GAEZ - Global Agro-Ecological Zones
 


Aptitude et Rendements Potentiels

Pour l’évaluation de la productivité des terres à agriculture pluvial, un modèle de bilan hydrique est utilisé pour déterminer le début et la durée de la période lorsqu’assez d’eau est disponible pour soutenir la croissance durable de la culture. Les conditions d’humidité du sol ainsi que d’autres caractéristiques climatiques (radiation et température) sont utilisées dans un modèle de croissance de culture simplifié et robuste pour calculer la production de biomasse et le rendement potentiels. [...]

Les rendements agro-climatiques

Les rendements agro-climatiques

Les rendements de cultures libres de contraintes calculés dans le modèle de biomasse AEZ reflètent les potentiels de rendement en ce qui concerne la température, la radiation et les régimes d’humidité dominant dans les cellules de grilles respectives. Le modèle requiert les caractéristiques culturales suivantes : Durée du cycle de croissance (jours depuis l’émergence jusqu’à maturité totale) ; longueur de la période de formation du rendement ; taux maximal de photosynthèse aux températures dominantes, l’indice de surface foliaire au taux de croissance maximal ; l’indice de récolte ; le groupe d’adaptibilité culturale; la sensibilité de la durée du cycle de croissance cultural à la provision de chaleur ; les besoins en eau des étapes de développement spécifiques à une culture, et les coefficients de la réponse du rendement de culture au stress hydrique. Les rendements atteignables d’un point de vue agro-climatique ont été calculés au niveau de la culture.LUT pour trois niveaux d’apports (élevé, intermédiaire et faible) et trois types de systèmes d’apports en eau (pluvial, pluvial avec conservation d’eau, et irrigation).

Contraintes climatiques sur le rendement

Contraintes climatiques sur le rendement

A part fournir les estimations pour les rendements de culture atteignables d’un point de bue agro-climatique, le modèle fournit des informations sur les contraintes liées au climat affectant les rendements de culture. Ces contraintes incluent les contrantes de température, d’humidité, et les contraintes de rendement dues aux nuisibles, maladies et la travaillibilité. Les définicts en eau des cultures (conditions pluviales) ou les requis en eau d’irrigation de la culture (conditions irriguées) sont fournies comme résultat du modèle.

Calendriers culturaux

Calendriers culturaux

Les résultats des calculs de biomasse et rendement dépendent du rythme du cycle de croissance de la culture (calendrier cultural). Pour chaque celle de grille les dates de début et fin du cycle de croissance de chaque culture/LUT sont déterminées de manière optimale pour obtenir les rendements de culture les meilleurs possibles, séparément des conditions pluviales et irriguées. Cette procédure garantit également l’adaptation dans les simulations avec les conditions climatiques historiques année par année et permet des modifications majeures du calendrier cultural et des adaptations sous des distorsions climatiques appliquées en accord avec différents scénarios de changement climatique.

Adaptabilité et productivité agro-écologiques

Adaptabilité et productivité agro-écologiques

L’exploitation adéquate agricole des potentiels climatiques et le maintien de la productivité de la terre dépendent largement de la fertilité du sol et de la gestion des sols sur base écologique durable. La fertilité du sol est approchée avec l’aptitude du sol à retenir et fournir les nutriments et l’eau afin de permettre aux cultures d’utiliser au maximum les ressources climatiques d’un emplacement donné. La fertilité d’un sol est déterminée par ses propriétés physiques et chimiques. Une compréhension de ces facteurs et un aperçu des leurs interrelations sont essentiels pour une utilisation efficace des ressources en climat, terrain et cultures pour une utilisation et production optimales.
Parmi les requis de base en sol des cultures, un nombre de caractéristiques édaphiques ont été établies, liées au rendement cultural. Pour la plupart des cultures et cultivars, les niveaux optimal, sous-optimal, marginal et non adapté des ces caractéristiques de sol sont connues et ont été quantifiées. Au-delà des gammes critiques, on ne peut s’attendre à ce que les cultures aient un rendement satisfaisant à moins que des mesures de gestion de précaution spéciales soient prises. Les classifications d’adaptabilité du sol est basée sur la connaissance des requis de la culture, des conditions dominantes du sol, et de la gestion appliquée du sol. En d’autres mots, les procédures d’adaptabilité du sol quantifient à quel point les conditions du sol sont adaptées aux requis de la culture, dans des circonstances d’apports et de gestion définies.
L’adaptabilité et la productivité agro-écologiques sont présentées pour quatre niveaux d’apports (élevé, intermédiaire, faible et mixte), cinq types de systèmes d’apports en eau (pluvial, pluvial avec conservation ’eau, irrigation par gravité, par aspersion et goutte à goutte), au niveau de la culture (49 cultures) pour les climats de référence (1961-1990) et les conditions climatiques futures. De plus, des tables de sommaire compréhensif de culture par unité administrative sont disponibles pour le visionnage et le téléchargement.

Indice de l'aptitude des cultures de blé pluvial, (niveau d'apport composé - période de référence 1961-1990)

Indice de l'aptitude des cultures de blé pluvial, © Fao

Galerie de photos

Rice terraces. Indonesia. ©FAO/Roberto Faidutti / FAO
Dominant land cover pattern. GAEZ. ©FAO/IIASA
Input supply to vulnerable populations under the ISFP. Kenya. ©FAO/Sarah Elliott / FAO
Thermal zones. GAEZ. ©FAO/IIASA
Close up of apples, limes, oranges and tomatoes on sale at a local market in Nepal. ©FAO/Giampiero Diana / FAO
Aggregate crop yield in 2000. GAEZ. ©FAO/IIASA
Harvesting rice in east Java. Indonesia. H. Null / FAO
Dominant land cover pattern. GAEZ. ©FAO/IIASA
Flood recession rice fields. Cambodia. ©FAO/ Giuseppe Bizzarri/ FAO
Accès rapide au portail

Suivez-nous!
Twitter    RSS
Share me: