Bien que l'on prévoie une abondante récolte mondiale de céréales, de nombreux pays font encore face à des pénuries alimentaires

 

Bien que l'on prévoie une abondante récolte mondiale de céréales, de nombreux pays font encore face à des pénuries alimentaires




Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR):


Pages précédentes de Veille mondiale

La production mondiale de céréales pour 1997 continue d'être prometteuse, puisqu'elle devrait pratiquement atteindre les niveaux record de 1996 et être supérieure à la tendance pour une deuxième année de suite, d'après les Perspectives de l'alimentation pour mai/juin, le rapport de la FAO qui analyse la situation et les perspectives des denrées alimentaires de base. Malgré cette augmentation générale, 29 pays ont encore besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

Ce rapport bimensuel situe la production céréalière 1997 à 1 887 millions de tonnes (riz usiné inclus), soit une augmentation de 7 millions par rapport aux dernières prévisions. La production de blé devrait atteindre 583 millions de tonnes, celle des céréales secondaires 926 millions de tonnes et on pense que la production de riz demeurera inchangée par rapport au niveau de l'an dernier, soit environ 377 millions de tonnes.

Si ces prévisions se confirment, la production céréalière couvrira les besoins de consommation prévus pour 1997/98 et devrait permettre une reconstitution modeste des stocks de céréales pour la deuxième année consécutive après la chute marquée enregistrée en 1995/96. Toutefois, le rapport prévu entre les stocks de fin de campagne et l'utilisation tendancielle de 1997/98 pourrait être proche de 16 pour cent seulement, soit un niveau inférieur à la fourchette de 17-18 pour cent que la FAO considère comme le seuil minimum pour garantir la sécurité alimentaire mondiale.

Malgré cette augmentation générale de la production céréalière, 29 pays sont encore aux prises avec des situations d'urgence alimentaire, principalement en Afrique. La situation est particulièrement grave au Sierra Leone. Les troubles politiques récents ont aggravé une situation de sécurité alimentaire déjà précaire, d'après une alerte spéciale publiée récemment par le Système mondial d'information et d'alerte rapide (SMIAR) de la FAO. Tout espoir d'une reprise économique a été anéanti par l'échec récent du processus de paix. Le personnel des agences d'aide internationale a été évacué et les projets de réhabilitation ont été suspendus. Jusqu'à 20 000 personnes ont fui vers les pays voisins, principalement la Guinée et la Gambie. Les rapatriements de réfugiés sierra-léonais depuis les pays voisins ont été interrompus.

On signale une détérioration des approvisionnements en nourriture et en eau en raison de ces troubles. Les prix ont monté en flèche - le prix du riz a triplé à Freetown - et les denrées alimentaires de base sont devenues inabordables pour une bonne partie de la population. Le climat d'insécurité compromet également les activités agricoles. Les semis des principales cultures, qui normalement ont lieu au cours de la période d'avril à juin, ont été perturbés par les combats et les superficies ensemencées devraient fortement diminuer, les fermiers abandonnant leurs exploitations. Le pays devra continuer de faire fortement appel à l'aide alimentaire pour couvrir ses besoins de consommation.

Ailleurs en Afrique, la situation des approvisionnements alimentaires demeure précaire dans la région des Grands Lacs. Au Rwanda, la situation alimentaire demeure difficile pour plus de 2 millions de personnes, essentiellement des rapatriés. La partie Est de la République démocratique du Congo (ex-Zaïre) continue de faire face à de graves problèmes de disponibilité alimentaire, même si l'on prévoit une amélioration marquée de la situation lorsque le pont aérien pour rapatrier les réfugiés rwandais sera terminé. Et au Burundi, la situation des disponibilités alimentaires demeure difficile, les prix demeurant élevés malgré un relâchement partiel de l'embargo économique imposé par les pays voisins.

Les pourcentages représentent le rapport entre les stocks de fin de campagne et l'utilisation tendancielle. La FAO considère une fourchette de 17 à 18 pour cent comme le seuil minimum pour garantir la sécurité alimentaire mondiale

En Afrique de l'Est, les régions est et nord-est du Kenya, les régions pastoralistes méridionales de l'Ethiopie et certaines parties de la Tanzanie, de l'Ouganda et de la Somalie ont encore besoin d'une aide alimentaire d'urgence. En Afrique australe, les perspectives globales des disponibilités alimentaires demeurent favorables, mais plusieurs pays ont encore besoin d'une aide alimentaire, notamment l'Angola et le Mozambique.

En Asie, la situation alimentaire qui s'aggrave en Corée du Nord est extrêmement alarmante et l'on peut s'attendre à des pertes de vies humaines causées par la famine avant la prochaine récolte, à moins d'importations alimentaires substantielles. En Iraq, la production alimentaire demeure limitée par les pénuries d'intrants agricoles dues aux sanctions économiques et les difficultés de disponibilités alimentaires persistent en Afghanistan. Dans la communauté des Etats indépendants, la situation des disponibilités alimentaires se détériore au Tadjikistan, où l'incidence de malnutrition aiguë est à la hausse.

Le dernier numéro de Cultures et pénuries alimentaires, une autre publication du SMIAR, dresse une liste de sept pays confrontés à des perspectives défavorables pour les campagnes agricoles en cours. La situation des disponibilités alimentaires est particulièrement précaire en Haïti, en Iraq et au Sri Lanka, ainsi qu'en Sierra Leone, des pays qui risquent déjà d'être confrontés à des pénuries alimentaires ou des mauvaises récoltes. S'ajoutent à cette liste le Chili, Cuba, la Tanzanie et le Turkménistan, où les conditions météorologiques ont été défavorables.

24 juillet 1997

Autres liens:


>

 FAO Home page 

>

  Cherchez... 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1997