Madagascar sous la menace d'une importante invasion d'acridiens


La pullulation de criquets migrateurs
dans le sud-ouest de Madagascar pourrait se transformer en une invasion de grande envergure si des opérations de lutte ne sont pas immédiatement entreprises sur une plus grande échelle. C'est l'avertissement que lance le Centre d'intervention antiacridienne d'urgence de la FAO. L’Organisation a lancé à la communauté des donateurs un appel de fonds de l'ordre de 2 millions de dollars pour acheter les pesticides nécessaires, louer les avions et l'équipement et défrayer les dépenses des équipes terrestres déployées pour enrayer cette invasion.

Le Bulletin d'information sur les criquets pèlerins du Centre (mars 1997) a signalé pour la première fois l'invasion d'essaims et de bandes larvaires largement distribués sur une vaste zone du sud-ouest du pays.

D'après des rapports transmis récemment de Madagascar, les ressources dont les autorités nationales disposent actuellement ne leur permettent pas, malgré leurs mesures de lutte intensive, de faire face aux infestations qui couvriraient aujourd'hui quelque 2 millions d'hectares. Il existe un risque élevé de nouvelles reproductions sur une superficie encore plus importante.

"Si elle n'est pas maîtrisée, cette reproduction va augmenter de façon considérable et il est probable qu'on assistera à des invasions dans d'autres parties du pays au cours du printemps et à une nouvelle invasion dans le sud à l'automne 97", a déclaré la FAO. Ces mouvements d'acridiens pourraient représenter une menace importante pour la production agricole à Madagascar.

Mise à jour sur les criquets pèlerins
D'importantes infestations de bandes larvaires dans les plaines d'Arabie saoudite le long de la mer Rouge ont été signalées dans le tout dernier Bulletin d'information sur les criquets pèlerins de la FAO (no 223). D'importantes opérations de lutte aérienne et terrestre ont été montées contre ces infestations mais, en raison de leur large diffusion et de conditions récentes favorables à la reproduction, certaines bandes larvaires sont susceptibles d'échapper à ces mesures et de former de nouveaux essaims qui pourraient menacer les pays voisins. Ces essaims se déplaceraient probablement vers des régions qui ont reçu depuis peu des précipitations dans le sud-ouest de l'Arabie saoudite et dans des régions limitrophes du Yémen, alors que d'autres bandes pourraient se déplacer vers l'intérieur du pays ou vers l'ouest et franchir la mer Rouge pour se diriger vers l'Egypte et le Soudan.

Aucune infestation importante n'a été signalée dans le nord-ouest ou l'ouest de l'Afrique. Les conditions de reproduction demeurent défavorables dans la plupart des aires de reproduction de printemps, en raison de l'absence de précipitations dans ces régions. S'il ne pleut toujours pas, il est peu probable qu'on assiste à une reproduction importante et la menace pour la région sahélienne de l'Afrique occidentale sera fortement réduite cet été.

17 avril 1997

Autres ressources:


>

 FAO Home page 

>

  Cherchez... 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1997