Criquets pèlerins et précipitations insuffisantes provoquent la perte quasi totale de la production céréalière dans le sud de Madagascar

Un désastreux concours de circonstances - une infestation d'acridiens ajouté à des pluies insuffisantes - a provoqué la destruction presque totale des cultures de maïs dans le sud de Madagascar. D'autres cultures de base, comme le manioc et la patate douce, ont également été touchées. La zone méridionale de l'île est la partie la plus pauvre du pays: 75% de la population y vit au-dessous du seuil de pauvreté. Une mission d'évaluation FAO/PAM envoyée sur place aux mois d'août et septembre 1997 a publié un Rapport spécial qui déclare que les zones méridionales ont été le plus durement touchées par des précipitations insuffisantes, ainsi que par une infestation de criquets pèlerins qui a commencé en octobre 1996.

Essaims de criquets pèlerins dans le ciel de Madagascar

On estime que dans les régions les plus touchées, la production céréalière a baissé de 30 à 80% par rapport aux rendements de 1996. La population se déplace vers le nord pour chercher du travail saisonnier et des signes préliminaires de malnutrition ont été observés chez les enfants. Les criquets migrateurs ont également dévasté les pâturages dans les régions méridionales, centrales et septentrionales, laissant derrière eux du bétail amaigri et affamé. Selon le rapport, les agriculteurs tentent de vendre un nombre anormalement élevé de bêtes pour éviter les pertes graves dans les troupeaux, mais les prix ont chuté bien au-dessous de la norme à cause du manque de demande.

Au niveau national, les maigres récoltes du sud ont été largement compensées par les bons rendements d'autres régions de l'île, qui fournissent 90% de la production céréalière. De bonnes précipitations, une agriculture intensive et des projets de sécurité alimentaire ont entraîné une augmentation importante de la production, et les récoltes de riz et de maïs dépassent celles de 1996.

Mais cela n'aide pas les agriculteurs pauvres du sud. Le rapport met en garde: "Etant donné le pouvoir d'achat très bas des populations rurales du sud, la Mission estime que la situation de l'approvisionnement en nourriture est très précaire, en particulier dans les régions côtières méridionales. Les stocks disponibles pour les familles rurales ne couvriront les besoins que pour deux mois maximum." La mission recommande une aide alimentaire d'urgence pour environ 500 000 personnes sur une durée de trois mois, sous forme de "vivres-contre-travail".

L'infestation de criquets qui a lieu actuellement dans le sud a été déclenchée par des larves qui avaient échappé aux traitements effectués en octobre 1996. Leur développement a été favorisé par les abondantes précipitations du début de la saison 1996/97 et par les cyclones Fabiola et Gretel en janvier 1997. Fin février, 2 à 2,5 millions d'hectares étaient infestés par des essaims d'acridiens. Depuis, on a relevé des essaims dans tout le sud et le sud-ouest de Madagascar.

Le 26 octobre 1997, environ 700 essaims avaient été traités dans une zone couvrant 290 000 hectares. Annie Monnard, chargée du Bulletin d'Information sur les criquets pèlerins de la FAO, a déclaré: "L'on peut affirmer maintenant que 80% des essaims de criquets migrateurs ont été anéanties au sud-ouest de Madagascar". Mais elle prévient que, la saison des pluies ayant à peine commencé, il est fort probable que la reproduction ait lieu au cours des deux prochaines semaines; il est capital de surveiller le phénomène et de réagir rapidement.

29 octobre 1997

Autres liens:


>

 FAO Home page 

>

  Cherchez... 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1997