Veille mondiale FAO

 

Le Tadjikistan en proie à une grave crise alimentaire


Le Tadjikistan est en proie à une grave sécheresse, la pire depuis 70 ans, selon les experts. D'après une récente mission FAO/PAM d'évaluation des récoltes et des disponibilités alimentaires qui s'est rendue dans le pays, près de la moitié de la population, soit plus de 3 millions de personnes, sont victimes de la faim et de la malnutrition dues à la sécheresse, ainsi qu'aux réseaux d'irrigation hors d'usage, aux problèmes économiques et à un héritage de troubles civils.

Cliquer sur la carte pour la version agrandie et les données sur les précipitations pour 2000

w

Production céréalière en recul de près de 50 pour cent

Le rapport de la mission constate que les récoltes du blé pluvial d'hiver et de printemps, normalement rentrées en juin et en juillet, ont été un échec presque total à cause de la sécheresse. Qui plus est, les pénuries d'eau et le mauvais état des systèmes d'irrigation du pays se sont traduits par des récoltes inégales de céréales irriguées.

La production céréalière totale du Tadjikistan est estimée à seulement 236 000 tonnes, soit un recul de près de 50 pour cent par rapport à l'an dernier. Ceci représente la troisième baisse consécutive pour la production céréalière, celle de cette année étant de loin la plus marquée. La production intérieure ne peut assurer les besoins céréaliers du pays que pour trois mois.

"Effets désastreux" des pénuries alimentaires

Afin de satisfaire les besoins de la population, le Tadjikistan doit importer 787 000 tonnes de céréales. Toutefois, il est probable que les importations commerciales ne dépasseront guère 400 000 tonnes. A l'heure actuelle, les annonces internationales d'aide alimentaire s'élèvent à un total de 74 000 tonnes, soit un déficit pour le pays de 313 000 tonnes. D'après l'alerte lancée par le rapport FAO/PAM, "un déficit de cette ampleur dans ce pays appauvri pourrait avoir des effets désastreux sur la population, si la communauté internationale n'intervient pas". Le rapport souligne clairement que les possibilités de mort dues à la famine sont réelles si des mesures ne sont pas prises.

Il y a également un besoin urgent de semences pour la prochaine campagne de semis de blé d'hiver, qui démarre en octobre/novembre.

La pauvreté exacerbe la crise alimentaire

La Banque mondiale estime que 85 pour cent de la population du Tadjikistan vit en dessous du seuil de pauvreté. Selon le rapport FAO/PAM, "de nombreux ménages ont épuisé leurs mécanismes d'adaptation et n'ont souvent aucune autre source de revenus pour compenser les pertes de récolte". La mission a constaté que beaucoup de familles agricoles envisagent de vendre leur bétail pour faire face aux pénuries alimentaires. Nombreux sont les hommes qui pensent se rendre en Russie à la recherche désespérée de travail pour subvenir aux besoins de leur famille.

Il faut une assistance à long terme

Une aide alimentaire ne suffit pas au Tadjikistan pour surmonter la crise actuelle. Pour se libérer de la menace des pénuries alimentaires, le pays requiert une assistance à moyen ou long terme pour améliorer la production agricole. Le rapport souligne l'importance d'un programme pour la production et la distribution de semences de qualité pour le blé et d'autres céréales. Le réseau d'irrigation du pays, qui est en piteux état depuis le démantèlement de l'ex-URSS, a aussi un besoin urgent d'entretien et de rénovation. En outre, le Gouvernement doit accélérer le rythme de la réforme agraire pour accroître les exploitations privées et éliminer les doutes concernant la propriété foncière.

8 août 2000

 

Liens: 


 Page d'accueil de la FAO  

 Cherchez 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2000