Ressources en terres

Planification de l’utilisation des terres au niveau local

L’unité de planification locale peut être le village, un groupe de villages ou une petite retenue d’eau. A ce niveau, il est plus facile d’adapter le plan à la population locale, en mobilisant ses connaissances et sa capacité contributive. Lorsque la planification est initiée au niveau du district, le programme de travail pour la mise en œuvre des changements dans l’utilisation ou la gestion des terres doit être réalisé localement. Alternativement, cela peut être le premier niveau de planification, les  priorités étant établies par la population locale. La planification au niveau local permet de définir et de mettre en œuvre un programme d’action pour chaque zone spécifique, d’en décider le calendrier d’exécution et de distribuer les responsabilités.  

La planification à partir de la base est initiée au niveau local et implique une participation active de la communauté locale. Les expériences et connaissances des utilisateurs locaux des terres et des équipes techniques locales sont mobilisées pour identifier les priorités de développement, concevoir les plans de travail et les mettre en œuvre. 

Cette démarche présente de nombreux avantages:

  • Objectifs locaux, gestion locale, et avantages locaux. La population sera beaucoup plus enthousiaste pour un plan qu’elle considèrera comme le sien et elle participera plus volontiers à sa mise en place et à son suivi ;
  • Meilleure sensibilisation populaire aux problèmes et aux opportunités liés à l’utilisation des terres.
  • Planification mieux adaptée aux contraintes locales, qu’il s’agisse des ressources naturelles ou des problèmes socioéconomiques.
  • L’information remontant vers les niveaux supérieurs de planification est de meilleure qualité.

Les inconvénients sont les suivants: 

  • Les intérêts locaux ne sont pas toujours compatibles avec les intérêts régionaux ou nationaux ;
  • Des difficultés peuvent apparaître pour l’intégration des plans locaux dans un cadre  plus large ;
  • La limitation des connaissances au niveau local peut contraindre les agences techniques à effectuer de gros investissements en temps et en travail dans des lieux très dispersés ;
  • Les initiatives locales peuvent échouer en raison d’un manque de soutien du niveau supérieur, voire d’une obstruction.

 

Les populations locales sont généralement les mieux informées de la situation qui prévaut au niveau local. Toutefois, les individus peuvent rarement négocier dans des conditions équitables  avec les structures organisées du gouvernement et le secteur privé, avec lesquels ils interagissent. La formation de groupes de gestion des ressources locales (GGRL) responsabilise les acteurs et favorise la coordination commune des  questions cruciales en matière d’utilisation des terres. Lorsque cette « appropriation » locale est effective,  la créativité, l’initiative et l’enthousiasme de la population seront des éléments essentiels de réussite du projet dans son ensemble. L’appropriation se traduit en termes de responsabilité chez les acteurs et dans certains cas à une contribution volontaire aux ressources.