global sur l’agriculture et l'alimentation" et, dans le cadre de la présidence italienne du G-8 l’année prochaine, a établi des contacts préliminaires avec les autorités italiennes pour créer un réseau mondial d’experts dans les domaines de l’alimentation et de l’agriculture, réseau qui analyserait besoins et risques futurs.

"Nous devons relever un défi majeur", a déclaré le Directeur général de la FAO. "Il faut chaque année mobiliser 30 milliards de dollars EU pour doubler la production alimentaire mondiale afin de nourrir les 9 milliards d’êtres humains qui peupleront la planète en 2050."

Ces chiffres sont certes modestes s’ils sont comparés au soutien accordé à leur propre secteur agricole par les pays de l’OCDE - 376 milliards de dollars en 2006 - et aux dépenses d’armement qui ont atteint, toujours en 2006, la somme de 1 204 milliards de dollars EU.

"Le temps est venu pour la communauté internationale de s’unir face à la crise alimentaire mondiale. L’Italie, qui présidera le G8 l’année prochaine, a dans ce contexte une responsabilité historique", a conclu Jacques Diouf.
Contact:
Luisa Guarneri
Relations presse, FAO
luisa.guarneri@fao.org
(+39) 06 570 56350
(+39) 348 870 5979 (portable)

Contact:

Luisa Guarneri
Relations presse, FAO
luisa.guarneri@fao.org
(+39) 06 570 56350
(+39) 348 870 5979

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano

En 2007 le nombre de personnes sous-alimentées a augmenté de 75 millions

Documents

Le discours de M. Diouf

Photo: ©FAO/Giulio Napolitano

Jacques Diouf s'adresse aux Commissions des affaires étrangères et de l'agriculture du Parlement italien

envoyer cette page
Jacques Diouf : augmenter la production agricole mondiale pour sortir de la crise des prix
Audition du Directeur général de la FAO devant le Parlement italien
17 septembre 2008 - A l’invitation du Parlement italien, le Directeur général de la FAO s’est exprimé aujourd’hui sur le thème de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de son impact sur la sécurité alimentaire mondiale.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS