Après trois ans de paix relative en Angola, la situation de sécurité alimentaire est encore précaire pour d'importantes tranches de la population



Trois ans après le début du processus de paix en Angola, les ravages causés par vingt ans de guerre civile continuent de limiter gravement la production agricole et de paralyser les réseaux de commercialisation du pays, d'après un Rapport spécial d'une mission mixte FAO/PAM dans ce pays.

Un million de personnes ayant été déplacées à l'intérieur du pays, de nombreuses familles agricoles ne sont pas encore rentrées dans leurs terres et d'autres ne peuvent travailler leurs champs en raison de la présence de mines. Si les ONG et les institutions des Nations Unies fournissent des semences et des outils aux agriculteurs dans la plupart des provinces, le manque d'engrais, de matériel et de produits chimiques pour la protection des plantes, d'outils manuels et de machines à traction animale continuent de maintenir les récoltes céréalières à des niveaux de moitié inférieurs à ceux de la période antérieure à la guerre.

La mission conjointe FAO/PAM d'évaluation des cultures et des approvisionnements alimentaires qui s'est rendue dans ce pays au mois de mai prévoit que la production intérieure de céréales de 1997 assurera moins de la moitié des besoins des 12,8 millions d'hommes, femmes et enfants qui vivent en Angola. La production céréalière 1996, qui se chiffrait à environ 500 000 tonnes, a été jugée bonne, mais la récolte de cette année est moins importante en raison du manque de pluie. La plupart des routes ayant été déminées, la mission FAO/PAM a pu visiter 15 des 18 provinces du pays.

La production des céréales principales - maïs, mil et sorgho - pour 1997 devrait se situer autour de 431 000 tonnes, alors que le pays a besoin de 972 000 tonnes pour couvrir ses besoins. Les importations commerciales pour 1997/98 ne se chiffreront qu'à 279 000 tonnes d'après les prévisions, et la moitié du déficit devra donc être comblé par l'aide alimentaire, dont plus de 50 pour cent sera de l'aide d'urgence non prévue. D'après les prévisions, la production de manioc sera de 698 000 tonnes (équivalent céréales), soit une augmentation de 85 pour cent par rapport à la récolte de l'an dernier. Toutefois, la production et la consommation de manioc sont concentrées dans la partie nord du pays. Avant le déclenchement de la guerre civile, l'Angola était autosuffisant pour la plupart des cultures vivrières et lun des principaux exportateurs mondiaux de café et de sisal.

D'après le rapport FAO/PAM, l'Angola possède des atouts qui pourraient en faire un des pays les plus productifs sur le plan économique de l'Afrique subsaharienne. Il possède des richesses en pétrole, gaz, diamants et autres minerais et une "importante capacité de production hydroélectrique grâce à ses nombreux cours d'eau, de vastes superficies de terres agricoles qui conviennent à un vaste éventail de productions végétales et animales, d'abondantes ressources halieutiques marines et d'eau douce et des ressources forestières considérables". Sa production pétrolière - 500 000 à 650 000 barils de pétrole par jour - en fait le deuxième producteur au sud du Sahara, après le Nigéria. Avec des exportations totales annuelles de l'ordre de 3 milliards de dollars, l'Angola est le quatrième pays exportateur d'Afrique subsaharienne.

Toutefois, une part importante des recettes du pays ont été consacrées au financement de plus de vingt années de guerre civile, les dépenses pour la défense et la sécurité se chiffrant à 1,6 milliard de dollars pour la seule année 1995. Le pays est aujourd'hui paralysé par une dette extérieure de plus de 12 milliards de dollars, par la flambée des déficits budgétaires et une inflation annuelle qui dépasse largement les mille pour cent. En avril de cette année, un gouvernement de reconciliation et d'unité nationale et une assemblée nationale comprenant tous deux des représentants de l'UNITA ont été mis en place et l'Angola devrait désormais être en mesure d'amorcer le processus de reconstruction et de développement qui garantira la sécurité alimentaire pour l'ensemble de sa population.

A cet égard, la FAO a fourni récemment une assistance technique fort nécessaire au gouvernement pour analyser les politiques et la stratégie du secteur agricole et organiser un atelier national en mai 1997, afin de discuter des solutions possibles pour la relance de l'agriculture et du développement du pays.

9 juin 1997

Rapport spécial du SMIAR


Autres liens:


>

 FAO Home page 

>

  Cherchez... 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1997