La Technique de l'insecte stérile


La Technique de l'insecte stérile (TIS) est la première méthode de lutte contre les insectes ravageurs qui utilise la génétique. Pour simplifier, on pourrait la définir comme une forme de contrôle des naissances des insectes menée à l'échelle d'une région.

Cette technique consiste à reproduire des quantités énormes d'insectes cibles dans une "usine" et de stériliser les mâles en les exposant à des faibles doses de radiations. Ces mouches mâles stériles sont ensuite lâchées par voie aérienne dans les zones infestées, où elle s'accouplent aux femelles sauvages. Si les mâles stériles l'emportent largement en nombre sur les mâles sauvages féconds, la population de mouches sauvages est rapidement anéantie. La proportion de mâles stériles par rapport aux mâles sauvages féconds doit être d'au moins dix pour un. A Zanzibar, cette proportion a atteint cinquante pour un.

Au Mexique, le bétail est aujourd'hui libéré de la lucilie bouchère, grâce à la Technique de l'insecte stérile

La technique a auparavant été utilisée pour éradiquer la lucilie bouchère en Afrique du Nord au début des années 90. Jusqu'en 1988, la lucilie bouchère était limitée aux régions tropicales et subtropicales des Amériques. Sa découverte dans la Jamahiriya arabe libyenne a représenté une menace pour le reste de l'Afrique, l'Asie, le Proche-Orient et l'Europe méridionale. Au cours d'une campagne d'éradication d'un an, conduite sous l'égide de la FAO, des cartons entiers de lucilies bouchères stériles mâles ont été lâchés par avion sur une superficie de 400 000 kilomètres carrés.

A l'apogée de l'opération en Afrique du Nord, 40 millions de mouches provenant du Mexique, le seul endroit où il était possible de se les procurer, étaient ainsi lâchées chaque semaine après avoir été transportées dans des avions spécialement affrétés. Le nombre de cas confirmés de lucilie bouchère en Libye atteignait près de 3 000 en septembre 1990. En mars 1991, on ne signalait plus de nouveaux cas.

La TIS a été appliquée sur une période de vingt ans pour éliminer la lucilie bouchère en Amérique du Nord et au Mexique et des efforts pour l'éradiquer de l'ensemble de l'Amérique centrale sont aujourd'hui en cours.

La FAO et l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) ont également aidé le Chili et le Mexique à éliminer la mouche méditerranéenne des fruits grâce à la TIS, éliminant du même coup un obstacle à l'exportation de fruits vers les marchés rentables des Etats-Unis et du Japon.

Les institutions des Nations Unies aident actuellement les autorités nationales de protection des végétaux en Argentine, au Guatemala et dans plusieurs pays du Proche-Orient pour éliminer cet insecte ravageur ou établir des zones indemnes.

Des renseignements détaillés sur ces programmes de gestion intégrée des ravageurs et sur d'autres programmes utilisant la Technique de l'insecte stérile à l'échelle d'une région seront présentés dans le cadre d'une conférence internationale organisée par la FAO et l'AIEA en Malaisie, du 28 mai au 2 juin 1998.

Retour à l'article principal

Autres liens:


Page d'accueil de la FAO

 Cherchez  

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1998