L'actualité FAO

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et
l'agriculture


Pesticides périmés dans les pays en développement: 100 000 tonnes de pesticides menacent la santé et l'environnement

Pesticides en Afrique (PDF)



Opérations d'enlèvement des pesticides


Egalement dans l'actualité:


De grandes quantités de pesticides non utilisés représentent une menace grave pour l'environnement et la santé publique dans les pays en développement, d'après une étude de la FAO publiée au début du mois de juin 1996.

La FAO estime que les pays en développement détiennent des stocks de plus de 100 000 tonnes de pesticides périmés, dont 20 000 tonnes dans les pays africains (voir carte). Certains de ces produits chimiques sont si toxiques que quelques grammes suffiraient à empoisonner des milliers de personnes ou à contaminer des zones étendues. Le DDT, la dieldrine et le HCH (hexachlorocyclohexane) figurent parmi ces substances hautement toxiques et à forte rémanence. L'essentiel de ces stocks correspond à des restes de pesticides livrés dans le cadre de programmes d'assistance extérieure. Faute de moyens d'élimination sans danger pour l'environnement, les stocks ne cessent de grossir. La FAO lance donc un appel en faveur d'un effort concerté de la communauté mondiale pour éliminer ces déchets dangereux et éviter qu'ils ne recommencent à s'accumuler.

"Les stocks de pesticides périmés sont de véritables bombes à retardement", a déclaré Niek van der Graaff, Chef du Service FAO de la protection des plantes. "Les fuites, les infiltrations et divers accidents liés aux pesticides sont extrêmement fréquents et répandus. Les conditions d'entreposage sont rarement conformes aux normes internationales. De nombreux contenants de pesticides se détériorent, laissant échapper leur contenu qui va contaminer les nappes phréatiques et l'environnement. La plupart des entrepôts sont situés en plein coeur des agglomérations urbaines ou à proximité de zones d'habitation."

En Afrique et au Proche Orient, les effets possibles de ces pesticides périmés sur l'environnement suscitent de vives inquiétudes. Certains stocks ont plus de 30 ans et sont conservés au mépris des mesures de sécurité. Aucun pays n'est à l'abri du danger. D'après la FAO, il faut agir de toute urgence, pour éviter des catastrophes et des dommages irréversibles.

Au fil des années, toutes sortes de pesticides ont été importées par les pays en développement, sous forme de dons des organismes d'aide au développement ou des gouvernements. "En Afrique, le total connu des importations de pesticides s'élève à 672 millions de dollars pour 1993-94. Or 40 pour cent au moins de ce total, soit l'équivalent de 269 millions de dollars, n'ont probablement pas été utilisés", indique le rapport. Les données disponibles pour d'autres régions montrent que le problème ne se limite pas à l'Afrique mais qu'il se pose également en Europe de l'Est, en Asie et en Amérique latine.

D'après la FAO, l'accumulation des stocks de pesticides inutilisés tient notamment aux raisons suivantes:


Documents disponibles

La FAO a publié plusieurs ouvrages fournissant des conseils sur les moyens de prévenir les accumulations de pesticides périmés et sur la gestion et l'élimination des stocks superflus. Quelques titres:


Pour de plus amples renseignements, s'adresser à Alemayehu.Wodageneh@fao.org


FAO home page Cherchez

Suggestions: Webmaster@fao.org

© FAO,1996