Veille mondiale FAO

 

Les récoltes céréalières de Roumanie dévastées par la sécheresse


a

a

La sécheresse qui a touché cet été plus de 90 pour cent des terres agricoles en Roumanie s'est traduite par une des récoltes céréalières les plus faibles jamais enregistrées dans le pays

a

En Roumanie, la plus grave sécheresse depuis des décennies a fortement réduit la production céréalière du pays, bien au-delà du déclin déjà évident des dix dernières années, selon le rapport de la FAO publié le 29 novembre.

La sécheresse a touché plus de 90 pour cent des terres agricoles entre mai et fin août 2000. Elle a été aggravée dans la plupart des régions par une vague de chaleur estivale; dans de nombreuses parties du pays, les conditions de sécheresse se sont poursuivies jusqu'en septembre et octobre. Compte tenu essentiellement de ce climat défavorable, la production céréalière totale en 2000 aurait fléchi, s'établissant à environ 9,5-10 millions de tonnes, un des plus résultats les plus faibles jamais enregistrés.

De toutes les céréales, la plus touchée a été le maïs, semé au printemps lorsque la sécheresse avait déjà démarré, et qui a manqué d'humidité pendant toute sa période de croissance. Dans de nombreuses régions, les cultures ont été complètement décimées. Début novembre, selon les prévisions officielles, les rendements pourraient atteindre, au mieux, quelque 4 millions de tonnes, contre un volume moyen d'environ 10 millions de tonnes.

Semé en hiver et ayant bénéficié d'un automne et d'un hiver humides, le blé a subi moins de dégâts. D'après les derniers rapports officiels, la production finale de blé serait d'environ 4,4 millions de tonnes, soit quelque 20 pour cent de moins que la moyenne des cinq dernières années.

Outre la production de céréales, la sécheresse a également compromis la production d'oléagineux, de légumes et de fruits. Les pâturages et la production de cultures fourragères sont en recul, ce qui nécessitera vraisemblablement une réduction du cheptel dans le courant de l'année.

Compte tenu de la récolte réduite, les approvisionnements en céréales devraient être précaires durant les prochains mois et des importations substantielles pourraient être requises d'ici la mi-2001. Ceci est en net contraste avec les années précédentes, lorsque le pays était un exportateur net de céréales.

Les citadins sont les plus durement frappés par cette situation. Tandis que la majorité des familles rurales pratiquant une agriculture de subsistance devraient être en mesure de satisfaire leurs propres besoins alimentaires avec la récolte de cette année et en puisant dans leurs stocks, il n'y aura guère d'excédent pour alimenter les marchés urbains.

La sécheresse a également nui à la qualité de la récolte de blé, ce qui veut dire qu'il faudra peut-être des importations de blé de meilleure qualité pour les aliments composés, même si on rentre une quantité suffisante de blé. Enfin, la situation macroéconomique de la Roumanie - en particulier son taux d'inflation élevé, qui devrait être d'environ 40 pour cent à la fin de l'an 2000 - encourage également les producteurs à ne pas mettre leur production sur le marché, exacerbant ainsi les effets de la sécheresse.

Afin d'encourager les producteurs à mettre en circulation leurs stocks de blé, le Gouvernement a annoncé en septembre le paiement d'une prime de 300 000 lei par tonne (environ 12,50 dollars E.-U.) aux producteurs pour le blé vendu aux minoteries et aux industries de transformation nationales.

8 décembre 2000

 

Liens: 


 Page d'accueil de la FAO  

 Cherchez 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2000